Réaménagement « en tranches » de la place Saint-Bruno : les élus face aux inquiétudes

sep article

FOCUS – À l’occasion de la réunion publique entre élus et habitants organisée fin mars par l’union de quartier Berriat, Saint-Bruno et Europole, la question du réaménagement de la place Saint-Bruno a pesé très lourd dans les échanges. « Concertation en tranches », suspicion de projet “caché”… La Ville a tenté de répondre aux inquiétudes en justifiant sa démarche.

 

 

Bien moins houleuse qu’en 2017 (voir encadré), la réunion publique organisée par l’Union de quartier Berriat, Saint-Bruno et Europole le 28 mars dernier n’en a pas moins été l’occasion d’échanges francs et directs. Motif principal d’inquiétude des habitants exprimé aux élus ? Le réaménagement de la place Saint-Bruno, qui interroge tant sur le fond que sur la forme.

 

Le marché Saint-Bruno © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le marché Saint-Bruno © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le président de l’union de quartier Bruno de Lescure, par ailleurs poil à gratter tenace de la municipalité via son association Vivre à Grenoble, n’a pas manqué de s’émouvoir du lancement d’une concertation « en tranches ». La Ville ferait en effet appel à un cabinet d’études pour dresser un diagnostic de la situation du marché Saint-Bruno sans prendre en compte le reste de la place.

 

Élus de Grenoble au premier rang © Florent Mathieu - Place Gre'net

Élus de Grenoble au premier rang © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Nous pensons que l’on ne peut pas envisager cette place autrement que globalement », juge Bruno de Lescure.

 

Le président de l’union de quartier s’étonne au demeurant que le cabinet d’études mandaté ne soit venu que deux matinées et ne se soit entretenu qu’avec une vingtaine de personnes « dans une séance de post-it ». « Ça pose quand même un vrai problème pour un espace aussi central qui comporte 26 000 personnes ! »

 

Résultat, selon lui ? Un diagnostic « léger », une absence de dialogue entre commerçants non sédentaires et commerçants sédentaires, et plus généralement un manque de concertation publique. « Vous vous étiez engagés à faire des diagnostics partagés et de véritables scénarios alternatifs, autrement dit de grosses discussions », rappelle Bruno de Lescure aux élus présents face à lui.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
3686 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. un endroit pourtant TRES commerçant,
    le jour où la municipalité chassera les groupe de 2 ou 3 personnes (hors vigie) repérables à 100m, certaines choses évolueront. Mais encore faut il le vouloir, et ne pas acheter la paix social en fermant les yeux. Un beau quartier divers et vivant qui mériterait juste la nuit un poil moins de soucis

    sep article
  2. En tant qu’habitant du quartier, franchement, est-ce qu’il n’y a pas d’autres sujets plus importants que le ré-aménagement de cette place, certes emblématique du quartier ? De l’heure et demie consacrée à ce sujet lors de la réunion publique, on a l’impression que c’est une lubie de quelques membres de l’UQ qui en profitent pour rentrer dans le lard de la municipalité… L’un dit noir, l’autre dit blanc et vice-versa. Dans la catégorie de la mauvaise foi, j’hésite à déclarer un vainqueur même si le président de l’UQ est très fort…
    Et ensuite, on passe un petit quart d’heure voire moins sur les autres sujets importants (A480, insécurité routière, réseau vélo, éducateurs de rue…) qui comptent davantage pour les 26 000 habitants.

    sep article
    • Bonjour @JMB, ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le manque de temps pour traiter les autres sujets (plan de circulation / A480 / éducateurs de rue…) est due en grande partie au fait qu’il a fallu attendre l’arrivée de Mme E. Martin (arrivée à 19h25 mn au lieu de 19h) et la demande des élus de ne pas rester au-delà de 21hh20. Si vous avez assisté à la RP vous avez sûrement remarqué les tractations entre une représentante de la municipalité & Mr De Lescure (et un adhèrent de l’UQ) en aparté (pendant les débats). Bien Cordialement

      sep article
      • Quel est le rapport avec la durée excessivement longue sur le sujet de la place Saint-Bruno ? Quand on pilote une réunion et que tous les sujets sont d’importance, on s’arrange pour donner la même visibilité à tous.
        D’autre part, l’incorrection du retard d’une élue ne justifie en rien de démarrer une réunion à l’heure.
        C’est juste de la gestion de réunion.

        sep article
        • Re-bonjour @JMB, avec une 1/2 heure de plus et si les élus, ou certains d’entre eux (ceux concernés par les autres sujets) auraient bien voulu resté au-delà de 9h20, les autres sujets auraient eu un traitement plus « approprié ». L’UQ a démontré par le passé qu’elle savait faire des RP plus longues.
          L’UQ avait réservé le théâtre de 19h à 21h30 (2h30 de débat), salle payée par UQ : 300€ (pour votre confort!), en « espérant déborder un peu ».
          En début réunion, l’UQ apprend que la RP ne doit « que » durée 2h (fin à 21h) demande des élus. Compte-tenu du retard de Mme Elisa Martin (25 mn), ils ont accordés 20 mn supplémentaires soit jusqu’à 21h20.
          Donc l’UQ avait programmé une RP de 2h30 (& espérer aller « un peu» au-delà), mais les élus lui ont accordé que 1h55. De plus les autres sujets (plan de circulation, autoroutes a vélos …) ont été de nouveau traités en CA (Mardi 3 avril) entre les membres de L’UQ et des habitants présents. Ces CA sont ouverts à tous les habitants (adhérents ou pas) du quartier. Si vous souhaitez parlés d’un sujet en particulier adressé un mail à l’UQ et venez participer au CA.
          Pour revenir au temps consacré au débat « sur la place St. Bruno et son square», je pense que l’UQ a voulu appuyer sur le manque de concertation et la méthode utilisée par la mairie sur l’ensemble des projets soit disant proposés à la « concertation ».
          Pour le point « Sur les éducateurs de rue » il me semble que l’UQ soit en accord avec propos de Mme Elisa Martin et pour cela, je pense que le temps consacrés a été succinct (trop pour moi aussi).
          Cette RP a le mérite d’exister, et grâce ou à cause d’elle nous pouvons échanger.
          Cdlt,
          Un habitant du quartier s’intéressant à la vie de celui-ci.

          sep article
  3. Et toujours le coup du « cabinet d’étude ».. On a vu ce que ça a donné à l’esplanade!
    Vous nous étonnez que les gens soient furieux.

    sep article
  4. Ah à ce niveau là, on parle plus d’inquiétude. mais d’exaspération.. Tout le monde en a marre des simagrées de concertation de projet déjà conçus et bouclés d’avance…

    sep article