Première par­tie de l’artiste Insa Sané : Échirolles per­met aux jeunes rap­peurs ama­teurs de « faire entendre leur voix »

Première par­tie de l’artiste Insa Sané : Échirolles per­met aux jeunes rap­peurs ama­teurs de « faire entendre leur voix »

FOCUS – Des jeunes rap­peurs ama­teurs ont pu jouer en pre­mière par­tie de l’ar­tiste Insa Sané au Ciné-théâtre de La Ponatière à Échirolles, le 13 novembre der­nier. Ils étaient accom­pa­gnés par la MJC Desnos, mais aussi par Dcap (déve­lop­pe­ment cultu­rel arts et poé­sie) et la Maison des écrits. Ces ser­vices publics « inédits » de la Ville d’Échirolles visent à encou­ra­ger les pro­jets cultu­rels et artis­tiques. Objectif ? Valoriser la jeu­nesse et le « vivre-ensemble » à tra­vers la culture pour inci­ter à être « acteur de son territoire ».

Le rap­peur, sla­meur, écri­vain et comé­dien Insa Sané, accom­pa­gné de son chan­teur et gui­ta­riste Kab, ont été les invi­tés d’hon­neur du Ciné-théâtre de la Ponatière, le 13 novembre der­nier. Cet artiste d’o­ri­gine séné­ga­laise déclame des vers ryth­més et une poé­sie enga­gée. À tra­vers ses textes, il ques­tionne notre regard sur l’im­mi­gra­tion, une situa­tion qu’il a lui même vécue. « L’espoir ne demande pas de visa », mur­mu­rait-il dans son micro, le 13 novembre.

Chanteur Insa Sané

Le rap­peur, sla­meur, écri­vain et comé­dien Insa Sané. © Anaïs Mariotti – pla​ce​gre​net​.fr

Mais le public était aussi venu accla­mer les jeunes rap­peurs et sla­meurs échi­rol­lois, âgés de 11 à 22 ans. Ces ama­teurs, à la prose affû­tée et au débit enragé, avaient sur scène l’at­ti­tude de pro­fes­sion­nels. Avec des textes forts, sou­vent poi­gnants, ils parlent de colère sociale, de leur « quar­tier », de leur entou­rage… Certains font aussi réfé­rence à des sujets plus lourds, tels que la misère et les conflits à tra­vers le monde. Du haut de ses onze ans, Samy raconte déjà en poé­sie les hor­reurs de la guerre au Mali, avec le « flow » (débit) d’un artiste.

Faire jouer des jeunes en « condi­tions professionnelles »

Les jeunes rap­peurs ama­teurs ont pu jouer en pre­mière par­tie de l’ar­tiste Insa Sané, le 13 novembre à La Ponatière. © Anaïs Mariotti – pla​ce​gre​net​.fr

Cette soi­rée était por­tée par la Maison des écrits d’Échirolles. Les jeunes rap­peurs étaient accom­pa­gnés par l’as­so­cia­tion MJC Robert Desnos, mais aussi par les ser­vices muni­ci­paux Dcap (déve­lop­pe­ment cultu­rel arts et poé­sie) et la Maison des écrits.

« Nous connais­sons ces jeunes et leur poten­tiel depuis long­temps. C’est pour­quoi nous allons à leur ren­contre pour les inci­ter à par­ti­ci­per aux ate­liers », explique Mustapha Ferkous, le res­pon­sable de Dcap.

En effet, les jeunes ont écrit eux-mêmes leurs textes, notam­ment au cours d’un ate­lier inti­tulé « du stylo au micro ». « Nous les avons sur­tout aidés pour leur rela­tion à la scène, l’ar­ti­cu­la­tion, le regard, l’at­ti­tude etc. », affirme Mustapha Ferkous. « L’objectif est de les faire jouer en condi­tions pro­fes­sion­nelles », pour­suit-il.

La Maison des Écrits et Dcap : des ser­vices publics cultu­rels « inédits »

Placés sous la Direction des Affaires Culturelles, la Maison des écrits et Dcap sont des ser­vices de la Ville d’Échirolles créés en 2002 et 2003. Ils ont pour ambi­tion de valo­ri­ser la créa­tion et la pra­tique artis­tique. Ces ser­vices publics encou­ragent les jeunes à mon­ter sur scène et col­la­borent pour la mise en place de pro­jets cultu­rels et artis­tiques. « C’est une véri­table poli­tique cultu­relle de la Ville. Il y a une très forte volonté de la part de la mai­rie pour ouvrir la culture au plus grand nombre », explique Mustapha Ferkous, le res­pon­sable de l’é­quipe Dcap.

