Municipales 2020 : Philippe De Longevialle, Marie-Claire Nepi et Franck Trouilloud lancent le collectif « Grenoble Innove »

sep article

Notre indépendance c

FOCUS – Le centriste Philippe de Longevialle, ancien adjoint de Michel Destot, a présenté ce samedi, en compagnie de sa collègue centriste Marie-Claire Nepi, de Franck Trouilloud, ex-directeur de la communication de la Ville sous Michel Destot, et d’une dizaine d’autres sympathisants son nouveau collectif, baptisé « Grenoble Innove ». Lancé dans l’optique des municipales 2020, celui-ci rassemble des personnalités de différents horizons politiques et de la société civile. Objectif affiché : offrir une alternative aux Grenoblois ne se reconnaissant ni dans la municipalité actuelle ni dans la candidature d’Alain Carignon.

 

 

« On est en marche… par­don, en mou­ve­ment ! » Philippe de Longevialle se ravise immé­dia­te­ment et part dans un éclat de rire se pro­pa­geant à l’assemblée. Lapsus révé­la­teur ? Tout comme La République en marche (LREM) avait bous­culé l’échiquier poli­tique natio­nal en 2017, en trans­cen­dant les cli­vages poli­tiques tra­di­tion­nels, « Grenoble Innove » ambi­tionne de pro­duire un tel séisme à l’échelon gre­no­blois, à l’occasion des élec­tions muni­ci­pales 2020.

 

Les trois porte-parole du col­lec­tif, Philippe de Longevialle (au centre), Marie-Claire Nepi (au pre­mier plan à gauche) et Franck Trouilloud (à droite), entou­rés d’une dizaine d’autres membres de Grenoble Innove, ce samedi 13 octobre, place Saint-André. © Manuel Pavard – Place Gre’net

 

Mis sur orbite offi­ciel­le­ment ce samedi, le nou­veau col­lec­tif porté par l’ex-adjoint cen­triste à l’urbanisme sous Michel Destot ras­semble ainsi « des gens de sen­si­bi­li­tés diverses, issues du centre, de la gauche, de la droite et de la société civile ».

 

 

« Trois porte-parole mais pas encore de chef de file ou candidat »

 

Mais là où LREM s’était dès le départ pla­cée sous la coupe d’Emmanuel Macron, « Grenoble Innove » refuse pour l’heure de s’afficher au ser­vice d’un can­di­dat déclaré. « On fait l’inverse de ce que font tous les autres, avec quelqu’un qui est dési­gné tête de liste », affirme Philippe de Longevialle.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
5281 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Grenoble n’a jamais été facile à prendre pour un chal­len­ger ras­sem­bleur face à Piolle et pour­tant aucun lea­der d’opposition ne peut pré­tendre à ce ras­sem­ble­ment.
    Safar est un homme du passé, De Longevialle c’est l’histoire ou la pré­his­toire par rap­port à 2020 (il a tra­versé les hori­zons droite / gauche), Gemmani est peut être le mieux placé mais ce der­nier n’accepte jamais les com­pro­mis donc com­ment ras­sem­bler, et enfin En Marche (arrière) va subir jour après jour la déroute natio­nale, sauf si l’actualité vient à s’embellir dif­fi­cile de croire que Chalas ou Véran puissent l’emporter. Bref toutes ces listes posi­tion­nées lorsque l’on prend du recul sur un centre large gauche droite ne pour­ront gagner qu’avec un pro­gramme ras­sem­bleur autour de quelques lea­ders mais sur­tout des nou­velles têtes, et mieux encore avec un nou­veau lea­der. Piolle pourra pré­tendre à un nou­veau man­dat sans belle majo­rité mais tant pis, les gre­no­blois subi­ront ces dés­unions pour des guerres de clan cen­triste.

    sep article
    • Belle ana­lyse que je par­tage entiè­re­ment !

      sep article