Un rassemblement contre Frontex dispersé par la police sur le campus de Grenoble

sep article



REPORTAGE – Les militants de divers syndicats, collectifs et associations de soutien aux migrants se sont rassemblés sur le campus de Saint-Martin‑d’Hères, ce jeudi 22 mars dans l’après-midi. Leur objectif : protester contre la présence « d’acteurs de la militarisation des frontières » lors du colloque international sur Frontex qui se tient jusqu’à ce vendredi 23 mars à l’Université Grenoble-Alpes. Une mobilisation qui, commencée calmement, s’est vite terminée avec l’intervention de la police anti-émeute…

 

 

« Frontières par­tout, jus­tice nulle part », « tout le monde déteste les fron­tières », ou encore « Frontex expulse, expul­sons Frontex ». Tels étaient les slo­gans scan­dés par la cen­taine de mili­tants qui s’é­taient réunis sur le cam­pus de Saint-Martin‑d’Hères, ce jeudi 22 mars, suite à l’appel lancé par dif­fé­rents syn­di­cats, col­lec­tifs et asso­cia­tions* de sou­tien aux migrants.

 

Ils étaient plus de cents, selon les militants, à se rassembler pour protester contre le colloque sur Frontex qui se déroulait sur le campus universitaire, ce jeudi 22 mars. © Giovanna Crippa- Place Gre'net

Ils étaient plus de cents, selon les mili­tants, à se ras­sem­bler pour pro­tes­ter contre le col­loque sur Frontex qui se tient sur le cam­pus uni­ver­si­taire ces jeudi 22 et ven­dredi 23 mars. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

 

Mégaphone et ban­de­roles à la main, ils s’étaient donné ren­dez-vous à 15 heures devant les portes ver­rouillées** du bâti­ment d’Imag. C’est en effet dans cet édi­fice qu’en début d’après-midi le Centre d’études sur la sécu­rité inter­na­tio­nale (Cesice) et le Centre de recherche juri­dique (CRJ) avaient inau­guré la pre­mière jour­née du col­loque inter­na­tio­nal « De Frontex à Frontex : vers l’émergence d’un ser­vice euro­péen de garde-côtes ». Le coup d’envoi d’une série de ren­contres qui, entre confé­rences et débats, s’enchaîneront jusqu’à ce ven­dredi 23 mars au soir.

 

 

« Des technocrates et policiers » invités sur le campus

 

Parmi les invi­tés ? Outre des ensei­gnants et cher­cheurs pro­ve­nant de toute la France, les orga­ni­sa­teurs ont choisi « de faire inter­ve­nir des tech­no­crates et poli­ciers res­pon­sables de la mili­ta­ri­sa­tion des fron­tières », dénonce un jeune mili­tant, en se fai­sant porte-parole de l’indignation col­lec­tive. Et celui-ci d’étayer ses pro­pos : « Frontex n’est qu’un moyen dont l’Europe se sert pour expé­ri­men­ter les tech­no­lo­gies de guerre sur les migrants. »

 

Commencée pacifiquement, le rassemblement s'est terminé avec l'intervention de la police anti-émeute © Giovanna Crippa- Place Gre'net

Commencé paci­fi­que­ment, le ras­sem­ble­ment a tourné court avec l’in­ter­ven­tion de la police anti-émeute © Giovanna Crippa- Place Gre’net

L’agence euro­péenne de garde-fron­tières et de garde-côtes dis­po­se­rait en effet, selon les asso­cia­tions à la tête du ras­sem­ble­ment, « d’un arse­nal mili­taire répres­sif et d’un outillage sécu­ri­taire de haute tech­no­lo­gie », sou­vent finan­cés par « des socié­tés pri­vées ». Parmi celles-ci, Thalès, EADS, Finmeccanica, Lockheed Martin, ou encore Aerovision.

 

Raison pour laquelle les syn­di­cats et col­lec­tifs isé­rois ont décidé de faire entendre leur voix. En ligne de mire : la pré­sence au col­loque d’Hervé Yves Caniard, le direc­teur de l’Unité des affaires juri­diques de Frontex, ainsi que « la venue de Michel Quillé », ancien com­mis­saire de police aujourd’hui aux manettes du pro­jet Euromed Police IV. Entendez par là un pro­gramme lancé en 2016 afin de ren­for­cer la coopé­ra­tion « sur les ques­tions de sécu­rité » entre les pays du sud de la Méditerranée et les États membres de l’Union euro­péenne.

 

 

Migrants et associations : les grands absents au colloque

 

« On regrette que les per­sonnes réel­le­ment concer­nées par ces ques­tions ne soient pas invi­tées », remarque par ailleurs un autre mili­tant. Les grands absents de l’évènement ? Non seule­ment « les migrants et réfu­giés qui risquent leur vie en mer pour rejoindre les côtes de l’Europe », mais aussi les « acteurs de ter­rain » enga­gés dans des mis­sions d’aide et sou­tien aux réfu­giés.

 

Les militants ont été évacués du bâtiment d'Imag par les forces de l'ordre. © Giovanna Crippa- Place Gre'net

Les mili­tants ont été éva­cués du bâti­ment d’Imag par les forces de l’ordre. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

 

Seule l’intervention d’une repré­sen­tante du monde asso­cia­tif figure en effet dans le pro­gramme du col­loque. En l’occurrence, celle d’une acti­viste de La Cimade (Comité inter-mou­ve­ments auprès des éva­cués) qui évo­quera, ce ven­dredi après-midi, le rôle des ONG face au ren­for­ce­ment des contrôles aux fron­tières.

 

« Notre objec­tif est de par­ler de Frontex sous l’angle du droit, tout en pre­nant en compte dif­fé­rents points de vue » déclare pour sa part Romain Tinière, pro­fes­seur de droit public à l’UGA et coor­di­na­teur du col­loque. Qui se défend : « En plus de trai­ter les aspects ins­ti­tu­tion­nels et juri­diques de la ques­tion, dont la pro­tec­tion des droits fon­da­men­taux de l’homme, nous cher­chons éga­le­ment à por­ter un regard cri­tique sur les actions de Frontex. »

 

Un pro­pos contesté par l’un des mili­tants. « Ce col­loque peut ser­vir à se ques­tion­ner sur com­ment Frontex viole le droit, mais cela ne suf­fira pas, car il faut aussi dénon­cer le pro­blème poli­ti­que­ment », rétorque-t-il. Et une autre mani­fes­tante de ren­ché­rir : « Tant que l’Europe expor­tera la guerre, il y aura tou­jours des refou­le­ments aux fron­tières, en ren­dant les pas­sages de plus en plus dan­ge­reux et mor­tels pour les migrants. »

 

 

Une protestation pacifique… face à la police

 

« Comment cette uni­ver­sité, qui accueille depuis décembre nombre de deman­deurs d’a­sile aux Patio, peut en même temps accep­ter de dia­lo­guer avec les res­pon­sables de Frontex ? », inter­rogent les mani­fes­tants. D’où leur déci­sion de mani­fes­ter leur dis­sen­ti­ment… en « s’invitant » dans la salle des confé­rences de l’Imag. Leur objec­tif : empê­cher que le pré­sident d’Euromed Police ne prenne la parole.

 

© Giovanna Crippa- Place Gre’net

 

Une pro­tes­ta­tion non vio­lente qui a duré juste le temps de scan­der quelques slo­gans… et de sor­tir une bombe de pein­ture pour écrire « Frontex tue » sur le mur. Quelques minutes après, l’action s’est en effet ter­mi­née avec l’intervention des forces de l’ordre en tenue anti-émeute.

 

 

Source : mili­tant ano­nyme

 

« Ils nous ont bous­cu­lés pour nous for­cer à sor­tir. Certaines per­sonnes ont pris un coup de matraque dans le dos pen­dant qu’elles éva­cuaient alors qu’il n’y avait aucune vio­lence et aucune ani­mo­sité de leur part », relate, indi­gné, un jeune témoin. Entre temps, à l’intérieur du bâti­ment Imag, le col­loque a repris son cours nor­mal.

