L’artiste Jean-Marc Rochette fait don de L’enfant de Tchernobyl à la Ville de Grenoble

sep article

FIL INFO – Jean-Marc Rochette, auteur de bande dessinée engagé dans la lutte contre le nucléaire, vient d’offrir une sculpture L’enfant de Tchernobyl à la Ville de Grenoble. Celle-ci vient d’être inaugurée dans le Jardin Hoche, sur le boulevard Gambetta.

 

 

L'enfant de Tchernobyl, sculpture de Jean-Marc Rochette. DR

L’enfant de Tchernobyl, sculpture de Jean-Marc Rochette. DR

La sculpture L’enfant de Tchernobyl donné par l’artiste grenoblois Jean-Marc Rochette à la Ville de Grenoble vient d’être inaugurée ce 22 mars au jardin Hoche, entre le 47 et le 51 cours Gambetta.

 

C’est en 2015, lorsqu’il a publié la bande dessinée Terminus où des enfants se font irradier que Jean-Marc Rochette s’est renseigné sur le sujet. Il est alors tombé sur le travail du photojournaliste Paul Fusco qui avait fait des photos des enfants de Tchernobyl en 1997.

 

L’accident nucléaire survenu en Ukraine le 26 avril 1986, dans la centrale Lénine, suite à l’augmentation incontrôlée de la puissance du réacteur, avait conduit à la surchauffe de l’Uranium et du Plutonium hautement radioactifs, à une irradiation des employés de la centrale et des populations alentours, ainsi qu’à une contamination de l’environnement sur des centaines de kilomètres.

 

Choqué par le nombre d’enfants irradiés et ce qu’il découvrit, Paul Fusco prit des photos « terrifiantes » qui furent cachées au grand public américain et ne furent publiées qu’en 2001 dans le livre L’héritage de Tchernobyl.

 

 

Tchernobyl, le choc des photos

 

L’héritage de Tchernobyl est une source d’inspiration pour Jean-Marc Rochette. L’artiste ne supporte pas « que ces enfants soient considérés comme des déchets du “modernisme”, relégués à la rubrique « pertes et profit », oubliés ». Il a ainsi décidé de réaliser des sculptures pour une exposition parisienne et s’est inspiré de ces clichés pour créer la suite de la BD de science fiction apocalyptique Transperceneige, en collaboration avec Olivier Bocquet (éd. Casterman, 2013).

 

La sculpture L’enfant de Tchernobyl de Jean Marc Rochette sera inaugurée le 22 mars 2018 à 18 h 30 au jardin Hoche à Grenoble placegrenet.fr

La sculpture L’enfant de Tchernobyl de Jean-Marc Rochette a été inaugurée le 22 mars 2018 au jardin Hoche à Grenoble. DR

« Je voulais montrer une société vivant sous le joug du nucléaire et qui n’enfante à cause des radiations que des “monstres”, “monstres” qui ont développé une capacité émotionnelle extraordinaire, produisant des œuvres qui expriment leur tristesse et leur douleur. »

L’artiste espère que son Enfant de Tchernobyl, au regard doux et triste saura parler aux Grenobloises et Grenoblois.

 

Car il ne dit rien d’autre que « Pensez à moi ! » Jean Marc Rochette est par ailleurs l’un des invités du Printemps du livre 2018. Des moments de rencontre avec l’artiste sont organisés dans ce cadre

 

VC

 

commentez lire les commentaires
3168 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je suis allée voir la page du photographe américain, difficile de ne pas craquer à la vue de ces images.Mais le sensationnel est un témoignage, bien sûr épouvantable pour chaque personne concernée. Froidement (hélas) la seule certitude des experts qui étudient les cohortes de populations exposées est liée à la forte augmentation des cancers de la thyroïde.

    sep article
  2. c’est très gentil de sa part.
    Pourrait on avoir aussi des sculpture ne commémorant i massacre, ni malheurs (…) car on commence a en avoir une belle palanquée.
    Le symposium de 68 a créé plein de sculpture abstraites, il y a du bon, du moins bon, mais dans le lot il en reste et surtout ce n’est pas pesant. Il faut se souvenir, mais c’est comme les croix sur le bord de la route, cela crée une culture du morbide et du malheur.
    (et ce n’est pas ce que je souhaite).
    A quand un arbre pour célébrer le printemps?

    sep article