La suppression de la taxe d'habitation va représenter un manque à gagner de 24 milliards d'euros pour les communes, selon Michel Savin. Le sénateur, membre de Les Républicains, appelle à utiliser cet argent pour les quatre priorités que sont la santé, l'éducation, la solidarité et la sécurité.

« La suppression de la taxe d’habitation est une mesure électoraliste et populiste »

« La suppression de la taxe d’habitation est une mesure électoraliste et populiste »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TRIBUNE LIBRE – La suppression de la taxe d’habitation va représenter un manque à gagner de 24 milliards d’euros pour les communes, selon Michel Savin. Le sénateur, membre de Les Républicains, considère cette mesure comme électoraliste et populiste, et appelle à utiliser cet argent pour les quatre priorités que sont la santé, l’éducation, la solidarité et la sécurité.

 

 

Michel Savin sénateur-maire de Domène s'exprime lors du débat public Place Gre'net à Grenoble Hébergement d'urgence : quelles issues au fatalisme © Nils Louna - placegrenet.fr

Michel Savin séna­teur de l’Isère © Nils Louna – pla​ce​gre​net​.fr

La sup­pres­sion de la taxe d’habitation a été adop­tée par le Parlement le 21 décembre 2017. Avec cette mesure, Emmanuel Macron a com­mis une grave erreur politique.

 

Le pré­sident a déclaré dans les médias vou­loir d’ici 2020 « une réforme en pro­fon­deur qui per­met­tra de sup­pri­mer cet impôt pour la tota­lité de nos conci­toyens ».

 

Le ministre de l’Économie et des Finances a tenu à expli­quer clai­re­ment que la part de la taxe d’ha­bi­ta­tion sup­pri­mée sera « finan­cée par le l’État », qui com­pen­sera à « l’euro près » la perte des recettes fis­cales pour les com­munes. Bruno Le Maire a rap­pelé : « Il n’y aura pas de nou­vel impôt en France pen­dant le quin­quen­nat, je m’y engage. »

 

Cette inter­ven­tion fai­sait suite aux pro­pos de Jacqueline Gourault, ministre délé­guée auprès du ministre de l’Intérieur, qui avait pour sa part évo­qué la pos­si­bi­lité de mettre en place un « impôt plus juste », afin de com­pen­ser les pertes financières.

 

 

« Un vrai casse-tête pour le gouvernement »

 

Tout d’abord, il fau­drait que le pré­sident de la République et ses ministres s’accordent dans leurs décla­ra­tions et leurs intentions.

 

Nous ne pou­vons que le consta­ter : la sup­pres­sion de la taxe d’habitation est une mesure élec­to­ra­liste et popu­liste. C’est aujourd’hui un vrai casse-tête pour le gou­ver­ne­ment qui devra trou­ver chaque année plus de 24 mil­liards d’eu­ros pour com­pen­ser la perte de recettes des communes.

 

Fort de ces constats, je sou­haite expli­quer la posi­tion que je défends depuis plu­sieurs mois au Sénat.

 

La suppression de la taxe d'habitation va représenter un manque à gagner de 24 milliards d'euros pour les communes, selon Michel Savin. Le sénateur, membre de Les Républicains, appelle à utiliser cet argent pour les quatre priorités que sont la santé, l'éducation, la solidarité et la sécurité.

Michel Savin, séna­teur de l’Isère

Tout d’abord, le gou­ver­ne­ment ne sait tou­jours pas com­ment garan­tir aux com­munes des res­sources pérennes. Le trans­fert aux com­munes de la part dépar­te­men­tale de la taxe sur les pro­prié­tés bâties et des droits de muta­tion à titre oné­reux, qui est un impôt d’État, a été évo­qué, mais non confirmé. Ce méca­nisme ne vise qu’à désha­biller Paul (les dépar­te­ments) pour habiller Jacques (les communes).

 

Une autre solu­tion serait que l’État accepte de par­ta­ger le pro­duit d’impôts natio­naux, comme la CSG ou la TVA. Mais dans ce cas, les com­munes ne pour­raient sau­ve­gar­der leur auto­no­mie fis­cale, ce qui est en danger.

 

Dans le même temps, au-delà des 24 mil­liards d’euros annuels à trou­ver pour com­pen­ser les pertes fis­cales des com­munes, l’État doit réta­blir les comptes publics à l’équilibre en réa­li­sant près de 60 mil­liards d’économies. Il est aussi qua­si­ment cer­tain que l’État devra absor­ber dans les pro­chaines semaines la dette de SNCF Réseaux esti­mée à 50 mil­liards d’euros.

 

L’équation semble donc très com­pli­quée à atteindre.

 

 

« Un cadeau fiscal aux électeurs »

 

Si l’État a la capa­cité d’économiser près de 24 mil­liards d’euros par an, il aurait été pré­fé­rable qu’il y ait un débat natio­nal pour leur affec­ta­tion à de réels sujets de société, qui touchent des mil­lions de Français et pour les­quels il n’y a aucune réponse concrète aujourd’hui.

 

Je pense à la situa­tion de notre sys­tème de santé, de la déser­ti­fi­ca­tion médi­cale en pas­sant par le manque de spé­cia­listes dans cer­taines régions jusqu’à la situa­tion explo­sive dans les hôpi­taux et notam­ment dans les ser­vices d’urgences.

 

Personnes âgées dans un Ehpad. © Ville de Grenoble

Personnes âgées dans un Ehpad. © Ville de Grenoble

Je pense éga­le­ment à la situa­tion par­fois dra­ma­tique de l’accompagnement de nos aînés, pour les­quels trou­ver une place dans un Ehpad ou dans une autre struc­ture d’accueil pour per­sonnes dépen­dantes est un véri­table pro­blème. Je pour­rais évo­quer les condi­tions de tra­vail des per­son­nels, sou­vent en sous-effec­tif, pour un tra­vail très dif­fi­cile, peu reconnu et mal rémunéré.

 

Je pense aussi à l’éducation de nos enfants et à la lutte contre le décro­chage sco­laire qui laisse en situa­tion d’échec plu­sieurs mil­liers de jeunes Français par an. Le ren­for­ce­ment et la reva­lo­ri­sa­tion de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle et de l’apprentissage, avec l’ouverture de plus de pas­se­relles entre l’Éducation natio­nale et le monde de l’entreprise et de l’artisanat est une néces­sité au XXIe siècle.

 

Je pense enfin à la sécu­rité des Français. Nos forces de l’ordre ont plus que jamais besoin d’être sou­te­nues, tant en termes humains que maté­riels de pointe. Nous ne pou­vons plus lais­ser dans le besoin nos gen­darmes, poli­ciers, mili­taires ou sapeurs-pom­piers qui assurent quo­ti­dien­ne­ment avec un grand pro­fes­sion­na­lisme notre sécu­rité et portent secours aux victimes.

 

Policiers équipés de tablettes procédant à un contrôle routier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Policiers pro­cé­dant à un contrôle rou­tier. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Le gou­ver­ne­ment a sou­haité faire un cadeau fis­cal aux élec­teurs. Il aurait été pré­fé­rable que ces 24 mil­liards d’euros annuels soient ciblés sur ces quatre prio­ri­tés que sont la santé, l’éducation, la soli­da­rité et la sécurité.

 

On nous pro­met que la taxe d’habitation sera aujourd’hui inté­gra­le­ment com­pen­sée par l’État. Mais qu’en sera-t-il dans cinq ans ? En la sup­pri­mant, on sup­prime le lien entre le citoyen et les ser­vices pro­po­sés par les com­munes. Tout cela est contra­dic­toire avec le dis­cours ambiant sur la res­pon­sa­bi­li­sa­tion citoyenne. D’autant plus que, les col­lec­ti­vi­tés ont été de bien meilleurs élèves que l’État ces der­nières années en matière de baisse des dépenses.

 

Aujourd’hui, les Français attendent du gou­ver­ne­ment un dis­cours de vérité et des déci­sions cou­ra­geuses pour répondre à leurs inquié­tudes et non des coups de com­mu­ni­ca­tion. On voit ici que nous en sommes encore bien loin.

 

Michel Savin, séna­teur de l’Isère

 

 

***

 

 

Rappel : Les tri­bunes publiées sur Place Gre’net ont pour voca­tion de nour­rir le débat et de contri­buer à un échange construc­tif entre citoyens d’o­pi­nions diverses. Les pro­pos tenus dans ce cadre ne reflètent en aucune mesure les opi­nions des jour­na­listes ou de la rédac­tion et n’engagent que leur auteur.

 

Vous sou­hai­tez nous sou­mettre une tri­bune ? Merci de prendre au préa­lable connais­sance de la charte les régis­sant.

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Affluence sur le réseau Tag
Transports publics : le Département de l’Isère claque la porte du syndicat mixte, la Région sur ses talons

  FOCUS - Le 1er janvier 2020, le syndicat mixte des transports en commun (SMTC) de l'agglomération grenobloise devient syndicat mixte des mobilités de l’aire Lire plus

Les collectivités veulent reprendre la main sur la Semitag et faire d'elle une société publique locale. Mais à trois mois des élections, ça grogne...
Les collectivités locales reprennent la main sur la Sémitag, le Département dénonce une manœuvre politique

  EN BREF - L'annonce de la transformation de la Sémitag, société d'économie mixte qui gère le réseau de bus et tramways de l'agglomération grenobloise, Lire plus

Alors que la question des responsabilités politiques reste entière dans le naufrage d'Alpexpo, une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme.
Alpexpo : une enquête préliminaire ouverte pour favoritisme

  DÉCRYPTAGE - Après dix ans de gabegie, la justice se saisit du dossier Alpexpo. Une enquête préliminaire a été ouverte pour favoritisme et confiée à Lire plus

Jean Pierre Barbier Lionel Beffre © Florent Mathieu - Place Gre'net
Une nouvelle convention signée entre le Département de l’Isère et l’État pour lutter contre la pauvreté et favoriser l’accès à l’emploi

  FIL INFO – Le préfet de l'Isère Lionel Beffre et le président du Département Jean-Pierre Barbier ont récemment signé une convention d’appui à la Lire plus

Sécheresse. DR
Vingt communes de l’Isère reconnues en « état de catastrophe naturelle » : les demandes de réparations sont à déposer d’ici le 27 juillet

  FIL INFO – Inondées ou asséchées au cours de l’année 2018, vingt communes* du département de l'Isère ont été reconnues en état de catastrophe Lire plus

Radié, l'ex-commissaire enquêteur Gabriel Ullmann continue de porter le fer contre le préfet de l'Isère. En toile de fond : le projet Inspira.
Projet Inspira : alors que la justice enjoint Isère Aménagement de payer le commissaire-enquêteur radié, le défenseur des droits est saisi

EN BREF - Isère Aménagement, maître d'ouvrage d'Inspira – projet d'aménagement d'une zone industrialo-portuaire dans le nord Isère – contestait le montant des émoluments dus Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin