Entreprise de livraison à vélo et en véhicules électriques à Grenoble.

Berges de l’Isère : l’association gestionnaire des digues conteste les « coupes massives » dénoncées par la Frapna

Berges de l’Isère : l’association gestionnaire des digues conteste les « coupes massives » dénoncées par la Frapna

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

EN BREF — L’Association départementale Isère Drac Romanche, en charge de la gestion et de l’entretien des digues, conteste les accusations de coupes massives d’arbres sur les berges de l’Isère, formulées publiquement par la Frapna. L’Adidr dénonce des chiffres surévalués, et défend le principe de coupes et de déboisement au nom de la sécurité des digues autant que de la variété des essences.

 

 

« Il ne s’agit pas d’éradiquer les boi­se­ments, il s’agit de les rajeu­nir. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’Association dépar­te­men­tale Isère Drac Romanche (Adidr) n’a pas appré­cié les cri­tiques ren­dues publiques par la Frapna. La Fédération Rhône-Alpes de pro­tec­tion de la nature accuse en effet l’Adidr de coupes mas­sives d’arbres le long des berges de l’Isère et du Drac, au nom de la sécu­rité des digues.

 

 

La Frapna surévalue les chiffres, affirme l’Adidr

 

Au bas mot, 200 000 arbres seraient mena­cés, selon les éco­lo­gistes. Des chiffres que l’Adidr conteste dans un docu­ment réa­lisé pour l’oc­ca­sion. Pour l’as­so­cia­tion en charge de la ges­tion et de l’en­tre­tien des digues, la Frapna sur­éva­lue le nombre de « sujets abat­tus ».

 

Son erreur de cal­cul ? En se basant sur le nombre d’hec­tares fau­chés, tel qu’in­di­qué par la paru­tion de l’Adidr L’Écho des digues, la Fédération oublie­rait que toutes les sur­faces fau­chées ne sont pas néces­sai­re­ment déboi­sées, mais par­fois juste débrous­saillées. Et qu’un hec­tare cité « ne recouvre pas for­cé­ment une par­celle dif­fé­rente ».

 

Un profil en travers type d'une digue, pour illustrer l'espace couvert par les interventions sur la végétation © Adidr

Un pro­fil en tra­vers type d’une digue, pour illus­trer l’es­pace cou­vert par les inter­ven­tions sur la végé­ta­tion. © Adidr

 

« Sur la pre­mière phase de dix ans, on revient trois fois sur une même par­celle. Mais, alors que
l’on traite le der­nier tiers, les cépées des deux pre­miers tiers sont déjà à l’âge adulte. Donc quand on parle de 3 hec­tares, ce peut être 1 hec­tare sur lequel on est revenu trois fois », écrit ainsi l’Adidr. Les coupes, dans ce cas pré­cis, concernent donc « une végé­ta­tion exu­bé­rante » dotée d’une crois­sance « par­ti­cu­liè­re­ment dyna­mique », située sur des zones précises.

 

 

Des coupes nécessaires pour la sécurité des digues

 

Pour autant, l’Adidr défend le prin­cipe de la coupe des arbres pour pro­té­ger les digues, notam­ment à proxi­mité immé­diate. Et énu­mère les dan­gers ou désa­gré­ments que repré­sente la végé­ta­tion : risques en cas de chute, éro­sion interne occa­sion­née par les racines, abris pour les ani­maux fouis­seurs qui peuvent fra­gi­li­ser à terme le corps de digue… et plus sim­ple­ment gêne à la sur­veillance des ouvrages, quand la végé­ta­tion s’a­vère trop dense.

 

Alors que la Frapna accuse l'association de gestion des digues de l'Isère de coupes massives, cette dernière réplique et conteste les chiffres avancés.Voie sur berge © Élisa Montagnat - Place Gre'net

Voie sur berge. © Élisa Montagnat – Place Gre’net

« Il est clair que le débrous­saillage est impé­ra­tif aux abords de l’ouvrage : aucune sur­veillance ne peut s’effectuer en l’absence de visi­bi­lité », note ainsi l’as­so­cia­tion. Avant de rap­pe­ler que les digues, « milieu arti­fi­ciel inséré dans un contexte natu­rel », n’a­vaient pas voca­tion ini­tiale à accueillir autre chose que de l’herbe. « Les arbres pré­sents sur le corps de digue […] s’y sont ins­tal­lés après coup, du fait de l’absence d’entretien, et sur­tout faute d’une stra­té­gie glo­bale », fait-elle remarquer.

