Forte baisse du prix des appartements sur Grenoble : un signe de « paupérisation » des acheteurs ?

sep article

FOCUS – Grenoble, ville record de la baisse des biens immobiliers ? C’est ce qui ressort d’une étude publiée par les Notaires de France : la comparaison entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018 du prix de vente médian au mètre carré des appartements anciens montre une baisse de 6,4 % pour la capitale des Alpes. Alain Carignon monte au créneau et dénonce une « paupérisation générale de la ville »… De son côté, le président de la FNAIM Isère constate que les signes sont bien là, tout en relativisant.

 

 

Grenoble détient-elle le record national de la chute des valeurs des biens immobiliers ? C’est ce que proclame dans un communiqué Alain Carignon, en lice pour les municipales de 2020, pourfendeur acharné des politiques menées par ses successeurs à la mairie de Grenoble, Michel Destot et Éric Piolle. L’ancien ministre RPR s’appuie sur une note de conjoncture immobilière publiée fin juillet par les Notaires de France, et notamment reprise par Le Monde.

 

Dans cette note, qui concerne le premier trimestre 2018 comparé à celui de 2017, les Notaires de France signalent ainsi que la plupart des grandes villes de France ont vu le prix médian au mètre carré des appartements anciens augmenter. Des hausses parfois modérées (comme à Toulouse ou Montpellier) ou d’importance (à Bordeaux, Reims ou Metz).

 

Entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018, Grenoble enregistre une baisse de 6,4 % sur le prix au mètre carré des appartements anciens © Notaires de France

Entre le premier trimestre 2017 et le premier trimestre 2018, Grenoble enregistre une baisse de 6,4 % sur le prix au mètre carré des appartements anciens. © Notaires de France

 

Quelques rares villes font cependant exception et affichent une baisse au compteur. La région Auvergne-Rhône-Alpes en compte deux à elle seule : Saint-Étienne, où les appartements anciens perdent 3,3 % de leur valeur… et Grenoble, où la baisse enregistrée est de 6,4 %. Avec, tout de même, un prix au mètre carré qui se maintient à 2 040 euros. Soit sensiblement supérieur à des villes comptant une population relativement équivalente, telles Clermont-Ferrand ou Dijon.

 

 

Un « tourbillon de baisse » pour certains quartiers

 

Toujours est-il que la capitale des Alpes enregistre bien la plus forte baisse nationale, ce qu’Alain Carignon perçoit comme un signe de « paupérisation générale de la ville engagée depuis une quinzaine d’années ». Une « dérive » que l’ancien maire appelle à contrer en « requalifiant les quartiers par un autre équilibre entre HLM, propriétaires et activités, [en] créant des parcs et jardins, une accessibilité et une fluidité du trafic, des actions fortes pour rétablir la sécurité et la propreté ».

 

Vincent Delaunois, dirigeant de l'agence immobilière Audras & Delaunois et président de la FNAIM 38 depuis 2013. DR

Vincent Delaunois, dirigeant de l’agence immobilière Audras & Delaunois et président de la FNAIM 38 depuis 2013. DR

Le président de la FNAIM Isère (Fédération nationale de l’immobilier) Vincent Delaunois ne cache pas sa « surprise » devant le chiffre avancé par l’étude, et ceci d’autant plus qu’il ne concerne bien que la ville, et non l’ensemble de l’agglomération.

 

Mais l’agent immobilier n’en décrit pas moins, sur certaines zones, des biens pris « dans un tourbillon de baisse, et qui n’ont pas encore atteint le plancher ».

 

Par exemple ? « Je pense aux quartiers sud de Grenoble, et même les grands boulevards », nous confie encore Vincent Delaunois. Sollicités par Place Gre’net, les Notaires de France confirment que les Grands Boulevards tirent les statistiques à la baisse. Les autres secteurs concernés ? Berriat, les Eaux Claires, ou encore Patinoire Bajatière. « Dans les autres quartiers, les prix sont en légère hausse (entre 1 et 3 %) », ajoutent les notaires.

 

 

Un signe réel de paupérisation des acheteurs

 

Quoi qu’il en soit, Vincent Delaunois relativise : « Il faut se remettre dans le contexte des hausses vertigineuses entre 1998 et 2007. La baisse est plutôt inquiétante, mais si l’on se place sur des temps longs, nous avons eu des niveaux tellement extravagants que l’atterrissage n’est pas catastrophique… sauf évidemment pour les gens qui ont acheté au mauvais moment », estime-t-il.

 

Ce qui n’empêche pas le président de la FNAIM d’exprimer de l’inquiétude, en observant un signe bien réel de paupérisation des acheteurs : « Nous avons un marché plutôt porteur, et constatons toujours des baisses de prix. Si le marché était à plat, il n’y aurait pas de demande et l’offre s’effondrerait, mais l’offre continue à atterrir alors que la demande est là ». Conclusion ? « La demande a moins les moyens qu’avant », se désole Vincent Delaunois.

 

Contrairement aux appartements, le prix des maisons anciennes sur Grenoble est à la hausse. Mais l'agglomération est comprise dans le calcul. © Notaires de France

Contrairement aux appartements, le prix des maisons anciennes sur Grenoble est à la hausse. Mais l’agglomération est comprise dans le calcul. © Notaires de France

 

Reste une deuxième donnée diffusée par les Notaires de France, plus encourageante, et qu’Alain Carignon oublie (opportunément ?) de mentionner : le prix de vente médian des maisons anciennes au premier trimestre 2018 est à la hausse sur Grenoble. Il augmente ainsi de 4,2 %, se fixant à 297 000 euros, un montant très correct au regard des autres territoires.

 

Un bémol toutefois : contrairement aux appartements, la statistique sur les maisons anciennes concerne la ville et son agglomération. Sans compter que le parc immobilier privé de Grenoble compte en majorité… des appartements.

 

Florent Mathieu

 

 

commentez lire les commentaires
17961 visites | 52 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 52
  1. A un moment du mandat de Monsieur Piolle,maire de Grenoble,
    l’information suivante qui circulait dans les journaux « qu’il était
    l’administrateur de la société Raise Partener, dont le siège social
    était basé à Singapour », cette société était spécialisée dans la gestion
    des risques financiers.
    j’ose espérer , qu’il n’a pas incité ses clients à investir dans l’immobilier
    à Grenoble ,car si c’était le cas, il a provoqué pas mal de faillites et mis
    sa société en danger de liquidation judiciaire …

    sep article
  2. Qu’on le veuille ou non la société civile avec Alain Carignon sont les seuls à proposer un plan global avec des solutions concrétes et leur financement pour re-qualifier la ville. Ce que la presse a appelé le big bang. (http://grenoble-le-changement.fr/2018/03/07/le-big-bang-dalain-carignon-pour-requalifier-grenoble/) Et quoi qu’on pense de Carignon tout le monde sait bien au fond de lui qu’il est bien le seul avec une nouvelle équipe à avoir le courage et l’expérience pour le mettre en oeuvre

    sep article
    • sep article
    • troll !
      Plus d’élus condamnés, qu’ils passent à la suite
      Si cette personne aime « sa » ville qu’il comprenne que passer la main sera la meilleure chose, cela ne l’empêchera pas de proposer des idées.
      Mais le pouvoir, ah! le pouvoir…

      sep article
    • Le « Big Bang » peut se produire à la seule condition que l’on oblige
      le personnel politique grenoblois,dans son ensemble à aller vivre
      à l’Arlequin,Mistral,Villeneuve,Teisseire .je reconnais que j’ai une
      pensée particulière, pour ceux qui prônent la mixité sociale pour
      les autres et surtout pas pour eux mêmes …

      sep article
  3. sep article
  4. Qu’on le veuille ou non la société civile avec Alain Carignon sont les seuls à proposer un plan global avec des solutions concrétes et leur financement pour re-qualifier la ville. Ce que la presse a appelé le big bang. (http://grenoble-le-changement.fr/2018/03/07/le-big-bang-dalain-carignon-pour-requalifier-grenoble/) Et quoi qu’on pense de Carignon tout le monde sait bien au fond de lui qu’il est bien le seul avec une nouvelle équipe à avoir le courage et l’expérience pour le mettre en œuvre.

    sep article
    • troll !
      Plus d’élus condamnés, qu’ils passent à la suite
      Si cette personne aime « sa » ville qu’il comprenne que passer la main sera la meilleure chose, cela ne l’empêchera pas de proposer des idées.

      sep article
  5. Que le 1er magistrat de Grenoble, Eric Piolle fasse enfin sont travail afin de sécuriser notre ville, la nettoyer et la rendre attractive, ça changera de son laxisme au quotidien comme celle de sa municipalité et majorité Métropolitaine.

    sep article
    • Il est certainement plus porteur pour Monsieur Piolle, pour sa promotion médiatique,de décorer Cédric Herrou, jugé à plusieurs reprises pour avoir enfreint la loi dans la vallée de la Roya ,que d’administrer la ville qui lui a été confiée. Son calcul devait lui rapporter une belle popularité, puisqu’il faisait réagir le préfet, auquel il a répondu , « condamnez-moi ». Très bien monsieur Piolle , vous êtes d’un humanisme exceptionnel…!

      Pourriez- vous, vous pencher sur le drame qui vient de marquer notre agglomération grenobloise. En effet, Adrien Perez a été assassiné, en portant secours à un couple d’amis, ne serait-il pas courageux de le décorer à titre posthume et faire en sorte d’appliquer la « tolérance zéro » pour les incivilités , afin de rendre notre ville vraiment apaisée…

      sep article
  6. Ce qui importe n’est pas tant le taux d’évolution à court terme que le point de départ : plus de 2000€ le m2, c’est évidemment beaucoup trop cher. Il faut donc que cela baisse dans l’intérêt des familles, et non des rentiers représentés par Carignon.

    sep article
    • Autant je n’aime pas Monsieur Carignon et pour que bien de notre ville je considère qu’il devrait arrêter la politique locale… ou trouver une autre localité.
      Autant là; il n’y est pour rien.
      Presque 10 000/m2 à paris, 5 000 /M2 à Lyon en centre ville.
      La question est plutôt celle de la richesse du travail VS patrimoine ou comment en travaillant toute sa vie honnêtement il n’est plus possible d’acheter un logement « moyen » (par moyen j’entend agréable, pas une maison à l’Ile verte ou à Bivier).

      Toute la création de richesse / valeurs de ces dernières années s’est basée sur une valorisation du patrimoine – donc emprunt pour les nouveaux arrivant sur le marché et non par la création de richesses collectives (création d’entreprises, emploie, hausse de salaires lié à l’activité éco etc…)

      sep article
  7. Je pense que l’économie d’une ville est directement liée au comportement de
    ses habitants, le prix de l’immobilier dépend directement du nombre d’incivilités.
    Les incivilités sont en augmentations dans la plupart des quartiers de grenoble
    il est logique que le prix de l’immobilier dégringole. pour toute personne sensée
    cet « axiome » devrait paraître évident . hélas, sur Grenoble les idéologues pensent
    que cette logique n’existe pas…
    La réalité est, que demain mercredi 8 Août à 16 h, les amis d’Adrien Perez,appellent
    à une marche blanche qui partira de la place de Verdun, dans la dignité et le silence.
    cette marche blanche en mémoire de leur ami assassiné, aura pour but de dénoncer
    l’insécurité de plus en plus présente sur l’agglomération grenobloise…
    Nous sommes tous invités à y participer.

    sep article
    • Savez-vous qu’Adrien Perez a été assassiné à Meylan ?

      sep article
      • …par des gens (présumés innocents) de SMH

        sep article
        • Même pas ! D’après « Le Monde.fr » de ce jeudi 9 août, « Younes et Yanis El Habib, deux frères habitant le quartier Teisseire, secteur difficile de Grenoble »…..
          De toute façon, ce type d’ergotage est assez symptomatique d’une idéologie prétendument progressiste dont on sait qu’elle est définitivement fâchée avec le réel.

          sep article
  8. A Une bonne nouvelle pour les futurs primo-accédants comme moi. Encore trop cher à mon avis, ces vieux immeubles où l’on suffoque l’été ne valent pas la moitié de leur prix.

    sep article
  9. L’immobilier c’est toujours un bon marronnier 😀

    Ce qui est intéressant dans les échanges, ce sont les sujets de discutions: tout tourne autours de la sécurité / incivilité. Pour le « communautarisme » il faudra un jour mettre un mot sur ce terme poli, on ne peu toujours parler des Auvergnat, de leur langue, leur culture etc….

    Sujets peu traités par Place Gre Net – alors je dis traité je ne veux pas faire du sensationnalisme mais essayer d’être factuel sur des chiffres, ne pas jouer sur la peur (= faire monter les mauvaises droites) mais regarder le sujet tel qu’il est.

    Sur le rôle des uns et des autres, je serai un jour sincèrement curieux de rencontrer les commentateurs. Le GAM est il toujours seul? Caro se lève t elle sur tous les sujets contre vents et marée? Fais je toujours du mauvais esprit?
    Reste que d’un point de vue factuel, cet indicateur de prix constitue un très mauvais signe. Et que Grenoble, comme Marseille ou les villes américaines à ses « banlieues » intra muro, et que tous fuient au plus proche ou jusqu’a Voiron.

    En terme d’attractivité (et c’est ma marotte), a quand un train TGV digne de ce nom? et un système de train local pour desservir entre Voiron / centralp / Grenoble / ZIRST / Meylan / Montbonnot etc… (je vous laisse ajouter tous les arrets que vous voulez, Pont de Claix, Echirolles etc…)

    sep article
  10. Chère Caro, l’éducation commence à la maison, pas dans la rue. Par ailleurs une collègue qui vient des quartiers et habite désormais en périphérie, m’a dit dernièrement qu’elle ne voulait pas amener ses enfants à la fête de la musique, dans ces quartiers en particulier, par crainte des débordements et violences en général. Tpit le reste n’est que discours. Cordialement

    sep article
    • Chère Gilce. L’éducation commence à la maison, sans doute. Mais quand les parents sont au chômage depuis des années, sont discriminés et courbent l’échine, quel exemple donnent-ils aux enfants ? comment les inciter à travailler à l’école pour devenir chômeur quand ils seront grands ?
      Ne vaudrait-il pas mieux revoir le fonctionnement entier de la société pour que chacun y ait une place ?
      On va à la catastrophe, partout, pas seulement à Grenoble. Je suis très pessimiste sur notre avenir, surtout quand on a en face de soi un procureur qui ne sait que jeter de l’huile sur le feu.
      Bonne journée

      sep article
      • Discours misérabiliste et victimaire classique. En faisant porter tout le poids des problèmes économiques et sociaux sur la société, on occulte la responsabilité individuelle. JE connais assez bien le milieu de l’enseignement dans les quartiers pour affirmer cela. Comment voulez-vous que ces gamins ne développent pas une haine de la société, lorsqu’on leur assène en permanence que celle-ci est la source de tous leurs maux? Donc, il est temps de considérer que les parents concernés ne sont pas tous au chômage; que certains jeunes s’en sortent bien malgré le fait qu’ils aient grandi dans un milieu défavorisé; et que l’irrespect en général, traduction concrète de l’individualisme libéral-libertaire touche tous les milieux, y-compris les plus aisés. Certes, tout le monde n’a pas les mêmes chances de réussite selon que l’on provienne d’un milieu favorisé ou non; mais ils est temps de sortir du discours victimaire qui ne conduit qu’à encourager la haine de la société.
        En ce sens et pour contribuer à combattre la catastrophe qui s’annonce, je ne peux que vous encourager à lire « Allah est grand, la République aussi », de Lydia Guirous (je vous l’offre si vous le désirez).

        sep article
        • « Discours misérabiliste et victimaire classique »
          réponse tout ce qu’il y a de plus classique 😉
          CQFD

          sep article
  11. « Place des Géants, excédé par le bruit la nuit, un habitant a répandu de l’huile partout où on pouvait s’asseoir, y compris sur les jeux d’enfants. Piscine Jean-Bron, les familles ont dû abandonner les bassins parce qu’une rixe avait éclaté entre une vingtaine de personnes. Quartier Hoche, un restaurateur a été dans l’obligation de fermer, ne pouvant plus faire face aux menaces. Rue de Strasbourg, un commerçant a donné sa caisse à un homme armé. Rue Dr-Mazet, pendant des semaines, une bande pénétrait dans les magasins pour voler de la marchandise. Grenoble bat des records de délinquance. Déjà, en 2014, le niveau était supérieur de 63 % à la moyenne nationale. :
    « Le niveau de violence dans l’agglomération grenobloise est inadmissible. »
    Le procureur de la république Jean-Yves Coquillat a publiquement déclaré qu’il
    n’avait jamais vu une ville aussi pourrie »…
    Comment peut-on penser que Grenoble puisse attirée des investisseurs avertis ?

    sep article
  12. C’est une pub pour le retour de Carignon ? Pourquoi pas ? Il se fera laminé s’il se présente :-))
    Est ce qu’il n’y aurait pas de meilleurs résultats s’il y avait plus de moyens ?
    Par exemple si le conseil départemental n’avait pas supprimé nombre
    de postes d’educateurs de rue ? Comment faire pour que les jeunes aient un emploi au lieu de dealer ?
    On attend quelques propositions intéressantes des pourfendeurs et pourfenderesses des racailles.
    Pourquoi la population se paupérise ?
    N’est ce pas normal que le prix au m2 retrouve un niveau normal, justement ?
    Et si de plus en plus de gens trouvaient qu’ette proprio n’etait pas la panacée ?
    Cette étude est un simple constat sans analyse des causes.

    sep article
    • L’éducateur de rue est une personne qui gagne moins de 1500 euros pour exercer un métier, qui n’apporte pas de solutions et ne peut pas changer les mentalités des déviants qui selon l’activité exercée peuvent gagner jusqu’à 10 fois son salaire.