Retour sur la soi­rée au Ciné-théâtre de La Ponatière :

Dcap accom­pagne prio­ri­tai­re­ment les per­sonnes âgées de 15 à 30 ans. La Ville met à dis­po­si­tion des locaux et orga­nise des ate­liers et stages, ani­més par des pro­fes­sion­nels. Quant à la Maison des écrits, elle offre la pos­si­bi­lité de « s’ex­pri­mer, de se for­mer et de révé­ler sa créa­ti­vité » à tra­vers l’é­cri­ture. Des ser­vices « uniques » et « inédits » en France selon Marie Lorenzin, sa res­pon­sable. « En tout cas, nous ne connais­sons pas d’autres ser­vices publics de ce type-là », assure-t-elle.

La Maison des écrits : valo­ri­ser l’é­cri­ture artis­tique et pédagogique

La Maison des écrits orga­nise des ate­liers d’é­cri­ture ouverts aux enfants et aux adultes. Mais aussi des for­ma­tions au « stand-up » ou des ate­liers d’ex­pres­sion. Pour la sai­son 2018 – 2019, cet éta­blis­se­ment accueillera éga­le­ment les artistes Insa Sané et Kab en rési­dence d’au­teur. Les musi­ciens ani­me­ront plu­sieurs acti­vi­tés : créa­tion d’une comé­die musi­cale, réa­li­sa­tion d’un film ou encore rédac­tion d’un livre de cui­sine qui dres­sera le por­trait d’Échirollois.

Insa Sané inter­vien­dra aussi dans les lycées Thomas Edisson et Marie Curie, situés à Échirolles. Ayant lui-même grandi à Sarcelles, une com­mune de la ban­lieue pari­sienne, « Insa Sané parle sin­cè­re­ment aux jeunes issus de milieux popu­laires », observe Marie Lorenzin. « Il connaît les dif­fi­cul­tés mais aussi toute la richesse des quar­tiers populaires. »

Atelier de « dis­cus­sion à visées phi­lo­so­phique et démo­cra­tique », orga­nisé par la Maison des écrits, avec des élèves de pri­maire. © Ville d’Échirolles – cap­ture d’écran

Ce ser­vice cultu­rel orga­nise, enfin, des « dis­cus­sions à visées démo­cra­tique et phi­lo­so­phique » sur la base du modèle didac­tique du pro­fes­seur Michel Tozzi. Il s’a­git de mettre la phi­lo­so­phie à la por­tée des enfants, en les inci­tant à « réflé­chir par eux-mêmes et à s’ex­pri­mer ».

Ces ate­liers sou­lèvent donc des débats sur des sujets acces­sibles (ami­tié, injus­tice, tolérance).

« À l’é­cole, les jeunes apprennent des concepts phi­lo­so­phiques par cœur », pré­cise la res­pon­sable de la Maison des écrits. « Nous vou­lons intro­duire des outils dif­fé­rents et com­plé­men­taires pour favo­ri­ser l’é­coute et la prise de parole », pour­suit-elle. La Maison des écrits forme aussi des ensei­gnants pour mettre notam­ment en place ce modèle péda­go­gique dans des éta­blis­se­ments répu­tés « difficiles ».

« Pouvoir écrire et dire ensemble »

« J’ai com­mencé le rap parce que je ne suis pas bon à l’é­cole », confiait l’un des par­ti­ci­pants, le 13 novembre. Confronter à la scène des jeunes en dif­fi­culté ou en échec sco­laire per­met donc de les reva­lo­ri­ser. Le tout est de pro­po­ser une approche dif­fé­rente de l’é­cri­ture pour qu’ils aient « confiance en eux ». « Il est impor­tant de faire entendre leur voix en valo­ri­sant leurs textes », explique Marie Lorenzin. Pour ces jeunes « l’é­cri­ture artis­tique fait sens », com­plète Mustapha Ferkous. « Elle per­met peut-être de mieux s’intéresser aux autres matières sco­laires. »

