Des usagers accusent la SNCF de profiter de la grève pour fermer la ligne Grenoble-Gap

sep article

FIL INFO – Le Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes accuse la SNCF d’utiliser la grève perlée qui touche son réseau pour orchestrer la fermeture de la ligne Grenoble-Gap, au profit de cars de substitution. Depuis la semaine dernière, plus aucun train ne circule en effet sur la ligne, et le groupement d’usagers ne croit guère aux explications de la direction des TER.

 

 

« La situation n’a jamais été aussi grave, ni l’agression des usagers aussi violente », écrit sans mâcher ses mots le Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes. Un Collectif qui considère que la SNCF prend prétexte du mouvement de grève actuelle pour supprimer totalement et intentionnellement les trains sur la ligne Grenoble-Gap et les remplacer par des cars, jugés inadaptés aux besoins des usagers de la ligne.

 

Une fermeture de la ligne ferroviaire Grenoble-Gap sous prétexte de grève ? C'est ce que redoute et dénonce le Collectif de l'Étoile ferroviaire de Veynes.Le Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes s'invitait dans les locaux de SNCF Réseau Chambéry, le jeudi 1er mars. © Seau

Le Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes s’est invitée dans les locaux de SNCF Réseau Chambéry, le jeudi 1er mars. © Seau

 

Ainsi, depuis le mardi 3 avril, plus aucun train ne circule sur la ligne. Un effet de la grève ? La direction TER a indiqué au Collectif que le mouvement, très suivi tant au niveau du personnel roulant que dans les ateliers de maintenance, a empêché de remettre les rames en service. Mais les défenseurs de la ligne Grenoble-Gap, solidaires du mouvement des cheminots, font part de leur scepticisme.

 

Une « politique du fait accompli »

 

« La direction ne dément pas que six des sept trains nécessaires au fonctionnement de la ligne étaient garés et opérationnels vendredi, ni que l’immense majorité des personnels roulants étaient eux aussi à leur poste, mais avec instruction de rester à quai », fait remarquer le Collectif. Avant de prévenir qu’il recensera « précisément le matériel et le personnel disponibles », au cas où les trains ne rouleraient toujours pas durant la période de non-grève du mardi 10 au jeudi 12 avril inclus.

 

Une fermeture de la ligne ferroviaire Grenoble-Gap sous prétexte de grève ? C'est ce que redoute et dénonce le Collectif de l'Étoile ferroviaire de Veynes.Pas simple de trouver des trains TER en gare de Clelles en ce moment © Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Pas simple de trouver des trains TER en gare de Clelles en ce moment © Collectif de l’étoile ferroviaire de Veynes

 

En effet, le Collectif soupçonne la SNCF de vouloir « mettre la suppression des trains sur le dos des grévistes, sans jamais prendre ses responsabilités », en prétextant le mouvement de grève perlé qui touche son réseau. Bien loin de sa promesse faite aux militants de remettre les trains en route « dès que ce sera possible ». « Nous ne sommes pas dupes de cette politique du fait accompli et nous ne l’acceptons pas », assurent les usagers.

 

 

Inaccessibilité et dysfonctionnements des cars de substitution

 

Dernière action en date : samedi 7 avril en gare de Clelles, le Collectif organisait une manifestation sous forme de “happening”. Des personnes en fauteuils roulants, d’autres équipées de vélos ou de poussettes, étaient invitées à démontrer devant les caméras de plusieurs médias locaux l’impossibilité d’utiliser le car pour se déplacer avec ce type d’équipement.

 

Une poussette dans un car ? Mission impossible. Mouvement du Collectif de l'Étoile ferroviaire de Veynes, gare de Clelles, 7 avril. © Emmanuel Corre

Une poussette dans un car ? Mission impossible. Mouvement du Collectif de l’Étoile ferroviaire de Veynes, gare de Clelles, 7 avril. © Emmanuel Corre

 

De plus, le Collectif pointe du doigt les dysfonctionnements du service de substitution des trains par des cars. Les mercredi 4 et jeudi 5 avril, des passagers en gare de Clelles n’ont ainsi pas pu prendre place dans le seul car du matin, programmé à 7 h 10. La raison ? « Le conducteur ne s’est pas arrêté dans les gares intermédiaires »…

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2955 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Hier en gare de Gap, le guichetier SNCF m’a indiqué que la suppression des trains sur la ligne Gap Grenoble relevait d’une décision de la Région Auvergne Rhône Alpes, pour démontrer que le train restait indispensable… Qu’en est-il ?
    Pour ce qui est des cars, les chauffeurs parfois roulent brusquement, téléphonent au volant, et que dire des virages pour les personnes qui craignent la route !!

    sep article
  2. Merci Laurent.

    J’attends ici, dans la zone de commentaires, les habituels râleurs venir exprimer leur point de vue sur les nuisances engendrées par cette perte de train au profit du car. Car je rappelle les résultats, au cas où :
    * Pas de train : service moins attractif pour les usagers au même prix
    * Le car : on ne peut pas rentrer facilement en étant handicapé, avec une poussette et un vélo (interdit dans les car TER) , plus difficile de travailler, trajet peu agréable -> perte de confort donc d’attractivité
    * Les gens handicapés, avec poussette ou vélo prennent donc leur voiture au lieu du car, tout comme ceux qui se démotivent de par la situation déplorable chronique sur la ligne,
    * Car (et voitures supplémentaires sur les routes) restent coincés dans les bouchons, qui sont d’ailleurs aggravés par la grève,
    * donc plus de pollution, de risque d’accident, de consommation de diesel et… mise en danger de la vie d’autrui !!!!!!!!! 😀 😀 😀
    * Pourtant, la suppression de cette ligne s’est effectuée «sans étude d’impact» et «sans concertation», juste un communiqué de Barbier où il est marqué «il est raisonnable de privilégier la route», et 200 millions pour les deux axes routiers reliant Grenoble à Gap ! Rien pour le train en revanche, bien entendu.
    Et oh, surprise , pas de GAM qui vient balancer des injonctions, pas de Jean Némarre qui vient râler sur les bouchons supplémentaires dans le bassin de vie grenoblois, pas de désintox pour nous expliquer la vérité sur la pollution induite, etc.

    sep article
    • « Et oh, surprise , pas de GAM qui vient balancer des injonctions, pas de Jean Némarre qui vient râler sur les bouchons supplémentaires dans le bassin de vie grenoblois, pas de désintox pour nous expliquer la vérité sur la pollution induite, etc. »

      C’est l’effet de la métropolisation: la « France périphérique » n’intéresse pas les métropolitains CSP+… Je ne parle pas de GAM ou Jean Némarre en particulier, mais pour en connaitre certains dans le milieu politique et administratif, une fois passé Claix on est chez les « paysans… » (avec tout le respect que j’ai pour ces derniers)

      sep article