Réaménagement « en tranches » de la place Saint-Bruno : les élus face aux inquiétudes

sep article



FOCUS – À l’occasion de la réunion publique entre élus et habitants organisée fin mars par l’union de quartier Berriat, Saint-Bruno et Europole, la question du réaménagement de la place Saint-Bruno a pesé très lourd dans les échanges. « Concertation en tranches », suspicion de projet “caché”… La Ville a tenté de répondre aux inquiétudes en justifiant sa démarche.

 

 

Bien moins hou­leuse qu’en 2017 (voir enca­dré), la réunion publique orga­ni­sée par l’Union de quar­tier Berriat, Saint-Bruno et Europole le 28 mars der­nier n’en a pas moins été l’oc­ca­sion d’é­changes francs et directs. Motif prin­ci­pal d’in­quié­tude des habi­tants exprimé aux élus ? Le réamé­na­ge­ment de la place Saint-Bruno, qui inter­roge tant sur le fond que sur la forme.

 

Le marché Saint-Bruno © Florent Mathieu - Place Gre'net

Le mar­ché Saint-Bruno © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Le pré­sident de l’u­nion de quar­tier Bruno de Lescure, par ailleurs poil à grat­ter tenace de la muni­ci­pa­lité via son asso­cia­tion Vivre à Grenoble, n’a pas man­qué de s’é­mou­voir du lan­ce­ment d’une concer­ta­tion « en tranches ». La Ville ferait en effet appel à un cabi­net d’é­tudes pour dres­ser un diag­nos­tic de la situa­tion du mar­ché Saint-Bruno sans prendre en compte le reste de la place.

 

Élus de Grenoble au premier rang © Florent Mathieu - Place Gre'net

Élus de Grenoble au pre­mier rang © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Nous pen­sons que l’on ne peut pas envi­sa­ger cette place autre­ment que glo­ba­le­ment », juge Bruno de Lescure.

 

Le pré­sident de l’u­nion de quar­tier s’é­tonne au demeu­rant que le cabi­net d’é­tudes man­daté ne soit venu que deux mati­nées et ne se soit entre­tenu qu’a­vec une ving­taine de per­sonnes « dans une séance de post-it ». « Ça pose quand même un vrai pro­blème pour un espace aussi cen­tral qui com­porte 26 000 per­sonnes ! »

 

Résultat, selon lui ? Un diag­nos­tic « léger », une absence de dia­logue entre com­mer­çants non séden­taires et com­mer­çants séden­taires, et plus géné­ra­le­ment un manque de concer­ta­tion publique. « Vous vous étiez enga­gés à faire des diag­nos­tics par­ta­gés et de véri­tables scé­na­rios alter­na­tifs, autre­ment dit de grosses dis­cus­sions », rap­pelle Bruno de Lescure aux élus pré­sents face à lui.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
4442 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. un endroit pour­tant TRES com­mer­çant,
    le jour où la muni­ci­pa­lité chas­sera les groupe de 2 ou 3 per­sonnes (hors vigie) repé­rables à 100m, cer­taines choses évo­lue­ront. Mais encore faut il le vou­loir, et ne pas ache­ter la paix social en fer­mant les yeux. Un beau quar­tier divers et vivant qui méri­te­rait juste la nuit un poil moins de sou­cis

    sep article
  2. En tant qu’­ha­bi­tant du quar­tier, fran­che­ment, est-ce qu’il n’y a pas d’autres sujets plus impor­tants que le ré-amé­na­ge­ment de cette place, certes emblé­ma­tique du quar­tier ? De l’heure et demie consa­crée à ce sujet lors de la réunion publique, on a l’im­pres­sion que c’est une lubie de quelques membres de l’UQ qui en pro­fitent pour ren­trer dans le lard de la muni­ci­pa­lité… L’un dit noir, l’autre dit blanc et vice-versa. Dans la caté­go­rie de la mau­vaise foi, j’hé­site à décla­rer un vain­queur même si le pré­sident de l’UQ est très fort…
    Et ensuite, on passe un petit quart d’heure voire moins sur les autres sujets impor­tants (A480, insé­cu­rité rou­tière, réseau vélo, édu­ca­teurs de rue…) qui comptent davan­tage pour les 26 000 habi­tants.

