Exposition Je marche donc nous sommes au Centre national d'art contemporain de Grenoble. Structure réalisée par l'artiste Pamina de Coulon. Crédit photo : CNAC.

Le centre d’art contemporain de Grenoble célèbre la marche et sa dimension contestataire

Le centre d’art contemporain de Grenoble célèbre la marche et sa dimension contestataire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Le centre national d’art contemporain Le Magasin propose plusieurs mois de manifestations culturelles autour d’un thème original : la marche. Le projet, baptisé Académie de la marche, vise à interroger la dimension politique et créative de celle-ci.

 

Terriblement banale, la marche. On marche tout le temps, on ne s’en rend même plus compte. Et pour­tant : elle porte d’in­nom­brables pers­pec­tives, poli­tiques, sociales ou indi­vi­duelles. Elle est œuvre créa­trice. Les artistes n’ont d’ailleurs pas man­qué de le remar­quer, qui ont été nom­breux à uti­li­ser la marche comme objet voire comme sup­port de leur tra­vail, à l’i­mage des fidèles du land art.

 

C’est à cette réflexion décon­cer­tante sur le rap­port entre l’art et la marche que le centre natio­nal d’art contem­po­rain Le Magasin des hori­zons consacre une bonne par­tie de son année 2018. « On a décidé de par­ler des marches reven­di­ca­tives, de la manière dont les artistes s’emparent de la marche pour des rai­sons poli­tiques », explique Camille Planeix, coor­di­na­trice du Magasin. De cette volonté est née l’Académie de la marche, ensemble de mani­fes­ta­tions cultu­relles enta­mée au prin­temps qui s’é­tendent jus­qu’au 14 octobre.

 

 

Je marche, donc nous sommes

 

L’événement repose sur deux piliers : d’une part, une expo­si­tion ; de l’autre, une série de marches orga­ni­sées avec des artistes. Baptisée Je marche donc nous sommes – un nom évo­ca­teur au pos­sible, qui ren­voie à la dimen­sion col­lec­tive de la marche – l’ex­po­si­tion est pré­sen­tée dans les locaux du centre d’art, situé sur le site Bouchayer-Viallet, à proxi­mité du cours Berriat. Elle pré­sente une variété d’i­mages et de vidéos en tous genres, ras­sem­blées par les orga­ni­sa­teurs pour for­mer une mosaïque détonante.

 

Exposition Je marche donc nous sommes au Centre national d'art contemporain de Grenoble. Structure réalisée par l'artiste Pamina de Coulon. Crédit photo : CNAC.

Exposition Je marche donc nous sommes au Centre natio­nal d’art contem­po­rain de Grenoble. Structure réa­li­sée par l’ar­tiste Pamina de Coulon. © Cnac.

 

Parmi ces objets, on trouve des évo­ca­tions his­to­riques de la marche comme pro­tes­ta­tion poli­tique, telle cette œuvre du Hongrois Endre Tót, qui dénonce la cen­sure des années 1980 par des per­for­mances en exté­rieur, des hap­pe­nings. Ou encore des images fil­mées de Trisha Brown, dan­seuse amé­ri­caine qui s’est effor­cée de faire sor­tir la danse des théâtres, de la libé­rer des conven­tions et des contraintes de la scène. Le Magasin des hori­zons a aussi récu­péré quan­tité d’i­mages d’ar­chives, notam­ment auprès de pho­to­graphes, de mani­fes­ta­tions qui remontent jus­qu’à 1906.

 

 

Une kyrielle de marches collectives

 

Sur la quin­zaine d’œuvres expo­sées au cœur de l’his­to­rique bâti­ment d’art, deux sortent par­ti­cu­liè­re­ment du lot : elles ont été conçues exprès pour l’Académie de la marche. Sur la porte bleue du Magasin, Guillaume Barborini a peint une fresque inti­tu­lée Marcher pour, inven­taire à la Prévert des causes pro­fondes de la marche. Quant à l’ar­tiste suisse Pamina de Coulon, asso­ciée au Magasin depuis trois années, elle a construit une ins­tal­la­tion de ban­de­roles « poli­tique et poé­tique ». Car la marche, la mani­fes­ta­tion et la ban­de­role sont intrin­sè­que­ment liées, rap­pelle Camille Planeix. « On montre à quel point la ban­de­role est un endroit de créa­tion artis­tique », nous dit-elle.

 

Marche organisée par le centre national d'art contemporain de Grenoble, le 26 avril. Crédit photo : CNAC.

Marche orga­ni­sée par le centre natio­nal d’art contem­po­rain de Grenoble, le 26 avril. Crédit photo : CNAC.

Vaste pro­gramme, l’Académie de la marche ne se limite pas à l’ex­po­si­tion « Je marche donc nous sommes ». Loin de là. Elle com­prend aussi, outre des pro­jec­tions et des ate­liers, une kyrielle de marches col­lec­tives plus sur­pre­nantes les unes que les autres, orga­ni­sées par des artistes.

 

La pro­chaine au pro­gramme aura lieu le samedi 16 juin : une rando queer. « Une ran­don­née où plus on va mon­ter et plus on va se trans­for­mer, soit en chan­geant de genre soit en accen­tuant son genre », indique Camille Planeix. Et en octobre, une marche de nuit en plein cœur de Grenoble est pré­vue en guise de céré­mo­nie d’a­dieu à l’Académie de la marche.

 

 

« Une exposition aussi politique, évidemment »

 

Avec son centre-ville pié­ton­nisé et sa situa­tion géo­gra­phique, encer­clée qu’elle est par les mon­tagnes, Grenoble appa­raît comme la ville idéale pour rendre hom­mage à la marche. La période, elle aussi, est pro­pice. Cinquante ans après mai 1968 et alors que les mani­fes­ta­tions sociales contre le gou­ver­ne­ment se suc­cèdent, l’ex­po­si­tion s’ins­crit dans un contexte où la réflexion sur la marche en poli­tique semble plus que jamais d’actualité.

 

Exposition Je marche donc nous sommes au Centre national d'art contemporain de Grenoble. Structure réalisée par l'artiste Pamina de Coulon. Crédit photo : CNAC.

Exposition Je marche donc nous sommes au Centre natio­nal d’art contem­po­rain de Grenoble. Structure réa­li­sée par l’ar­tiste Pamina de Coulon. © Cnac

« Quand on a com­mencé à pen­ser l’ex­po­si­tion, raconte Camille Planeix, c’é­tait l’hi­ver 2017, on ne connais­sait pas encore la mobi­li­sa­tion géné­rale actuelle. » Mais la coor­di­na­trice du centre d’art reven­dique abso­lu­ment la dimen­sion contes­ta­taire de l’Académie de la marche : « c’est une expo­si­tion aussi poli­tique, évi­dem­ment », affirme-t-elle.

 

Et de citer l’exemple de la tour de ban­de­roles réa­li­sée par Pamina de Coulon, qui fait réfé­rence aux construc­tions de la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Pas si ano­dine que ça, la marche ?

 

Le pro­gramme des évé­ne­ments et des marches est à retrou­ver en inté­gra­lité sur le site web du Magasin des hori­zons.

 

Samuel Ravier

 

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

SR

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

© Sarah Krakovitch - Place Gre'net
André Weill, grand marcheur devant l’Éternel, a quitté Meylan pour relier Cordoue à Istanbul

  FIL INFO – André Weill, grand marcheur et professeur de yoga, est parti de Meylan jeudi 27 mai pour sept mois de périple. Il Lire plus

Le marché Anatole-France ne compte plus qu'un commerçant, deux ans après son lancement. © Tim Buisson – Place Gre’net
Quartiers Mistral-Eaux-Claires : le marché Anatole-France périclite, avant un nouveau souffle ?

  FOCUS - Inauguré en grandes pompes en 2018, le marché installé sur le parvis du Plateau n'existe plus. Au grand dam des habitants. Seul Lire plus

Après Grenoble, Échirolles et Le-Pont-de-Claix imposent à leur tour le port du masque sur les marchés
Le port du masque rendu obligatoire sur les marchés de plein air de Grenoble dès le 12 août

FLASH INFO — Le port du masque pour toute personne de plus de 11 ans est  obligatoire sur les marchés de plein air à Grenoble Lire plus

Marche pour le climat du 1er février 2020 à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Société générale et le projet Neyrpic visés lors d’une nouvelle marche pour le climat à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Plus d'un millier de manifestants ont marché pour le climat ce 1er février à Grenoble. L'objectif ? Soutenir la Convention des citoyens Lire plus

A Grenoble, à partir du 1er janvier 2020, ce n'est plus Vélogik qui exploitera le service Métrovélo mais Cykléo. De quoi mettre fin à un épisode polémique ?
L’attribution du marché Métrovélo à Cykléo clôt l’étonnant épisode Vélogik

  ENQUÊTE - Depuis ce 1er janvier 2020, ce n'est plus Vélogik qui exploite le service Métrovélo mais Cykléo. La société parisienne a remporté la Lire plus

Plus de deux cents élus européens, dont le maire de Grenoble, interpellent le Conseil de l'Europe. Et réclament un objectif de neutralité carbone pour 2050.
Nouvel appel à la grève et à la manifestation pour le climat vendredi 24 mai à Grenoble

FIL INFO — Après les manifestations de mi-mars, les organisations de jeunesse appellent à une nouvelle grève et une nouvelle marche pour le climat vendredi Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin