Sanctionnée pour son déficit en logements sociaux, Sassenage plaide l’inconstructibilité

sep article

Notre indépendance c

DÉCRYPTAGE – Sanctionnée pour ne pas avoir construit suffisamment de logements sociaux, la commune de Sassenage s’insurge. Invoquant l’impossibilité de construire devant la multiplication des risques naturels et technologiques sur le territoire de sa commune, son maire Christian Coigné a déposé un recours gracieux pour demander à être exonéré des pénalités financières. Mais pour l’État, le compte n’y est pas…

 

 

Christian Coigné en guerre contre la taxe SRU et l'obligation de construire des logements sociaux. Le maire de Sassenage plaide l'inconstructibilité.

Christian Coigné en guerre contre les péna­li­tés SRU. Le maire de Sassenage plaide l’in­cons­truc­ti­bi­lité. © Patricia Cerinsek

Le maire de Sassenage est en colère. Sa com­mune va devoir payer 187 000 euros de péna­li­tés pour ne pas avoir construit assez de loge­ments sociaux. Christian Coigné (ex-UDI) dit même avoir failli enta­mer une grève de la faim. Il s’est fina­le­ment ravisé pour se conten­ter de dépo­ser un recours gra­cieux auprès de la Métropole de Grenoble, du pré­fet de l’Isère, du ministre de la Cohésion des ter­ri­toires et du Premier ministre, afin d’être exo­néré de la taxe rela­tive à la soli­da­rité et au renou­vel­le­ment urbain (SRU).

 

Sassenage et les loge­ments sociaux, ce n’est pas nou­veau. Entre 2011 et 2013, cette com­mune de la ban­lieue de Grenoble aurait dû en construire soixante-quinze. Quarante-six sont sor­tis de terre. Entre 2014 et 2016, au lieu des 171 assi­gnés, 91 ont été réa­li­sés. Et si la loi oblige depuis 2000 à atteindre un taux de 25 %, ce taux pla­fonne aujourd’­hui péni­ble­ment à 11,33 %. Résultat : il manque 667 loge­ments sociaux pour être dans les clous. Et plus de 2 500 loge­ments tous confon­dus si on applique la règle du “un pour quatre” ?

 

 

« On les prend où ces logements ? »

 

« Impossible », rétorque Christian Coigné, entouré en cette fin mars 2018 des élus de sa majo­rité dans une salle de l’hô­tel de ville. « On les prend où ces loge­ments ? Les ter­rains réel­le­ment construc­tibles, il n’y en a pas ! Il n’y a pas que moi qui le dit ! Une étude de l’a­gence d’ur­ba­nisme de la région gre­no­bloise (AURG) dit qu’on pour­rait faire cent loge­ments sur la plaine et qua­rante sur les coteaux. Et ça sera le maxi­mum ! »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
2914 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. « Je ne veux pas de loge­ments sociaux. Je le dis et je l’as­sume : je ne veux pas de loge­ments sociaux. » Christian Coigné, maire de Sassenage, et acces­soi­re­ment vice-pré­sident du Département chargé… Du loge­ment. En conseil muni­ci­pal, Juin 2016.

    sep article