 

Une jeune mili­tante bles­sée lors de l’in­ter­ven­tion de la police. © Giovanna Crippa- Place Gre’net

Au total, quatre per­sonnes auraient été bles­sées, dont deux – dénoncent les mili­tants – « ayant eu besoin de points de suture à la tête ».

 

Contactée, l’Université Grenoble Alpes a affirmé ne pas être res­pon­sable de l’envoi de la police. Une infor­ma­tion démen­tie par la pré­fec­ture de l’Isère*** qui a tenu à pré­ci­ser  que cette inter­ven­tion n’a­vait pas été faite à son ini­tia­tive mais bien à la demande de l’UGA.

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Saint-Martin-d’Hères

 

 

  • * RUSF38, Union dépar­te­men­tale CNT 38, Clagi, Cisem, CIIP, Collectif héber­ge­ment loge­ment, Survie Isère, Patate chaude, Dal38, Asti Annonay,et Solidaires Isère

 

** Si la pre­mière jour­née de confé­rences s’est dérou­lée à portes fer­mées, les ren­contres de ce ven­dredi sont en revanche ouvertes au public.

 

*** Précision ajou­tée le ven­dredi 23 mars à 13 h 50 suite à un appel de la pré­fec­ture de l’Isère.

 

 

FRONTEX EN BREF

 

Suite à une réforme en 2016, Frontex est deve­nue l’agence euro­péenne de garde-fron­tières et de garde-côtes. Financé par l’Union euro­péenne et les États membres, cet orga­nisme dis­pose d’un bud­get en constante aug­men­ta­tion : soit 281 mil­lions d’euros en 2017, contre 238 mil­lions d’eu­ros en 2016. Le per­son­nel de l’agence devrait, lui aussi, aug­men­ter pro­gres­si­ve­ment. Actuellement, il est com­posé de 1 000 garde-fron­tières et de 1 500 réser­vistes.

 

« Frontex n’est qu’un moyen dont l’Europe se sert pour expé­ri­men­ter les tech­no­lo­gies de guerre sur les migrants », dénonce un mili­tant. DR

Ses com­pé­tences prin­ci­pales ? Outre la coor­di­na­tion d’opérations en mer et aux fron­tières exté­rieures ter­restres, l’agence four­nit une assis­tance tech­nique aux pays de l’UE confron­tés à une forte pres­sion migra­toire, à tra­vers le déploie­ment d’équipements tech­niques sup­plé­men­taires et de per­son­nel spé­cia­le­ment formé.

 

De plus, dénoncent les asso­cia­tions, Frontex s’occupe de « l’interception des bateaux lors des ten­ta­tives de pas­sage de mer » avec le consé­quent « refou­le­ment des per­sonnes », de la mise en place d’interventions mili­taires, ou encore de l’« orga­ni­sa­tion de retours conjoints ».

 

« Contrairement à ce qui est par­fois affirmé dans les médias, enchaînent-elles, le sau­ve­tage ne fait pas par­tie des mis­sions de Frontex et, quand il le fait, c’est par obli­ga­tion du droit inter­na­tio­nal. La majo­rité des sau­ve­tages sont en réa­lité effec­tués par des ONG, la marine mar­chande ou des pêcheurs, sou­vent accu­sés de com­pli­cité d’immigration illé­gale ».

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
8584 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. Ping : La Relève et La Peste

  2. Théo,

    Vous avez encore beau­coup à apprendre sur le débat démo­cra­tique.
    Oui, inter­rompre un col­loque par une entrée en force et en nombre, en étant cagoulé et en taguant les murs est très violent et anti-démo­cra­tique.
    Si la forme et le fond de ce col­loque ne vous plai­sait pas, la vraie réponse démo­cra­tique aurait été d’or­ga­ni­ser un contre-col­loque au cours duquel vous auriez pu expri­mer vos opi­nions et reven­di­ca­tion­sen invi­tant qui vous vou­liez.
    Il est tout à fait nor­mal que les forces de l’ordre soient inter­ve­nues dans pareilles cir­cons­tances.

    sep article
  3. Mais le plus drôle c’est que FRONTEX n’existe plus depuis 2016, bande d’é­tu­diants gnous igno­rants !
    Etudiants ! Diants ! Diants !

