Chauffage au bois, écoquartier… La nouvelle école de Champagnier s’inscrit dans une démarche écologique

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — Pour l’inauguration de sa nouvelle école, la commune de Champagnier met les petits plats dans les grands en invitant la Métro, le Département, la Région et l’État. Et pour cause : l’établissement s’inscrit de plain-pied dans une démarche environnementale globale, en renonçant notamment au fioul au profit du chauffage au bois granulé, importé du Touvet.

 

 

La com­mune de Champagnier s’ap­prête à inau­gu­rer une école flam­bant neuve au soir du mardi 11 sep­tembre, en pré­sence de sa maire Françoise Cloteau, mais aussi du pré­sident de la Métro Christophe Ferrari ainsi que de repré­sen­tants du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et de la pré­fec­ture de l’i­sère. Beaucoup de beau monde pour saluer la (re)naissance d’un éta­blis­se­ment construit dans une notable démarche envi­ron­ne­men­tale.

 

Finition des travaux aux abords de l'école © Champagnier

Finition des tra­vaux aux abords de l’é­cole © Champagnier

 

Initialement construite dans les années 70, avant l’a­jout d’un bâti­ment et d’ex­ten­sions dans les décen­nies sui­vante, l’é­cole de Champagnier avait bien besoin d’une remise à neuf. À com­men­cer par une opé­ra­tion de désa­mian­tage deve­nue obli­ga­toire pour des rai­sons sani­taires, mais aussi pour répondre aux nou­velles exi­gences en matière d’ac­ces­si­bi­lité. Sans oublier une meilleure iso­la­tion acous­tique comme ther­mique, et la créa­tion en son sein d’un espace asso­cia­tif.

 

 

Une approche environnementale « globale »

 

À l’oc­ca­sion de cette refonte, le conseil muni­ci­pal a choisi de s’ins­crire dans une véri­table poli­tique envi­ron­ne­men­tale, décrit la char­gée de pro­jet Saïda Lecomte. « Ce n’est pas : “on refait l’é­cole sans se sou­cier de ce qu’il y a à côté”, c’est vrai­ment une approche glo­bale », insiste-t-elle. Ainsi, l’é­cole de Champagnier s’ins­crit-elle au cœur d’un éco­quar­tier label­lisé, qui sera lui-même inau­guré le 20 sep­tembre.

 

Une école mieux isolée et chauffée au bois granulé © Champagnier

Une école mieux iso­lée et chauf­fée au bois gra­nulé. © Champagnier

 

L’un des enjeux de la nou­velle école : le chauf­fage. Afin de gar­der ses 120 élèves au chaud de manière éco­lo­gique, l’é­ta­blis­se­ment a renoncé au fioul pour se tour­ner vers le chauf­fage au bois gra­nulé. Si la tech­nique com­mence (timi­de­ment) à se répandre dans l’Hexagone, Champagnier est la pre­mière com­mune isé­roise à l’a­dop­ter dans une école, se féli­cite encore Saïda Lecomte. Qui pré­cise que le bois uti­lisé pro­vien­dra du Touvet.

 

L’école a d’ores et déjà ouvert ses portes pour la ren­trée 2018. Ses amé­na­ge­ments auront repré­senté un coût de 1 335 000 euros, dont 591 239 pour la com­mune. Le reste est cou­vert par des sub­ven­tions de l’Europe (142 172 euros), de l’État (200 000 euros) et du Département (398 880 euros).

 

Sans oublier le Fonds cha­leur ter­ri­to­rial, dis­po­si­tif natio­nal géré sur le ter­ri­toire gre­no­blois par la Métro (14 709 euros), et même 8 000 euros de dota­tion au titre des Certificats d’é­co­no­mie d’énergie.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
1857 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.