Douze maires dont Eric Piolle mettent en demeure Total de respecter l’accord de Paris

sep article



FIL INFO – Douze maires, dont celui de Grenoble Eric Piolle, interpellent le PDG de Total, le sommant de respecter l’Accord de Paris sur le climat, et donc d’arrêter une partie de son exploration pétrolière.

 

 

Éric Piolle durant sa conférence de presse. DR

Éric Piolle . DR

Le maire de Grenoble Eric Piolle a menacé de por­ter plainte contre Total si le pétro­lier refuse de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés face au réchauf­fe­ment cli­ma­tique.

 

Dans une vidéo pos­tée ce 23 octobre sur les réseaux sociaux, Eric Piolle somme le PDG de l’en­tre­prise fran­çaise de res­pec­ter l’ac­cord de Paris sur le cli­mat alors que Total a été dési­gné en juillet 2017 par un rap­port du Climate Accountability Institute comme le 19e plus gros émet­teur de gaz à effet de serre au monde.

 

« Ici, dans les Alpes, le réchauf­fe­ment va deux fois plus vite qu’ailleurs : les gla­ciers fondent, les lacs se vident, la neige manque. Ailleurs, les incen­dies ravagent les cam­pagne et les inon­da­tions abi­ment les villes. Après New-York, Oakland, San-Francisco, avec Bayonne, Bègle, Nanterre et tant d’autres, aujourd’hui, avec l’i­ni­tia­tive de l’ONG Notre affaire à tous, nous, les villes, nous haus­sons le ton envers les géants du car­bone ! Si cha­cun doit faire sa part, alors vous aussi ! », s’é­lève le maire de Grenoble.

 

Le 22 octobre, douze col­lec­ti­vi­tés et quatre asso­cia­tions de défense des droits de l’Homme et de l’environnement ont adressé à Patrick Pouyanné un cour­rier deman­dant à son entre­prise de res­pec­ter la loi de février 2017 rela­tive au devoir de vigi­lance des socié­tés mères et des entre­prises don­neuses d’ordre.

 

 

« Il faudrait laisser trois quarts des réserves fossiles aujourd’hui connues sous le sol »

 

Cette loi invite les grands groupes mul­ti­na­tio­naux à mettre en place des plans pour pré­ve­nir les risques liés à leurs acti­vi­tés, a expli­qué Marie Toussaint, la pré­si­dente de l’as­so­cia­tion « Notre affaire à tous » sur FranceTVInfo.

 

« Mais pour l’ins­tant, le plan de vigi­lance de Total est non seule­ment très court, mais en plus ne cite qu’à peine le risque cli­ma­tique et ne l’é­va­lue abso­lu­ment pas. Pour res­pec­ter l’Accord de Paris, c’est-à-dire limi­ter le réchauf­fe­ment à 1,5 ou 2 °C, il fau­drait lais­ser trois quarts des réserves fos­siles aujourd’­hui connues sous le sol. Or, Total est en train de pour­suivre l’a­chat de pro­duc­tions pétro­lières, mais éga­le­ment de conti­nuer l’ex­plo­ra­tion, notam­ment au large des côtes de la Grèce ou du Brésil. On a besoin qu’il s’ar­rête d’ex­plo­rer et qu’il s’ar­rête d’ex­ploi­ter une par­tie des puits de pétrole aujourd’­hui en fonc­tion­ne­ment. »

 

En sep­tembre 2017, le pétro­lier avait obtenu le feu vert de Nicolas Hulot pour pour­suivre ses recherches d’hy­dro­car­bures au large de la Guyane avant que ne soit votée la loi sur les hydro­car­bures.

 

Mais si la loi pré­voit de ne pas renou­ve­ler les conces­sions d’ex­ploi­ta­tions exis­tantes au-delà de 2040 sur le ter­ri­toire fran­çais, elle a aussi prévu des déro­ga­tions et notam­ment d’au­to­ri­ser l’oc­troi d’une conces­sion d’ex­ploi­ta­tion dans la fou­lée d’une éven­tuelle décou­verte et de pro­lon­ger les per­mis exclu­sifs de recherche déjà attri­bués.

 

PC

 

commentez lire les commentaires
2568 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. mmm à la fois, c’est une belle démarche, à la fois j’ai­me­rai que le Maire s’oc­cupe de sa ville – un éco­lo­giste natio­nal pour­rait s’en occu­per.
    j’ai du mal à com­prendre ce que veut Monsieur PIOLLE, il n’existe pas d’un point de vue natio­nal et fuit le local.
    Bon, si il arrive a être sur les deux fronts, tant mieux. Bon cou­rage en tout cas

    sep article
  2. Les Guyanais ne sont pas res­pec­tés, cf le com­mu­ni­qué de Guyane nature envi­ron­ne­ment
    https://www.facebook.com/notes/guyane-nature-environnement/p%C3%A9trole-offshore-total-les-observations-du-public-ignor%C3%A9es/244266039574581/
    est-ce que les maires le seront plus ? On peut tou­jours espé­rer … mais j’ai peur que les motifs éco­no­miques des grands groupes qui ne cherchent qu’à s’en mettre plein les poches n’é­crasent les desi­de­rata des popu­la­tions qui, elles, s’in­quiètent pour le cli­mat et la terre que nous lais­se­rons à nos enfants.

    sep article
  3. Mettre en demeure ? Non mais il faut arrê­ter ! Sur la base d’une étude dou­teuse d’une ONG bri­tan­nique ?

    Oh ben alors, Eric Piolle va por­ter plainte ?
    Vu les dos­siers judi­caires qui s’ac­cu­mulent sur lui depuis la publi­ca­tion du rap­port de la CRC, il fera mieux de se concen­trer sur sa défense.

    sep article