Conseil muni­ci­pal de Grenoble : les oppo­si­tions dénoncent un ordre du jour creux

Conseil muni­ci­pal de Grenoble : les oppo­si­tions dénoncent un ordre du jour creux

FOCUS – Les 79 déli­bé­ra­tions à l’ordre du jour du conseil muni­ci­pal de Grenoble, ce lundi 14 mai, laissent dubi­ta­tifs les groupes d’op­po­si­tion muni­ci­pale. Certains dénoncent le manque d’am­pleur des sujets abor­dés, d’autres des déli­bé­ra­tions essen­tiel­le­ment tech­niques, quand les der­niers disent res­ter sur leur faim. La majo­rité se féli­cite, quant à elle, de pré­sen­ter des déli­bé­ra­tions « allant dans le sens de la ville durable, soli­daire, éman­ci­pa­trice et citoyenne ».

Bancs de la majorité. Conseil municipal de Grenoble. ©JOël Kermabon - Place Gre'net

Bancs de la majo­rité, conseil muni­ci­pal de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Lorsque l’on regarde les thèmes qui sont pro­po­sés à tra­vers les déli­bé­ra­tions de ce pro­chain conseil muni­ci­pal, on se dit que les sujets se tarissent. Pas de déli­bé­ra­tion por­teuse ou stra­té­gique ! », résume Marie-José Salat, conseillère muni­ci­pale du groupe Rassemblement de gauche et de progrès.

« On a bien, ici ou là, quelques déli­bé­ra­tions impor­tantes mais, glo­ba­le­ment, ce sont des déli­bé­ra­tions essen­tiel­le­ment tech­niques. » Voilà qui donne le ton. Et, une fois n’est pas cou­tume, le res­senti sur l’ordre du jour du conseil muni­ci­pal de Grenoble de ce lundi 14 mai fait consen­sus au sein des oppo­si­tions muni­ci­pales, toutes sen­si­bi­li­tés confondues.

Le son de cloche n’est bien sûr pas le même du côté de la majo­rité, laquelle met en avant plu­sieurs déli­bé­ra­tions affé­rentes à la poli­tique de la ville, à l’a­mé­na­ge­ment urbain et à la culture « allant dans le sens de la ville durable, soli­daire, éman­ci­pa­trice et citoyenne ».

« Quand ils ouvrent la bouche, ils leur tombent dessus ! »

Outre le manque de déli­bé­ra­tion “phare” à l’ordre du jour qu’elle regrette, Marie-José Salat lance une attaque tous azi­muts. Cette der­nière pointe notam­ment le « com­por­te­ment mépri­sant » de cer­tains élus envers ceux du groupe “dis­si­dent” Ensemble à gauche, com­posé de Guy Tuscher et de Bernadette Richard-Finot.

Marie-José Salat. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Marie-José Salat, conseil muni­ci­pal de Grenoble, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Non seule­ment, quand ils ouvrent la bouche, ils leur tombent des­sus, mais on s’a­per­çoit aussi que cer­tains direc­teurs de ser­vice le font aussi », s’in­digne Anouche Agobian, consi­dé­rant « qu’é­tant élus, ils ont le droit de s’ex­pri­mer ».

Des com­por­te­ments, estime le groupe, qui ne font que se confir­mer en dehors du conseil municipal.

Les élus de gauche en veulent pour preuve le clash récem­ment sur­venu lors de l’as­sem­blée géné­rale de l’Union des habi­tants du centre-ville (UHCV). Ou encore l’ab­sence de cer­tains élus lors des com­mis­sions – hors com­mis­sion res­sources – alors qu’ils sont concer­nés au pre­mier chef, fus­tige Marie-José Salat, qui n’hé­site pas à dénon­cer une ambiance de tra­vail et un « cli­mat pesant ».

Un ordre du jour « fic­tif et res­pon­sable » en forme de clin d’œil

Les élus de l’op­po­si­tion de gauche regrettent le manque d’é­va­lua­tion des poli­tiques mises en œuvre depuis quatre ans, l’ab­sence de débats sur la sécu­rité, les poli­tiques sociales… Ils dénoncent, entre autres, l’in­con­sis­tance des pre­mières déli­bé­ra­tions du conseil muni­ci­pal (CM), où l’on retrouve d’ha­bi­tude des sujets d’im­por­tance. À ce titre, le groupe s’est même fendu « en forme de clin d’œil » d’un « ordre du jour fic­tif et res­pon­sable », com­por­tant des déli­bé­ra­tions sur des sujets qu’il estime « utiles aux Grenoblois ».

Rassemblement de gauche et de progrès. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Rassemblement de gauche et de pro­grès. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Marie-José Salat insiste : « De quoi devrions-nous par­ler aujourd’­hui à la Ville de Grenoble, compte tenu des pré­oc­cu­pa­tions des admi­nis­trés ? » Va s’en­suivre une lec­ture com­men­tée des dif­fé­rents items à l’ordre du jour fic­tif. Bref, de tout ce dont on aurait dû débattre en prio­rité en lieu et place d’un pro­gramme jugé bien maigrelet.

« Il n’y a pas dans ce conseil muni­ci­pal beau­coup de sujets d’am­pleur municipale »

Du côté de la droite, on chante à l’u­nis­son ou presque. « Bien qu’il y ait quelques déli­bé­ra­tions impor­tantes, il n’y a pas dans ce CM beau­coup de sujets d’am­pleur muni­ci­pale », regrette ainsi Matthieu Chamussy, le pré­sident du groupe Les Républicains – UDI et Société civile. Néanmoins, l’élu entend bien inter­ve­nir, au cours de ce conseil, sur la déli­bé­ra­tion 14 concer­nant la fixa­tion des tarifs pour l’enlèvement des déchets aban­don­nés sur le ter­ri­toire de Grenoble, mais en l’é­lar­gis­sant au thème de la propreté.

Matthieu Chamussy. Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Matthieu Chamussy, conseil muni­ci­pal de Grenoble, 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Matthieu Chamussy cri­tique « une forme d’a­ban­don, de délais­se­ment de l’es­pace public ». Et enfonce le clou : « Voir Éric Piolle, au bout de quatre ans, son­ner la mobi­li­sa­tion géné­rale, ça résonne comme un aveu d’é­chec », déclare l’élu, qui se rap­pelle d’une récente décla­ra­tion du maire lors d’une opé­ra­tion menée avec les agents de la pro­preté urbaine.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Emplois possiblement fictifs à la Région: l'opposition tire à boulets rouges sur Laurent Wauquiez
Dîner des som­mets : la liste des invi­tés dif­fu­sée, l’op­po­si­tion s’in­ter­roge sur une « fuite orga­ni­sée » par Laurent Wauquiez

FOCUS - Lyon Mag a révélé, lundi 22 juillet 2024, la liste des 91 invités au “dîner des sommets” organisé par Laurent Wauquiez en juin Lire plus

Deux jeunes Grenoblois lancent le Cercle Paul-Mistral, nou­velle asso­cia­tion visant à refon­der une pen­sée de gauche

EN BREF - Un doctorant à l'Université Grenoble Alpes (UGA) et un étudiant à Sciences Po Grenoble ont annoncé, à la mi-juillet 2024, le lancement Lire plus

Auvergne-Rhône-Alpes : élu député, Laurent Wauquiez quitte la Région en lais­sant « ses cas­se­roles », selon l’opposition

FOCUS - Élu député de Haute-Loire le 7 juillet 2024, Laurent Wauquiez devrait quitter la présidence de la Région Auvergne-Rhône-Alpes durant l'été, en vertu du Lire plus

La stratégie de la Métropole envers les commerçants et l'attractivité commerciale en débat au conseil métropolitain
Attractivité com­mer­ciale : vifs débats autour de la stra­té­gie de la Métropole de Grenoble

FOCUS - Le conseil métropolitain de Grenoble a adopté, le 5 juillet 2024, une délibération-cadre sur la "stratégie d'intervention pour relever les défis d'une attractivité Lire plus

Cyrielle Chatelain réélue pré­si­dente du groupe éco­lo­giste à l’Assemblée natio­nale et « pos­sible » can­di­date au perchoir

FLASH INFO - Cyrielle Chatelain a été réélue, mardi 16 juillet 2024, présidente du groupe parlementaire écologiste. Renommé “groupe écologiste et social”, celui-ci intègre les Lire plus

L’élue isé­roise Sophie Romera quitte LFI et rejoint L’Après : « Je suis tou­jours libre, peut-être encore plus insoumise »

FOCUS - Sophie Romera, conseillère départementale et municipale d'opposition de Fontaine, a annoncé, vendredi 12 juillet 2024, son départ de La France insoumise. Elle rejoint Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !