Du hip-hop à la sauce nippone avec le groupe Tokyo Gegegay à La Rampe d’Échirolles : décoiffant !

sep article



FOCUS – Attention, les superstars nippones du groupe Tokyo Gegegay (prononcez gai-gai-gay) débarquent à Échirolles jeudi 4 et vendredi 5 octobre 2018. La Rampe y programme un spectacle très réussi, mêlant culture japonaise et danse hip-hop. Trois pièces s’y succèdent avec, en point d’orgue, le show survolté de cinq interprètes grimés en lycéennes qui n’ont pas froid aux yeux ! Réjouissant.

 

 

Yoso (Éléments) © Kota Sugawara

Yoso (Éléments) © Kota Sugawara

Le saviez-vous ? L’année 2018 marque le 160e anni­ver­saire des rela­tions diplo­ma­tiques entre le Japon et la France. D’où la mise en place de l’opération Japonisme 2018, por­tée par les gou­ver­ne­ments fran­çais et japo­nais. À la clé : une sai­son cultu­relle nip­pone qui irrigue toute la France de juillet 2018 à février 2019.

 

Par sa ten­sion per­ma­nente entre tra­di­tion et moder­nité, la culture nip­pone fas­cine. Si on l’associe à la danse hip-hop, même le plus rétif à la danse contem­po­raine y trou­vera de l’intérêt. C’est le pari lancé par La Rampe, la scène conven­tion­née danse et musiques d’Échirolles, qui pro­gramme Triple Bill #1 jeudi 4 et ven­dredi 5 octobre 2018. Cette créa­tion orches­trée par la Biennale de la danse de Lyon com­porte trois pièces courtes aux esthé­tiques hip-hop aux anti­podes. Leur point com­mun ? Les dan­seurs japo­nais y sont spec­ta­cu­laires.

 

 

Le hip-hop soigné de Kader Attou et de Jann Gallois

 

Si la soi­rée affiche trois temps dis­tincts, on est tenté d’en dis­so­cier deux, tant la rup­ture se fait nette entre les deux pre­mières pro­po­si­tions d’une part et la troi­sième d’autre part.

 

D’un côté, les deux pre­mières pièces inédites créées pour l’occasion par les deux cho­ré­graphes fran­çais Kader Attou et Jann Gallois. De l’autre, la troi­sième pièce, abso­lu­ment décoif­fante, pro­po­sée par le très popu­laire cho­ré­graphe nip­pon Mikey. Les deux Français pro­posent un cock­tail mesuré et har­mo­nieux entre la culture nip­pone et les danses hip-hop et contem­po­raines. Tous deux ont écrit leurs par­ti­tions pour le même quin­tet d’interprètes de hip-hop japo­nais.

 

Reverse © Kota Sugawara

Reverse © Kota Sugawara

Dans Yōso, Kader Attou, bien connu sur la scène des danses urbaines, exploite toute la vir­tuo­sité de ces solistes hors pair. La danse hip-hop y est fluide et har­mo­nieuse, tra­ver­sée de tableaux ren­ver­sants pui­sant par­fois leur esthé­tique dans les arts mar­tiaux.

 

La pre­mière pièce, Reverse, signée par la jeune cho­ré­graphe Jann Gallois se pré­sente plus hié­ra­tique. On s’y salue d’abord doc­te­ment, comme obéis­sant à quelque rituel. Les dépla­ce­ments tiennent du glis­se­ment ani­mal ou de la rep­ta­tion. Les têtes ne quittent pas le sol. Si la ver­ti­ca­lité est par­fois requise, ce sont tou­jours les pieds qui décollent du sol. Clin d’œil au lan­gage typique des “break-dan­ceurs” qui tour­noient volon­tiers sur la tête. Le tout res­pire la maî­trise de l’espace, le goût pour l’épure et les scènes gra­phiques.

 

 

Le hip-hop subversif et parodique des Tokyo Gegegay

 

Aux deux esthé­tiques léchées convo­quées par Kader Attou et Jann Galois répond l’énergie tota­le­ment débri­dée du groupe Tokyo Gegegay. Les cinq inter­prètes (un homme et quatre femmes) y déploient tou­te­fois une tech­nique redou­table, là aussi. Mais aux impec­cables figures au sol exé­cu­tées par les break-dan­ceurs répond un lan­gage plus mar­qué par le pop­ping, ce hip-hop qui consiste à contrac­ter les muscles de son corps de façon sac­ca­dée.

 

Le groupe Tokyo Gegegay © Kota Sugawara

Le groupe Tokyo Gegegay. © Kota Sugawara

 

Le tout de manière aussi exu­bé­rante, sub­ver­sive et ludique que pos­sible. Les poses las­cives y prennent une tour­nure réjouis­sante si l’on ne se for­ma­lise pas de voir l’usage peu ortho­doxe que font les inter­prètes d’une baguette de pain…

 

Groupe Tokyo Gegegay © Kota Sugawara

Groupe Tokyo Gegegay © Kota Sugawara

La pièce Tokyo Gegegay’s high school prend d’autant plus des allures d’exutoire qu’elle se déroule, comme son nom l’indique, dans le cadre asep­tisé d’une école japo­naise pour filles avec uni­formes à la clé. C’est peu dire que ce cadre-là, saturé de contraintes sociales, a tôt fait de voler en éclat.

 

On ne s’étonne pas d’apprendre que ces cinq-là sont de véri­tables stars au Japon. Et ce depuis 2013, année durant laquelle le groupe s’est illus­tré durant le concours « Dance@hero Japan » dif­fusé sur la chaîne Dance@TV. Spécialistes du show, ces inter­prètes hyp­no­tisent et bous­culent à la fois. Jouissif.

 

Adèle Duminy

 

 

Infos pratiques

 

La Rampe La Ponatière

15 ave­nue du 8 Mai 1945 à Échirolles

Triple Bill # 1

Jeudi 4 et ven­dredi 5 octobre 2018, à 20 heures

Tarifs de 9 à 30 euros

 

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
1907 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.