La Ville de Grenoble vend 50 m2 de terrain au prix de 5 000 euros : régularisation ou favoritisme ?

sep article

FIL INFO – La vente par la Ville de Grenoble au président de l’union de quartier rive droite, de 50 m2 de terrain au prix de 5 000 euros a fait sortir Guy Tuscher de ses gonds lors du dernier conseil municipal. Pour l’ex-élu de la majorité entré en dissidence, la délibération fleure bon le délit de favoritisme.

 

 

Guy Tuscher, élu du groupe dissident Ensemble à gauche, dénonce la vente de 50 m2 de terrain à un prix cadeau (capture d'écran)

Guy Tuscher, élu du groupe dissident Ensemble à gauche, dénonce la vente de 50 m2 de terrain à un prix cadeau (capture d’écran)

Que cache la vente par la Ville de Grenoble d’un lopin de terre de 50 m2 dans la montée Chalemont, dans le quartier Saint-Laurent ? Et d’abord, y a-t-il quelque chose à cacher ? Lundi 14 mai, la délibération actant le rachat par un particulier de cette parcelle lors du conseil municipal a en tout cas fait sortir Guy Tuscher de ses gonds.

 

 

« Pour récupérer 5 000 euros ? De qui se moque-t-on ? »

 

Comment expliquer cette réaction épidermique de l’élu ? Le prix d’abord. Cent euros le mètre carré, soit 5 000 euros la parcelle : c’est donné pour l’élu du groupe dissident Ensemble à gauche. La manière de faire ensuite, l’élu réclamant des documents que la Ville a visiblement été en peine de lui fournir dans les temps, en mars dernier, puis quelques jours avant ce conseil.

 

Ce qui sous-tend cette vente ensuite. La Ville met en avant la volonté de régulariser une situation qui durait, la parcelle faisant l’objet depuis trente ans d’une convention d’usage signée avec ce particulier. « La Ville a proposé au particulier de l’acheter dans le but d’optimiser son patrimoine, pointait Guy Tuscher. Pour récupérer 5 000 euros ? De qui se moque-t-on ? » 

 

La réalité de la situation enfin. « Ce n’est pas un simple jardin isolé de toute habitation mais un jardin privatif rattaché directement à un appartement qui pourrait devenir un terrain constructible. Ce n’est plus 5 000 euros que vaudra ce jardin mais dix fois plus ! »

 

 

« Cette délibération fleure bon le délit de favoritisme »

 

La Ville a-t-elle fait une fleur à l’acquéreur ? À deux ans des municipales, d’aucuns y voient des arrières-pensées électorales. Surtout quand l’acheteur n’est autre que Pierre Rostaing, le président de l’union de quartier rive droite-Saint-Laurent, un des promoteurs des jardins en ville.

 

Conseil municipal de Grenoble du 14 mai © Joël Kermabon

« Cette délibération fleure bon le délit de favoritisme », a d’ailleurs jugé Guy Tuscher, au milieu des sarcasmes des élus de la majorité.

 

Donné, le terrain ? Les Domaines n’y ont en tout cas visiblement rien trouvé à redire, a fait remarquer Vincent Fristot, l’adjoint délégué à l’urbanisme et au logement.

 

Le flou dans les plans, le périmètre et la surface  du terrain concerné ? « C’est un tout petit bout de la parcelle cadastrale qui était entretenu par ce couple depuis une vingtaine d’années qui est concerné, a appuyé Lucille Lheureux, adjointe aux espaces publics et à la nature en ville. Il n’y a pas d’entourloupe dans cette délibération. »

 

PC

 

 

commentez lire les commentaires
2895 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. « Ce n’est pas un simple jardin isolé de toute habitation mais un jardin privatif rattaché directement à un appartement qui pourrait devenir un terrain constructible … »
    dit M. Tuscher,
    Peut-il nous expliquer ce qui peut être construit sur un terrain de 50 M2 ? une tente en dur, peut être …
    Combien vaut 1 m2 non constructible ?

    sep article
    • Bonsoir,
      Depuis quand on confond la destination d’un terrain et son utilisation ? La réponse de Mme Lheureux est d’un amateurisme affligeant.

      Par ailleurs, si le classement du terrain était inadapté, il fallait le revoir avant vente, car effectivement au cas d’espece le délit de favoritisme est caractérisé que le terrain fasse 1 mètre carré, 10 ou 100 au regard des tarifs pratiqués.

      On ne s’arrange pas avec la réglementation pour bien plaire ou même pour simplifier les procédures.

      sep article
  2. Se passer d’une entrée de 45000 €, Eric Piolle fait n’importe quoi avec l’argent du contribuable Grenoblois, et du favoritisme de plus!

    sep article
  3. sep article