Le cimetière Saint-Roch rend hommage à la dompteuse tuée par sa lionne à la Foire des Rameaux de Grenoble… en 1891

sep article



FIL INFO – L’association Saint-Roch, vous avez dit cimetière ? inaugure vendredi 13 avril à 11 heures la restauration de la tombe d’Augustine “Rosita” Gandolfo, jeune dompteuse tuée par sa lionne durant la Foire des Rameaux de Grenoble en 1891. Une statue de lionne sera ainsi (re)mise en place sur la tombe de la jeune femme, en présence de représentants de la municipalité et d’une délégation de forains.

 

 

Augustine Rosita Gandolfo © Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée - Mucem

Augustine Rosita Gandolfo © Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – Mucem

Sous les tombes sou­vent reposent de belles aven­tures et de sin­gu­liers des­tins. Et c’est bien le cas de celle d’Augustine Gandolfo, une jeune domp­teuse qui trouva la mort à l’âge de 18 ans, tuée par sa lionne Lydie le dimanche 5 avril 1891 durant la Foire des rameaux de Grenoble. Plus de cent ans après, une céré­mo­nie célè­brera la réno­va­tion de sa sépul­ture, ven­dredi 13 avril au cime­tière Saint-Roch à 11 heures.

 

C’est l’as­so­cia­tion Saint-Roch, vous avez dit cime­tière ? qui orga­nise ce moment de célé­bra­tion autant que de recueille­ment, en pré­sence de repré­sen­tants de la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise ainsi que d’une délé­ga­tion de forains.

 

À l’oc­ca­sion de cette inau­gu­ra­tion, une sta­tue de la lionne Lydie sera posée sur la tombe d’Augustine Gandolfo, rem­pla­çant celle qui fut mise en place en 1891… et volée depuis.

 

 

Sauvegarder la mémoire du cimetière Saint-Roch

 

Le des­tin d’Augustine Gandolfo est d’au­tant plus cruel que la jeune femme ne devait pas, ce soir là, offi­cier devant le public.

 

La mort de “Rosita” Gandolfo, un fait-divers qui fera la une du Petit journal. DR

La mort de “Rosita” Gandolfo, un fait-divers qui avait fait  la une du Petit jour­nal. DR

C’est en effet pour rem­pla­cer son frère malade qu’en ce der­nier dimanche de la Foire des Rameaux, celle que l’on sur­nomme Rosita entre dans la cage de Lydie, « la lionne de l’Atlas ». Elle en res­sor­tira par­tiel­le­ment dévo­rée, avant de mou­rir de ses bles­sures quelques heures plus tard.

 

Augustine “Rosita” Gandolfo compte aujourd’­hui parmi les figures du cime­tière Saint-Roch. Un cime­tière auquel l’as­so­cia­tion Saint-Roch, vous avez dit cime­tière ? rend hom­mage depuis 2004, en orga­ni­sant des visites ou des expo­si­tions. Tout en défen­dant et sou­te­nant acti­ve­ment une poli­tique de sau­ve­garde de la mémoire et du patri­moine de ce site funé­raire deux fois cen­te­naire.

 

 

FM

 

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3483 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. une com­mé­mo­ra­tion « en pré­sence de repré­sen­tants de la muni­ci­pa­lité »?? Je ne savais pas que les éco­lo­gistes de Grenoble étaient favo­rables à l’ex­ploi­ta­tion des ani­maux de cirque à force coups de fouet pour le seul plai­sir des humains… car il s’a­git bien de cela : en effet, si le des­tin de cette domp­teuse s’est avéré « cruel », pour reprendre le terme de l’ar­ticle, il en va tout autant de ces ani­maux de cirque, encore aujourd’­hui !

    sep article