Les jeunes talents d’Échirolles « prennent la pose » après leur repré­sen­ta­tion au Ciné-théâtre de La Ponatière, le 13 novembre. © Anaïs Mariotti – pla​ce​gre​net​.fr

C’est notam­ment le cas d’Anis (13 ans) et de Mohamed (15 ans), pour qui l’é­cri­ture rap est deve­nue « une vraie pas­sion ». Depuis la créa­tion de leur groupe DZK en 2017, les jeunes sont déjà mon­tés « sept ou huit fois » sur scène. « Le rap per­met de t’ex­pri­mer quand tu es triste ou en colère. Quand tu as des émo­tions, tu peux l’é­crire dans un texte », assure Mohamed. « Tu peux te lâcher », ajoute Anis. Toutefois, ces ser­vices publics n’ont pas voca­tion à « se sub­sti­tuer à l’é­cole », pré­cise Mustapha Ferkous. « Nous sommes jus­te­ment vigi­lants à leur réus­site sco­laire. »

Cette poli­tique publique vise donc à valo­ri­ser le « vivre-ensemble » pour être « acteur de son ter­ri­toire ». « C’est impor­tant de s’as­seoir autour d’une table avec des per­sonnes de tous âges, de toutes caté­go­ries sociales, de tous hori­zons afin de pou­voir écrire et dire ensemble », estime Mustapha Ferkous. Ces ate­liers créa­tifs servent aussi à « décou­vrir son poten­tiel ». Ils per­mettent de « chan­ger son regard sur soi-même et sur les autres pour mieux s’ac­cep­ter avec nos dif­fé­rences », conclut le res­pon­sable du ser­vice Dcap.

Anaïs Mariotti

AMa

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Après une première édition début 2022 au Musée Hébert, l'opération Lumières au Musée s'installe cet hiver au Musée de l'Ancien Évêché. Elle restera en place jusqu'au 11 mars prochain. © Martin de Kerimel - Place Gre'net
Grenoble : le Musée de l’Ancien Évêché s’ha­bille de lumières pour les nuits d’hiver

EN BREF - Les nuits d'hiver sont belles au Musée de l'Ancien Évêché, en ce début février. Le Département de l'Isère a invité deux artistes Lire plus

Parmi les propositions de cette édition de Vive les Vacances : Les Petits Papiers de Léopoldine, à découvrir au Déclic (Claix) le 8 février. © Morgan Martinet
Vive les Vacances : de bonnes idées de spec­tacles pour petits et grands dans l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise

ÉVÉNEMENT - Les enfants vont probablement se régaler. Après une série de rendez-vous à la Toussaint et pendant les fêtes de Noël 2022, le mini-festival Lire plus

Muay-thaï : deux boxeurs du Martial Gym d’Échirolles cham­pions de France de boxe thaïlandaise

FLASH INFO - Le club échirollois du Martial Gym s'est illustré aux championnats de France amateurs de boxe thaïlandaise (ou muay-thaï), le week-end des 28 Lire plus

L'éditeur Gallimard Jeunesse célèbre le 25e anniversaire des aventures de Harry Potter. Les romans restent des bestsellers ! © Warner Bros. France
Deux librai­ries gre­no­bloises célèbrent l’an­ni­ver­saire de Harry Potter samedi 4 février

EN BREF - Harry Potter vient d'avoir 25 ans. Pour marquer le coup, à Grenoble, deux librairies (la Fnac Victor-Hugo et Momie) prévoient de célébrer Lire plus

Important incendie dans un parking souterrain à Échirolles jeudi 2 février, avec 150 résidents évacués
Important incen­die dans un par­king sou­ter­rain à Échirolles, avec 150 rési­dents évacués

FOCUS - Un important incendie s'est déclaré à Échirolles au matin du jeudi 2 février, dans un parking souterrain en-dessous d'un restaurant Quick et d'une Lire plus

Assez fraîchement accueilli par la critique, 'Astérix & Obélix - L'Empire du milieu sera toutefois l'un des films phares visibles à la Vence Scène. © Christophe Brachet - Pathé Films
Festival À vous de voir : six jour­nées intenses de cinéma pro­gram­mées à la Vence Scène de Saint-Égrève

EN BREF - Envie de cinéma pour bien profiter du début des vacances d'hiver ? Bonne nouvelle : toujours ouverte aux échanges, la Vence Scène, Lire plus

Flash Info

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !