Un blason pour la Région Auvergne-Rhône-Alpes : symbole territorial fort ou anachronisme ?

sep article

FIL INFO – La Région Auvergne-Rhône-Alpes aura bientôt son blason, représentant en quatre parties distinctes l’Auvergne, la Savoie, Lyon et le Dauphiné. Une création gracieuse du doctorant en Histoire et amoureux d’art héraldique Matthieu Casali, qui soulève quelques railleries dans les rangs de l’opposition.

 

 

Programmée pour la séance plénière du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes du jeudi 14 juin, l’adoption d’un nouveau blason pour la Région a finalement été reportée à une date ultérieure. Ce qui n’a pas empêché Laurent Wauquiez de siéger derrière un drapeau représentant le nouveau blason en question, composé par le doctorant en Histoire et amateur d’art héraldique Matthieu Casali.

 

Si l'adoption du blason de la Région a été déprogrammée de l'assemblée plénière du Conseil régional du 14 juin, celui-ci était d'ores et déjà visible derrière le président Laurent Wauquiez.

Si l’adoption du blason de la Région a été déprogrammée de l’assemblée plénière du Conseil régional du 14 juin, celui-ci était d’ores et déjà visible derrière le président Laurent Wauquiez.

 

Le blason est composé de quatre parties, ou « quartiers », selon le vocabulaire de vigueur en la matière. Tout d’abord, un gonfanon (une sorte de bannière) représentant l’Auvergne, suivi d’une croix d’argent figurant la Savoie. En-dessous, un lion d’argent s’impose en emblème de la région lyonnaise, tandis qu’à ses côtés un « dauphin d’azur » porte les couleurs du Dauphiné.

 

 

« Une manière d’ancrer une institution dans l’Histoire »

 

Le futur blason de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Le futur blason de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

Pour la Région, aucun doute : le blason « fait sens ». Son créateur explique en effet s’être inspiré des blasons de la gendarmerie nationale pour composer son ouvrage, mettant en valeur les « entités fortes de cet ensemble territorial » qu’est Auvergne-Rhône-Alpes. Il ne s’agit en aucun cas d’une commande, précise encore le féru d’armoiries : Matthieu Casali a proposé des blasons à chacune des six Régions de France. Et en cèdera les droits à titre gracieux.

 

L’idée de composer un blason pour une division administrative du XXIe siècle pourrait naturellement sembler anachronique à certains, mais certainement pas pour l’universitaire.

 

« Se doter d’un blason est une manière d’ancrer une institution dans l’Histoire », estime ainsi Matthieu Casali, jugeant « ridicule » le lien que d’aucuns font entre noblesse et héraldique. Et de citer l’exemple suisse, où chaque canton a ses armoiries.

 

 

« Des cartes de visite difficiles à assumer », s’inquiète une élue d’opposition

 

C’est pourtant le blason en tant que tel qui semble « ridicule » aux yeux de la conseillère régionale d’opposition Corinne Morel Darleux, membre du Rassemblement citoyens écologistes solidaires (RCES).

 

La conseillère régionale d'opposition RCES Corinne Morel Darleux © Corinne Morel Darleux

La conseillère régionale d’opposition RCES Corinne Morel Darleux © Corinne Morel Darleux

Sur les réseaux sociaux, l’élue a diffusé un texte au vitriol pour moquer le « blase de Région » de Laurent Wauquiez, sur lequel figure « la marque des anciennes provinces monarchiques d’avant la Révolution française ».

 

Avec humour, mais sans oublier de mentionner la disparition de festivals ou les licenciements dans les associations, la conseillère régionale d’opposition prévient : « Préparez-vous à en manger. »

 

 

La possibilité d’utiliser le blason comme support de marque ou sur des outils promotionnels est en effet mentionnée dans les droits de cession. De quoi susciter l’inquiétude de Corinne Morel Darleux, qui conclut : « On risque de se retrouver avec des cartes de visite qu’il va être difficile d’assumer. Pourvu qu’on n’ait pas de pin’s. »

 

FM

 

 

commentez lire les commentaires
1474 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ou se trouve l’anachronisme ? N’en déplaise, l’héraldique montre une nouvelle fois toute sa pertinence. Aucun lien de causalité avec ‘monarchie’ et ‘république’, deux systèmes qui peuvent être des démocraties autant que des dictatures.
    Produit des champs de batailles au XIIe siècle, l’héraldique s’impose pour être identifiable par l’adversaire. Par extension, elle s’impose comme marque de pouvoir, c-a-d prise de responsabilité.
    Loin d’une construction d’image, cela suppose d’assumer son identité. Loin des postures, cela suppose de (dé)battre et anticiper les défis à venir.
    Aucun doute, Madame Corinne Morel d’Arleux (état civil) et monsieur Laurent Wauquiez saurons prendre leurs responsabilités, là ou elle est requise, loin des intérêts particuliers.
    À tout prendre, je préfère un blason à un logotype (commercial, insipide et éphémère) pour représenter la région, car la démocratie n’est pas un produit marketing (politique) à vendre.

    sep article
  2. C’est assez amusant et typique de l’ignorance de Wauquiez. Je lui signale que demain ont lieu les épreuves d’histoire-géographie du BAC …
    Le Dauphiné est constitué de 3 départements : la Drôme, l’Isère et … les Hautes Alpes qui n’ont rien à voir avec la Région AURA. Gap et Briançon ne seraient peut être pas contents d’être ainsi annéxés
    D’après ce que j’ai lu sur Wikipedia, il faut encore que la commission nationale d’héraldique avalise le blason ou pas …

    sep article
    • FM

      18/06/2018
      21:13

      C’est le cas, comme le mentionne Corinne Morel Darleux dans le texte diffusé sur les réseaux sociaux.

      sep article