    sep article
    • Bonjour @JMB, ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le manque de temps pour trai­ter les autres sujets (plan de cir­cu­la­tion / A480 / édu­ca­teurs de rue…) est due en grande par­tie au fait qu’il a fallu attendre l’ar­ri­vée de Mme E. Martin (arri­vée à 19h25 mn au lieu de 19h) et la demande des élus de ne pas res­ter au-delà de 21hh20. Si vous avez assisté à la RP vous avez sûre­ment remar­qué les trac­ta­tions entre une repré­sen­tante de la muni­ci­pa­lité & Mr De Lescure (et un adhèrent de l’UQ) en aparté (pen­dant les débats). Bien Cordialement

      sep article
      • Quel est le rap­port avec la durée exces­si­ve­ment longue sur le sujet de la place Saint-Bruno ? Quand on pilote une réunion et que tous les sujets sont d’im­por­tance, on s’ar­range pour don­ner la même visi­bi­lité à tous.
        D’autre part, l’in­cor­rec­tion du retard d’une élue ne jus­ti­fie en rien de démar­rer une réunion à l’heure.
        C’est juste de la ges­tion de réunion.

        sep article
        • Re-bon­jour @JMB, avec une 1/2 heure de plus et si les élus, ou cer­tains d’entre eux (ceux concer­nés par les autres sujets) auraient bien voulu resté au-delà de 9h20, les autres sujets auraient eu un trai­te­ment plus « appro­prié ». L’UQ a démon­tré par le passé qu’elle savait faire des RP plus longues.
          L’UQ avait réservé le théâtre de 19h à 21h30 (2h30 de débat), salle payée par UQ : 300€ (pour votre confort!), en « espé­rant débor­der un peu ».
          En début réunion, l’UQ apprend que la RP ne doit « que » durée 2h (fin à 21h) demande des élus. Compte-tenu du retard de Mme Elisa Martin (25 mn), ils ont accor­dés 20 mn sup­plé­men­taires soit jus­qu’à 21h20.
          Donc l’UQ avait pro­grammé une RP de 2h30 (& espé­rer aller « un peu » au-delà), mais les élus lui ont accordé que 1h55. De plus les autres sujets (plan de cir­cu­la­tion, auto­routes a vélos …) ont été de nou­veau trai­tés en CA (Mardi 3 avril) entre les membres de L’UQ et des habi­tants pré­sents. Ces CA sont ouverts à tous les habi­tants (adhé­rents ou pas) du quar­tier. Si vous sou­hai­tez par­lés d’un sujet en par­ti­cu­lier adressé un mail à l’UQ et venez par­ti­ci­per au CA.
          Pour reve­nir au temps consa­cré au débat « sur la place St. Bruno et son square », je pense que l’UQ a voulu appuyer sur le manque de concer­ta­tion et la méthode uti­li­sée par la mai­rie sur l’ensemble des pro­jets soit disant pro­po­sés à la « concer­ta­tion ».
          Pour le point « Sur les édu­ca­teurs de rue » il me semble que l’UQ soit en accord avec pro­pos de Mme Elisa Martin et pour cela, je pense que le temps consa­crés a été suc­cinct (trop pour moi aussi).
          Cette RP a le mérite d’exister, et grâce ou à cause d’elle nous pou­vons échan­ger.
          Cdlt,
          Un habi­tant du quar­tier s’intéressant à la vie de celui-ci.

          sep article
  3. Et tou­jours le coup du « cabi­net d’é­tude ».. On a vu ce que ça a donné à l’es­pla­nade !
    Vous nous éton­nez que les gens soient furieux.

    sep article
  4. Ah à ce niveau là, on parle plus d’in­quié­tude. mais d’exas­pé­ra­tion.. Tout le monde en a marre des sima­grées de concer­ta­tion de pro­jet déjà conçus et bou­clés d’a­vance…

    sep article