      Sur Grenoble comme à Marseille, les classes moyennes supérieures quittent les villes et vont s’installer à l’extérieur, car que nous le voulions ou pas celles-ci deviennent dangereuses.
      Sur Grenoble, des humanistes bienveillants ont installé des nouveaux arrivants dans les quartiers déjà saturés de personnes en difficultés .Le bilan est,la prostitution et la mendicité aux carrefours des rues est en augmentation, avec les risques que cela comporte,sans que personne ne puisse proposer de solutions aux incivilités récurrentes .

      Notre personnel politique élu, à pour priorité le devoir de protection de la population qu’il est censé représenter, ce n’est hélas pas le cas. Il suffit de regarder le nombre de rixes qui font au mieux des blessés et souvent des morts, pour comprendre qu’au mieux le personnel politique grenoblois est incompétent et au pire malveillant envers ses administrés.

      Je pense que l’avenir de Grenoble sera catastrophique, si la fermeté (tolérance zéro ) ne devient pas le seul mode d’action avec les déviants. j’habite un quartier qui était censé être la vitrine de Grenoble et qui est en perdition totale.

      PS; il est bien évident que si vous contestez la réalité de mes dires, je vous invite à venir chez moi , pour vous montrer ce qui se passe dans la réalité grenobloise …

      sep article
    • Une simple question , où allez-vous trouver les moyens financiers pour appliquer votre géniale politique ?

      sep article
    • L’étude est le reflet d’une politique de laxisme sur la sécurité, la saleté, et d’une façon générale sur la quasi non construction pendant le mandat de Piolle.
      Aujourd’hui si vous pensez résoudre la criminalité croissante avec de l’éducation de rue, tant mieux. Personnellement je ne prends pas une bouteille d’eau pour éteindre un incendie.
      Les non sens sur la sécurité (abandon de la vidéo surveillance, la reponse ultra tardive aux incendies d’EDF et des gendarmeries, pour finir avec la Casemate) a condamné toute chance d’avoir la police de proximité du gouvernement. À force de critiquer tout pouvoir central voilà où nous en sommes. Recul sur l’attractivité, repli sur soi et globalement des résultats dans le rouge.
      La saleté est incroyable, visible de partout, l’avenue Alsace Lorraine est par endroit immonde et peu fréquentable la nuit.
      Enfin les logements neufs sont où ? À Fontaine, St EgrÈve, Seyssinet, Seyssins…les gens quittent Grenoble ville, pour aller en périphérie, ils attendent néanmoins des solutions aux bouchons qui ceinturent Grenoble.
      Là encore notre chère Municipalité jugera le projet de l’A480 nuisible…
      Nuisible posons nous bien la question, qui rend la ville nuisible ? J’en viens à regretter Destot, franchement quelle déception moi qui adore cette ville qui croyais que Piolle la rendrait belle et attrayante. Hormis aux yeux des derniers écolos convaincus, tous les indicateurs sont au rouge comme sur cette carte…

      sep article
      • Franchement, Erwann, connaissez-vous vraiment Grenoble ?
        Etes-vous aller faire un tour vers le nouveau quartier de la Presqu’ile ? et Flaubert ? et ce que deviendra l’Esplanade ? etc
        Grenoble se construit et les appartements se vendent, puisqu’il y a partout des familles et de nouvelles écoles.
        D’après l’INSEE, la population avait beaucoup baissé entre 1968 et 1990 mais depuis ne cesse de monter, même depuis l’arrivée du maire écolo …
        Si la ville vous parait sale, prenez-vous en d’abord à ses habitants qui jettent n’importe quoi par terre pour éviter de faire 100 m et mettre leurs déchets dans une poubelle. Trouvez un moyen de les éduquer. Ce serait pas mal !

        sep article
        • Grenoble j’y suis né, j’y ai vécu ma jeunesse, j’ai bougé puis suis revenu.
          Grenoble c’etait La ville de l’innovation, du CEA, de la véritable construction citoyenne, des associations…
          Grenoble était ancrée dans la criminalité mafieuse, mais pas celle du crime, de l’incendie des forces publiques, etc…
          Grenoble était attractive.
          Les indicateurs économiques étaient verts. Croissance, écoles, centres de recherches, urbanisme, musée, tram, etc…Grenoble plaisait.
          Honnêtement Caro je ne vous convaincrez pas. Même avec une étude aussi factuelle que celle réalisée à l’echelle nationale sur la pierre. Économiquement c’est un très mauvais signe, préoccupant, nous perdons de la vitesse, et au lieu de se poser les questions de ce marasme vous préférez prétendre que l’Esplanade est le symbole du renouveau. Restez dans vos certitudes. Je regrette simplement que l’opposition de gauche ne soit pas plus présente, car vos certitudes cesseraient en mars 2020…indicateurs au rouge c’est factuel, continuez à le nier, quelles études sérieuses montrent que l’economie, le logement vont bien à Grenoble ?

          sep article
          • Je suis née à Grenoble aussi et j’y suis revenue il y a déjà fort longtemps après quelques années d’absence.
            Grenoble est toujours une ville aussi attractive et c’est la CCI qui le dit
            http://www.grenoble.cci.fr/presentation-de-l-activite-economique-de-la-region-grenobloise–19148.kjsp
            « 1er pôle de recherche publique français après Paris-Ile de France, 1re ville où il fait bon étudier.  »
            Ce n’est pas du tout le marasme que vous énoncez. Grenoble a perdu l’économie traditionnelle et on peut fort le regretter, la ganterie, les usines anciennes des biscuiteries, du chocolat, Neyrpic (nom qui parle aux vieux grenoblois) etc, je le regrette, mais a gagné dans les nouvelles technologie, dans l’économie sociale et solidaire, c’est une ville très dynamique.
            La propreté de la ville est affaire de tous, mais les arrêtés municipaux ne sont pas respectés en ce qui concerne les trottoirs, par exemple
            « Le balayage des voies publiques est assuré par les riverains en ce qui concerne les trottoirs et par le Service de la Voirie municipale, en ce qui concerne la chaussée. »
            (Art. 187 du Règlement sanitaire départemental) »
            Des habitants n’ont toujours pas admis que l’équipe Destot ait été battue et font tout pour dézinguer l’équipe de Piolle, sans vouloir prêter attention à ce qu’elle fait. Pas sûr qu’elle se représente en 2020, mais, pour moi, elle aura fait du bon travail, après tâtonnement dû à son inexpérience et personne n’est venu l’aider, contrairement à l’équipe de Carignon quand il a débarqué à la Mairie et qu’une escouade de RPR était venue de Paris lui expliquer comment diriger une ville.
            J’entends les Grenoblois se plaindre sans arrêt, sans regarder ce qui se passe ailleurs en souvent bien pire. Grenoble ne fait pas partie, et de loin, des villes où les commerces ont le plus fermé
            https://c.ledauphine.com/france-monde/2017/02/11/fermetures-de-commerces-quelles-sont-les-villes-les-plus-touchees
            C’est une tendance générale, liée à l’e-commerce, aux grandes surfaces ou à la paupérisation de la population, ce n’est pas spécifique à Grenoble, contrairement à ce que veulent faire croire les opposants.
            Il faut peut être suivre l’évolution et mettre aussi la main à la pâte. Un peu facile de ne faire que dézinguer sans rien proposer. Rien n’est parfait, tout peut être amélioré.

            sep article
            • Votre réponse est le reflet du déclin effectif que nous constatons. Comment expliquer que Bordeaux, Lyon, Rennes, Nantes ou Montpellier restent en tendance positive dans l’enquete mentionnée.

              Les enquêtes nationales pointent le retard sur l’immobilier, l’attractivité recule économiquement et la délinquance augmentent. C’est factuel.

              Que la CCI de Grenoble, que Digital Grenoble, que xxxx Grenoble disent que Grenoble est dans le peloton de tête économiquement heureusement il ne manquerai plus que les chambres consulaires ou autres clusters prétendent le contraire.

              Ce que je vois c’est la tendance, ce signe lent mais visible d’un manque de projection sur l’emploi, sur le renouveau du logement, sur l’incapacité à attirer des investisseurs,…nous reculons.

              Quand un nouvel élu installé infléchit négativement des soutiens aux industries de pointes et aux pôles de compétitivité vers ceux qui ont remplacé Neyrpic ou Xavier Jouvin, on s’enterre soi même. Quel signal sinon le Maire a-t-il donné a des investisseurs et à ces sociétés qui emploient nombre de salariés et sous-traitants ? En quoi une politique dont les signes sont maintenant visibles est tournée vers l’economie sociale et solidaire à l’echelle d’une ville de 160 000hts ?

              Vous savez j’admire votre courage de défendre encore l’indéfendable bilan de la municipalité mais les petits signes accumulés comme des « victoires » se retournent contre la majorité: vidéosurveillance, bibliothèques fermée, logement, Esmonin, la Casemate, l’ecole Berriat, le dossier de l’Esplanade finalement peu abouti, baisse drastique des subventions aux pôles de compétitivité, vote « dogmatique » à la Métro sur l’A480 des élus écolos…sur ces dossiers il y aura toujours des divergences mais ils resteront dans un bilan au final négatif nuisant à l’attrait de la ville.

              Des compromis avec des modérés comme moi auraient probablement permis de croire encore en Piolle, aujourd’hui si Gemmani se présente je le rejoindrai.

              sep article
              • Bonne journée, je tire l’échelle, dans le marasme national actuel, même Gemmani (que je connais et que j’aime bien) ne pourrait pas grand chose. Il va se casser les dents sur le manque de subventions et sur le désengagement de l’Etat.
                Vous refusez de voir ce qui se fait de positif, le prix du m2 des logements n’est pas un indicateur, plus il est élevé, moins les gens achètent et plus ils vont dans la périphérie. C’est comme ça que meurent les villes, Grenoble n’en est pas là et heureusement.

                sep article
                • euh… non c’est l’inverse.
                  Si toutes les communes autours sont plus chère c’est que c’est Grenoble qui est « pauvre ».

                  Il y a deux sujets:
                  1) le fait de pouvoir acheter un logement décent en travaillant pour le plus grand nombre (et là on parle de pouvoir d’achat)
                  2)la richesse / pauvreté relative

                  En suivant votre raisonnement Paris est cher et il n’y a pas de transaction ou St Étienne est peu cher et il y a énormément de demande (= de transaction).
                  Ce que vous mettez en avant est l’effet « Berlin »= loyer peu cher (il y avait plus de logements que d’habitants) ce qui a permis (le loyer à payer en moins) un développement culturel alternatif.

                  Revenons en France: St Étienne a le même soucis de Grenoble =les gens avec de l’argent sont allés vivre en dehors de la ville. La ville était belle (j’ai été étonné des façades et bâtiments du centre) pourtant c’est « gore » en terme de population quand on se ballade là bas. Et coté effort, c’est 00 fois ce qui est fait ici, mais les gens ne reviendrons plus au centre ville (peur des agressions et des trafics). Autre point: une ville permet des transports en commun, étaler les gens ou les pousser vers des périphéries créée une civilisation de la voiture.

                  sep article
  13. La problématique est très simple : les bobos et « bourgeois » fuient tous les quartiers où progressent racailles/incivilités/délinquance/communautarisme et se retrouvent, pour ceux qui préfèrent rester à Grenoble intra-muros, tous à Championnet, dans l’hyper-centre et à l’Île verte, car c’est ce qu’ils préfèrent pour eux et leurs enfants – et ils ont bien raison. C’est comme pour la carte scolaire: malgré tous les beaux discours qu’on peut entendre voire tenir soi-même au sujet du « vivre-ensemble » et de la mixité sociale, peu de monde souhaite voir ses enfants scolarisés avec des racailles.

    Je rejoins ainsi ceux qui disent qu’il ne s’agit pas d’une paupérisation, mais plutôt une fuite à la périphérie. Ne restent que ceux qui n’ont pas les moyens de fuir, exactement comme cela s’est passé pour les grands ensembles, d’où la paupérisation évoquée, qui n’est pas la cause mais la conséquence de la fuite de certains habitants.

    Dommage, car dans l’ensemble je partage nombre de préoccupations écologiques de la majorité actuelle à la mairie de Grenoble; le problème étant que celle-ci a oublié que ne pas traiter les problèmes de délinquance voire encourager ou excuser le communautarisme était loin de rendre service aux populations dans les « quartiers » (au sens large).

    sep article
  14. Ce n’est pas les acheteurs qui se paupérisent , c’est la ville de Grenoble, qui croule sous le poids des incivilités, sans que le moindre remède ne soit appliqué.
    Il y a encore quelques quartiers qui résistent à l’image de l’île verte …

    sep article
  15. Pas vraiment, c’est juste que plus personne ne veut acheter…

    Il ne s’agit pas de pauperisation mais d’une fuite vers la périphérie.

    Il drôle de président de la FNAIM: « Il faut se remettre dans le contexte des hausses vertigineuses entre 1998 et 2007. La baisse est plutôt inquiétante, mais si l’on se place sur des temps longs, nous avons eu des niveaux tellement extravagants que l’atterrissage n’est pas catastrophique… sauf évidemment pour les gens qui ont acheté au mauvais moment »

    Donc tous ceux qui ont acheté entre 1998 et 2017…

    CVCM, revitaliser?

    sep article
    • J’approuve votre phrase très révélatrice de l’ambiance qui prédomine chez les résidents grenoblois, « il ne s’agit pas d’une paupérisation, mais d’une fuite vers la périphérie ». Un sondage a été organisé par la mairie de grenoble et la société SAGES, auprès des habitants de la ZAC Vigny/Musset .
      Il ressort du sondage qu’un pourcentage non négligeable des résidents de ce quartier n’ont qu’un souhait, c’est de fuir Grenoble et ses incivilités …

      sep article
  16. Ce n’est pas les acheteurs qui se paupérisent, c’est la ville de Grenoble qui est victime des incivilités qui sont tolérées dans pratiquement tous les quartiers de Grenoble. Il y a quelques endroits protégés, comme l’île verte.

    Tant qu’il n’y aura pas une volonté politique de discipliner les
    déviants, Grenoble ne pourra que sombrer. Notre très humaniste dans les discours, et en incapacité à mettre de l’ordre dans sa ville,en faillite …

    sep article
    • que proposez-vous pour « discipliner les déviants » ?
      D’abord que veut dire « discipliner » dans votre phrase ?
      Qu’entendez-vous par « déviants » ?

      sep article
      • Les déviants sont les hors la loi (ceux qui pratiquent les incivilités).

        Discipliner,veut dire faire comprendre que commettre un délit qui nuit à la société et crée de la souffrance à autrui est condamnable.

        Pour ce qui est de l’argent nécessaire pour redresser la situation, Grenoble est en faillite et les très riches sont partis sous d’autres cieux. Il ne reste qu’une classe moyenne appauvrie et une classe de pauvres qui sont dans l’attente d’aide à laquelle il faut rajouter les nouveaux arrivants des pays de l’Est de l’Europe et des africains …

        Il est bien évident que j’habite un quartier qui se paupérise et je ne veux pas recevoir des leçons de morale par quelqu’un certes sympathique, mais qui ne vit pas dans un quartier devenu défavorisé.

        La partis politiques toutes sensibilités confondues, ne sont que des tremplins à la réussite personnelle du militant,qui une fois élu;agit d’une manière malfaisante envers le peuple qui l’a élu. Carignon,Desto et Piolle, ne sont pas les bienfaiteurs de Grenoble

        sep article
        • Avez-vous tenu compte de la baisse des dotations de l’Etat ?
          De plus enplus de maires démissionnent, ne pouvant plus assumer les fonction
          http://www.lepoint.fr/politique/forte-vague-de-demissions-chez-les-maires-de-plus-en-plus-uses-par-leur-fonction-01-08-2018-2240570_20.php
          Il faudrait arrêter de considérer Grenoble comme le centre de l’univers, oups au moins de la France, du point de vue de la violence et de l’inefficacité de la mairie. C’est un problème beaucoup plus global et vu le comportement autiste de ceux qui nous gouvernent, je suis de plus en plus pessimiste.

          sep article
          • Je suis triste, terriblement triste.
            Je relis les commentaires, l’immense majorité tourne autour des problèmes de sécurité qui vont crescendo à Grenoble.
            Ceci nous le savions.

            Ce matin en regardant quelques médias écrits nationaux, je tombe sur un article où Alliance le syndicat policier dénonce une dérive sans commune mesure avec des villes de cette taille (+60% de criminalité par rapport aux villes comparables).
            Le procureur le disait.

            Maintenant nous avons non plus des ressentis mais des chiffres.
            Les politiques locales trop permissives au nom de la liberté n’ont fait qu’accentuer le problème. Reconnaissons que la politique sécurité de Piolle est quasi inexistante et comme je l’indiquais à force de critiquer tout pouvoir central il est difficile de donner confiance pour expérimenter des politiques de police de proximité par exemple.
            Les prix de l’immobillets baissent dans la ville centre où la classe moyenne préfère la périphérie, la sécurité revient en tête dans l’image négative qu’est devenue Grenoble. Et ceci est certes un fait global au niveau local il est sans commune mesure avec la criminalité d’une ville de cette taille.

            Signal rouge écarlate, la sécurité est ce que des élus doivent fondamentalement à leurs administrés, il serait bon de composer avec les services de l’etat plutôt que de continuer à les critiquer en permanence chez Monsieur le Maire de GRenoble et ses amis.

            Je suis triste car je crois encore dans un rebond grenoblois, j’espère que l’on prend pas la route stéphanoise.

            sep article
            • Il suffit en fait de regarder les analyses réelles sur le prix de l’immobilier à Grenoble en tendance courte et longue. Vous aurez donc les vrais chiffres et non ceux ceux très orientés de l’article qui permet de donner des tribunes politiques et qui ne concernent que des quartiers plus difficiles..
              La progression des prix de l’immobilier de Grenoble se situe entre 1 et 2 %.

              sep article
              • FM

                20/08/2018
                10:17

                Bonjour. Les chiffres comme l’article ne sont nullement orientés : ils sont le fruit d’une moyenne présentée par les Notaires de France. L’article lui-même indique que certains quartiers présentent une hausse modérée quand d’autres font chuter (lourdement) la moyenne.

                sep article