Le collectif grenoblois pour la gratuité des transports publics réclame une étude de faisabilité

sep article



FIL INFO – Alors que Paris a annoncé le lancement d’une réflexion autour de la gratuité des transports en commun, à Grenoble, le collectif pour la gratuité des transports publics réclame une étude de faisabilité. Et appelle au rassemblement vendredi 6 avril devant les portes du conseil métropolitain.

 

 

Depuis le 1er septembre, la hausse de + 278% du tarif de l'abonnement aux transports publics dans la Métropole grenobloise (réseau Tag) concerne la majorité des plus de 75 ans.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le col­lec­tif pour la gra­tuité des trans­ports publics dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise réclame le lan­ce­ment d’une étude de fai­sa­bi­lité. Et il entend bien le faire savoir en appe­lant à un ras­sem­ble­ment ven­dredi 6 avril à 17 h 30 devant les portes du conseil métro­po­li­tain.

 

Ce jour-là, les élus se penchent en effet, après Grenoble, sur la feuille de route tra­cée par le pré­fet pour espé­rer atteindre une meilleure qua­lité de l’air dans la cuvette. Et acces­soi­re­ment ras­su­rer Bruxelles. « Au moment où pour ten­ter d’ap­pli­quer une direc­tive euro­péenne sur la pol­lu­tion atmo­sphé­rique, le gou­ver­ne­ment demande aux agglo­mé­ra­tions comme Grenoble de remé­dier à celle-ci, la gra­tuité des trans­ports publics serait une inci­ta­tion majeure à délais­ser l’au­to­mo­bile », plaide le col­lec­tif dans un com­mu­ni­qué.

 

Dans l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, le sujet n’est mani­fes­te­ment pas sur la table. Promesse de cam­pagne du maire de Grenoble à l’a­dresse des jeunes en 2014, mais jamais appli­quée, la gra­tuité des trans­ports en com­mun, comme une éven­tuelle étude, sont absentes des mesures mises en avant par le pré­fet de l’Isère.

 

 

Des tarifs qui, au contraire, vont en augmentant

 

Pire, pour le col­lec­tif, la poli­tique appli­quée depuis plu­sieurs années va à son encontre. « Depuis quelques années, les tarifs des trans­ports publics aug­mentent dans la métro­pole. Rappelons qu’il y a une quin­zaine d’années, ils étaient gra­tuits pour les plus de 60 ans et quasi-gra­tuits pour les chô­meurs. Avec la baisse des sub­ven­tions de la Métropole et du Département de l’Isère, les tarifs, excepté les tarifs soli­daires comme ceux concer­nant la jeu­nesse, aug­mentent plus que le taux d’inflation. Le pire fut l’augmentation, fin 2017, de 261 % de l’abonnement annuel des plus de 75 ans ! »

 

Eliane 85 ans, Paulette 88 ans. Depuis le 1er septembre, la hausse de + 278% du tarif de l'abonnement aux transports publics dans la Métropole grenobloise (réseau Tag) concerne la majorité des plus de 75 ans.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Éliane, 85 ans, et Paulette, 88 ans. Depuis le 1er sep­tembre 2017, la hausse du tarif d’a­bon­ne­ment aux trans­ports publics dans la Métropole gre­no­bloise (réseau Tag) concerne la majo­rité des plus de 75 ans.© Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

En France, une ving­taine de réseaux, sur deux cent cin­quante, appli­quaient la gra­tuité totale en 2016, selon l’u­nion des trans­ports publics et fer­ro­viaires. Dernière en date, Dunkerque, où la gra­tuité mise en place les week-ends va être géné­ra­li­sée cet automne. Paris, elle, a annoncé le lan­ce­ment d’une réflexion sur le sujet, dont les conclu­sions devraient être connues en 2020, année des muni­ci­pales. En Europe, les villes sont de plus en plus nom­breuses à sau­ter le pas. En Allemagne, Bonn, Essen et Mannheim envi­sagent ainsi de tes­ter la gra­tuité des trans­ports en com­mun.

 

PC

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
2310 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ils sont drôle ce col­lec­tif !

    Bien sûr que c’est fai­sable. Il suf­fit de le déci­der. Le pro­blème est de savoir com­bien cela va côu­ter !
    Plutôt que de deman­der cela, ce col­lec­tif dans un pre­mier ferait de se poser la ques­tion de la manière dont son orga­ni­sés les TC dans la Métro : le SMTC ne sert à rien depuis la métro­po­li­sa­tion et avec la gra­tuité la SEMITAG n’aura plus aucune rai­son d’être car alors on passe en régie directe, dans ce cas de la Métro (est-ce une bonne idée qd on voit com­ment la métro fonc­tionne?).

    Bref, c’est par­fai­te­ment fai­sable. Le pro­blème c’est le coût, la capa­cité d’in­ves­tis­se­ment pour le déve­lop­pe­ment du réseau et la mise à la porte de cer­tains « inté­rêts » tant poli­tiques que finan­ciers…

    Mais fai­sable, ça l’est, ya pas de doute.

    sep article