    sep article
  4. C’est for­cé­ment l’UGA qui a demandé puisque la PN et la GN ne sont pas « auto­ri­sées » sur le Campus, qui a recours à des société de gar­dien­nage pri­vées pour patrouiller…
    Donc l’i­ni­tia­tive ne vient pas de la pré­fec­ture, qui a for­cé­ment répondu à une demande, qui ne peut qu’é­ma­ner de l’UGA…
    Cela dit, notons l’im­bé­ci­lité de ces étu­diants qui dans une Université mani­festent contre un col­loque uni­ver­si­taire sur une agence exé­cu­tive de l’UE… Ah la connais­sance et la liberté aca­dé­mique…

    sep article
  5. Ces gens se disent paci­fiques et non vio­lents ? Ils entrent à une cen­taine, cagou­lés, dans un bâti­ment uni­ver­si­taire ou se tient un col­loque (qui par ailleurs laisse place à l’ex­pres­sion d’a­vis diver­gents), déclenchent l’a­larme pour per­tur­ber le tout, taguent un mur, menacent, inti­mident, dégradent du maté­riel… Et osent se plaindre d’une inter­ven­tion poli­cière mus­clée???
    Sinon entre paren­thèse, impo­ser sa vision poli­tique par l’in­ti­mi­da­tion, cer­tains appel­le­raient ça du fas­cisme…

    sep article
    • Chère Camille.
      Entrer, voir inter­rompre un col­loque par des chants serait donc pour vous une vio­lence équi­va­lente aux deux per­sonnes bles­sées à la tête et hos­pi­ta­li­sées ? Pour rap­pel, les forces de l’ordre n’ont pas la droit de faire usage de leur matraques en direc­tion de la tête. J’étais pré­sent lors de se ras­sem­ble­ment, l’am­biance était bonne enfant et je n’ai vu aucun acte de vio­lence (ni de menaces) de la part des mani­fes­tants. Taguer un mur s’ap­pa­rente peut être à de la dégra­da­tion mais il me semble osé de mettre sur un pied d’é­ga­lité des dégâts maté­riel (un mur !) et des dégâts humains (4 bles­sés selon l’ar­ticle mais nous sommes nom­breux à nous être pris des coups sans aucune rai­son pen­dant que l’on nous éva­cuait). Je pas­se­rai ici les insultes habi­tuelles et le mépris des forces de l’ordre pour les mani­fes­tants qui ont accom­pa­gné cette éva­cua­tion. Dans cet exemple, qui inti­mide qui ?
      Quand à « l’ex­pres­sion d’a­vis diver­gents », vous êtes vous seule­ment ren­sei­gné sur les inter­ve­nants pré­sents lors de ce col­loque ? Seule la Cimade était pré­sente (2h sur 2 jours de col­loque). Une cin­quan­taine de per­sonnes exi­lées sont logées sur la fac à envi­ron 30 mètres du lieu du col­loque. Il nous aurait sem­blé inté­res­sant que cela puisse abou­tir à une confron­ta­tion des points de vus ou, à minima, à une inter­ven­tion de leur part et des associations/acteurs pré­sent-es sur le ter­rain.
      Les inter­ve­nants et les forces de l’ordre ont du sang sur les mains. J’espère que vous y son­gez avant de prendre leur défense.

      sep article
      • Votre opi­nion cher Théo, on s’en fout un peu.
        Vous n’a­vez pas la moindre idée de ce dont vous par­lez !
        Le mot « exilé » ne veut rien dire, rien ! Aucune maté­ria­lité juri­dique !
        Rien à cirer des assoc” pré­ten­du­ment de « ter­rain », parce que le ter­rain il est là bas, pas ici ! Alors pre­nez vous par la main et allez faire du bien sur le ter­rain, genre au Sud Soudan, en Syrie etc.
        Allez y ! On vous regarde !
        « Du sang sur les mains » ? Mouhahahaha ! Mais pauvre petit égo­tico-mili­tant, c’est pas ça avoir du sang sur les mains !
        Bande de rigo­los, de soli­daires de salon…

        sep article