« Stop à la chasse le dimanche ! » réclame un collectif de vététistes à Grenoble

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Près de soixante-dix vététistes se sont rassemblés ce dimanche 21 octobre sur la place Grenette, à Grenoble. « Tous visibles, tous ensemble ! », tel était le mot d’ordre de ce rassemblement qui fait suite au décès, le samedi 13 octobre dernier à Montriond (Haute-Savoie), de Mark Sutton, un restaurateur de 34 ans tué par un chasseur alors qu’il pratiquait le VTT. Leur revendication ? Dire « stop à la chasse le dimanche ! »

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

Sur le coup de 10 heures ce dimanche 21 octobre, près de soixante-dix vététistes presque tous vêtus de gilets jaunes se sont regroupés près de la fontaine de la place Grenette récemment rafraîchie. La raison de ce rassemblement ? L’appel de Florent Bezine, l’organisateur,  posté quelques jours plus tôt sur le réseau social Facebook.

 

Un appel en forme de mot d’ordre. « Tous visibles, tous ensemble », lancé juste après le décès de Mark Sutton, un restaurateur de 34 ans originaire du Pays de Galles. Ce dernier avait été tué accidentellement par un chasseur le samedi 13 octobre à Montriond en Haute-Savoie alors qu’il pratiquait le VTT.

 

 

« S’ils ne veulent pas lâcher le dimanche, nous continuerons les rassemblements »

 

Les objectifs visés par ce regroupement ? D’une part, dire « Stop à la chasse le dimanche », indique très clairement une banderole. Mais aussi montrer que les zones de chasse proches des villes sont fréquentées par de plus en plus de personnes, et que « ces espaces naturels doivent être partagés en toute sécurité ». Pour autant, rien qui puisse ressembler à une déclaration de guerre aux chasseurs, Florent Bezine s’en défend.

 

« Nous voulons juste pouvoir rouler en toute sécurité sans la présence des chasseurs. S’ils ne veulent pas lâcher le dimanche, nous continuerons les rassemblements », déclare le jeune vététiste. Qui tempère et n’exclut aucunement la possibilité de rencontrer les fédérations et associations de chasseurs pour faire avancer les choses.

 

 

 

 

« On en appelle au préfet, aux députés et même au président de la République »

 

La mobilisation de ce dimanche bien qu’encore embryonnaire risque d’ailleurs bien de faire tâche d’huile. Pour preuve, la présence d’un collectif venu tout droit de Morzine (commune proche de Montriond) en soutien du mouvement et pour défendre l’idée de « montagnes plus sûres ».

 

Chrstine, la jeune anglaise du collectif venu de Morzine. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Chrstine, la jeune Anglaise du collectif venu de Morzine. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« L’idée nous est venue après la mort de Mark Sutton que nous connaissions tous car il avait un restaurant aux Gets. Nous nous sentions touchés, impuissants et révoltés. C’était dans un premier temps pour partager notre chagrin et ensuite nos idées pour tenter d’améliorer la situation actuelle », explique Christine, une jeune Anglaise au français parfait.

 

« Notre dialogue est ouvert avec le milieu de la chasse et des gens qui aiment la nature. Nous essayons de toucher le plus de responsables de fédérations et d’associations de chasseurs, de randonneurs ou autres usagers », précise-t-elle encore.

 

Le but ? Trouver des solutions pour qu’un tel drame ne se reproduise plus jamais. « On en appelle au préfet, aux députés et même au président de la République car ça ne peut plus durer ! », martèle la jeune femme.

 

 

Pierre Mériaux : « tout ceci est choquant ! »

 

Pour Pierre Mériaux, conseiller municipal délégué à la montagne et au tourisme, « évidemment tout ceci est choquant ! » L’élu fait ici référence à la décision préfectorale d’ouverture de la chasse dès le 1er juillet, combattue en vain par nombre d’associations. « On ne comprend pas. Alors que certains se polarisent sur des risques d’insécurité en ville, ils ne raisonnent pas de la même façon quand on est en montagne. Nous, nous voulons la sécurité partout et pour tous », affirme Pierre Mériaux.

 

Joël Kermabon

 

commentez lire les commentaires
5464 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Pfff alors que le quota de prélèvement de randonneur et VVTiste a été relevé…

    Plus sérieusement, il faut juste accepter la non compatibilité des activités et réserver des temps dédiés.
    Ça râlera des deux cotés, je ne vois pas de solutions autre pour coexister

    sep article
  2. j’habite sur le Plateau de Petites Roches. Les chasseurs tirent à quelques dizaines de mètres des habitations en impunité totale – impossible de prouver le non-respect de la loi. Ca serait ma parole contre la leur.
    Pire encore, la législation actuelle (150m des habitats les plus proches et tirs VERS la forêt) n’a aucun sens aujourd’hui, car beaucoup de chasseurs sont équipés avec des fusils semi-automatiques aux munitions de guerre, capables de tuer à 500-800m. Pourquoi les chasseurs tirent à côté des villages et côté des routes ? La réponse est simple – ils ne veulent pas porter les carcasses des animaux tués sur une longue distance, surtout en montagne.

    sep article