Manifestation des retraités à Grenoble : « En 2018, je retrouve ma retraite de 2010 ! »

sep article

REPORTAGE PHOTO – Une cinquantaine de retraités se sont rassemblés devant la préfecture de l’Isère, ce vendredi 9 février, à l’appel de huit organisations syndicales. Leur objectif ? Contester une nouvelle fois la hausse de la contribution sociale généralisée. Le choix de la date est symbolique : ce jour-là, les retraités concernés ont reçu leurs premières pensions touchées par cette mesure fiscale du gouvernement. Retour en images.

 

 

Rassemblement des retraités contre la hausse de la CSG. 9 février 2018. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Environ cin­quante retrai­tés ont répondu pré­sent à l’appel de huit orga­ni­sa­tions syn­di­cales à mani­fes­ter contre la hausse de la contri­bu­tion sociale géné­ra­li­sée (CSG) devant la pré­fec­ture de l’Isère, ce ven­dredi 9 février.

 

C’est ce jour-là que les foyers concer­nés ont reçu les pre­mières pen­sions concer­nées par la nou­velle mesure fis­cale qui touche envi­ron 60 % des retrai­tés en France.

 

De quoi inquié­ter les syn­di­cats défen­dant le pou­voir d’achat des retrai­tés : la CGT, Force ouvrière (FO), la Confédération fran­çaise de l’encadrement – Confédération géné­rale des cadres (CFE-CGC), la Fédération syn­di­cale uni­taire (FSU), Solidaires, Loisirs et soli­da­rité des retrai­tés (LSR), la Fédération géné­rale des retrai­tés de la fonc­tion publique (FGR-FP) et Ensemble soli­daires.

 

 

Une solidarité à deux vitesses ?

 

A par­tir du 1er jan­vier 2018, la CSG aug­mente de 1,7 point : de 6,6 % à 8,3 %. Avec quel impact ? Pour les retrai­tés, cela signi­fie « une baisse de pou­voir d’achat », une injus­tice sociale mais aussi… une mesure poli­tique obs­cure. « Nous n’avons aucune visi­bi­lité sur où ira cet argent », sou­ligne une retrai­tée de l’Éducation natio­nale. Et celle-ci d’a­jou­ter : « Nous ne sommes pas d’accord avec le trans­fert des coti­sa­tions sociales sur les impôts. »

 

La mesure gou­ver­ne­men­tale pré­sen­tée comme un outil de soli­da­rité fait dou­ter les per­sonnes concer­nées. « Nous vou­lons bien être soli­daires mais, dans ce cas-là, il faut que tout le monde le soit à la hau­teur de ses moyens », pré­cisent les mani­fes­tants, en rap­pe­lant une autre mesure éco­no­mique du gou­ver­ne­ment Macron : la sup­pres­sion de l’impôt de soli­da­rité sur la for­tune. Une soli­da­rité à deux vitesses ?

 

Rassemblement des retraités contre la hausse de la CSG. 9 février 2018. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

© Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

À la fin du ras­sem­ble­ment, la délé­ga­tion syn­di­cale a été reçue à la pré­fec­ture de l’Isère afin de remettre quelques mil­liers de cartes pos­tales signées par des retrai­tés. Ces cartes ornées d’un des­sin sati­rique s’adressent au pré­sident de la République, avec un poème se ter­mi­nant par une affir­ma­tion : « J’ai acquis le droit de vivre digne­ment, la France en a les moyens, lar­ge­ment. »

 

Les mani­fes­tants sont-ils opti­mistes ? « C’est tou­jours mieux que de res­ter chez soi sans rien faire », affirme l’un d’entre eux. « Mais il manque de la média­tion auprès des per­sonnes concer­nées pour avoir une mobi­li­sa­tion plus forte », déplore-t-il. Un nou­veau ren­dez-vous est tou­te­fois d’ores et déjà fixé au 15 mars pro­chain.

 

Retour en images.

 

 

 

Yuliya Ruzhechka

 

 

commentez lire les commentaires
5006 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Bsr,
    Les manifs, les ras­sem­ble­ments, les grèves, etc, etc… des retrai­tés ne ser­vi­ront a rien car ils n’ont aucun pou­voir de pres­sion sur le gour­ve­ment comme les fonc­tion­naires, la SNCF, l’edf, la RATP, etc …Le seul moyen que les retrai­tés ont ou avaient c’é­tait de VOTER cor­rec­te­ment …74% des retrai­tés ont vote pour macron..c’est trop tard . Les cocus comp­tez vous …
    Slts
    Rogers

    sep article