 

 

Lutter contre la prédominance des espèces invasives ?

 

Face à ce fait accom­pli, un com­pro­mis de ges­tion de cette végé­ta­tion a dû s’é­ta­blir, plaide enfin l’Adidr. « Et comme tout com­pro­mis, il ne répond pas à 100 % aux cri­tères des puristes, qu’ils soient du côté natu­ra­liste ou du côté génie civil, voire du côté des cyclistes ou des pro­me­neurs », ajoute-t-elle, assu­rant que les pra­ti­quants de la bicy­clette s’ex­priment, pour leur part, en faveur de coupes plus fréquentes.

 

Alors que la Frapna accuse l'association de gestion des digues de l'Isère de coupes massives, cette dernière réplique et conteste les chiffres avancés.Digue de l'Isère © Élisa Montagnat - Place Gre'net

Digue de l’Isère. © Élisa Montagnat – Place Gre’net

 

Enfin, l’Adidr affirme que « la lutte contre les espèces inva­sives néces­site des inter­ven­tions répé­tées et ciblées ». Les espèces inva­sives en ques­tion ? Les renouées, le budd­leia ou l’a­ca­cia, qui pros­pèrent au détri­ment de leurs congé­nères. « Il est faux de croire que la bio­di­ver­sité est néces­sai­re­ment le pro­duit du lais­ser-aller », écrit ainsi l’as­so­cia­tion de ges­tion des digues. Qui assure favo­ri­ser, à l’oc­ca­sion des coupes, la repousse de cer­taines essences, pour mieux « agré­men­ter le pay­sage et contri­buer au pou­mon vert que consti­tuent les berges ».

 

FM

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Tags : | | |

A lire aussi sur Place Gre'net

La LPO Aura dénonce les arrêtés préfectoraux autorisant la chasse par temps de confinement
Qu’ont fait les chasseurs des importantes subventions de Laurent Wauquiez ? Médiacités dresse le bilan

  FLASH INFO - Les chasseurs et Laurent Wauquiez, une histoire d'amour? Le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes n'a pas lésiné sur les subventions vis-à-vis Lire plus

Site d'exploitation de la carrière Vicat à Sassenage. © Placegre.net
Nuisances, destruction d’espèces, revenus pour la Ville… Les enjeux de l’extension de la carrière Vicat à Sassenage

  ENQUÊTE - Le cimentier isérois Vicat souhaite étendre le périmètre d’exploitation de sa carrière située à Sassenage, sur les contreforts du Vercors. Alors qu'une Lire plus

Pollution de la Fure par l’entreprise Frégata Hygiène : France nature environnement Isère porte plainte

  FOCUS - Frégata Hygiène, entreprise produisant de la ouate de cellulose, a provoqué une importante pollution chimique de la Fure, sous-affluent de l'Isère, le Lire plus

France nature environnement lance un appel aux dons pour lutter contre les « méga projets en montagne »

  FIL INFO — Afin de financer ses actions juridiques contre les « méga projets en montagne » qu'elle conteste, France nature environnement Auvergne-Rhône-Alpes (ex-Frapna) lance un Lire plus

Sécheresse : la préfecture de l’Isère étend ses états d’alerte et d’alerte renforcée à de nouveaux territoires

  FIL INFO — Alors que les niveaux d'eau de certains bassins du territoire isérois demeurent au plus bas, la préfecture étend ses niveaux d'alerte Lire plus

La justice a mis un coup d'arrêt au développement immobilier de L'Alpe d'Huez. Et bloqué la construction de 4 600 nouveaux lits.
L’Alpe d’Huez : la justice met un nouveau coup de frein au développement immobilier de la station

  EN BREF - Après avoir annulé le plan local d'urbanisme, le tribunal administratif de Grenoble a retoqué l'arrêté préfectoral autorisant la création d'une unité Lire plus

Flash Info

|

23/10

15h18

|

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin