© Joël Kermabon - Place Gre'net

Nouvelle action de blocage des surveillants de maison d’arrêt de Grenoble-Varces

Nouvelle action de blocage des surveillants de maison d’arrêt de Grenoble-Varces

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE VIDÉO – Ce mardi 23 janvier, une trentaine de surveillants de la maison d’arrêt de Varces ont bloqué une nouvelle fois et sans heurts l’entrée de leur établissement. Après des négociations avec le ministère de la Justice jugées infructueuses, les organisations syndicales avaient appelé leurs troupes à reconduire leur mouvement, les invitant au blocage total de l’institution. Principalement en cause, les agressions de gardiens, les salaires jugés trop chiches et l’inadaptation de l’institution au phénomène de radicalisation de certains détenus. 

 

 

Reportage devant la maison d'arrêt de Varces où une trentaine de surveillants ont bloqué, une nouvelle fois, l'entrée de leur établissement, ce 23 janvier. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Six heures du matin, ce mardi 23 jan­vier, devant la mai­son d’ar­rêt de Varces. Une tren­taine de sur­veillants allument un feu de palettes et de troncs d’arbres face à l’en­trée du centre péni­ten­tiaire. Leur objec­tif ? Empêcher toute extrac­tion de déte­nus et inter­dire l’en­trée d’in­ter­ve­nants exté­rieurs tels que des per­son­nels de l’Éducation natio­nale ou des psychologues.

 

 

« Il faut qu’une réforme indemnitaire et statutaire soit engagée »

 

Tandis que les négo­cia­tions entre les trois orga­ni­sa­tions syn­di­cales péni­ten­tiaires repré­sen­ta­tives (Ufap-Unsa, FO, et CGT) et le minis­tère de la Justice se pour­suivent à Paris, les blo­cages des lieux de déten­tion se mul­ti­plient un peu par­tout en France.

 

La mobi­li­sa­tion des per­son­nels, entrée dans sa deuxième semaine, ne fai­blit pas, les syn­di­cats ayant appelé leurs troupes à para­ly­ser tota­le­ment l’ins­ti­tu­tion, en atten­dant les résul­tats des négo­cia­tions avec la Garde des Sceaux qui ont repris ce 23 jan­vier dès 14 heures.

 

Retour sur ce début de mati­née reven­di­ca­tive qui s’est déroulé sans heurts et dans le calme.

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Si les sur­veillants de Varces, tout comme leurs col­lègues d’autres centres péni­ten­tiaires, se sont une nou­velle fois mobi­li­sés, c’est tou­jours pour pro­tes­ter contre les vio­lences dont ils sont l’ob­jet quo­ti­dien­ne­ment. Cependant, d’autres reven­di­ca­tions sont venues se gref­fer sur cette pre­mière inten­tion : plus de moyens, plus de sécu­rité, de meilleures rému­né­ra­tions et condi­tions de tra­vail, moins de popu­la­tion car­cé­rale et aussi plus de recon­nais­sance de la part de l’administration.

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« Nous vou­lons plus de per­son­nel et notre admi­nis­tra­tion a du mal à recru­ter. Mais pour atti­rer les gens vers notre métier de sur­veillant encore faut-il qu’une réforme indem­ni­taire et sta­tu­taire soit rapi­de­ment enga­gée », explique Dimitri Garot, res­pon­sable local du syn­di­cat Ufap-Unsa.

 

« Les salaires sont très bas dans la fonc­tion publique péni­ten­tiaire. En règle géné­rale, un fonc­tion­naire est payé 1 500 euros en début de car­rière alors qu’un fonc­tion­naire de police de même ancien­neté tou­chera 200 euros de plus que nous. », déplore Dimitri Garot.

 

 

Revalorisation rapide et importante des salaires

 

Autre son de cloche que celui du repré­sen­tant du Syndicat péni­ten­tiaire des sur­veillants (SPS), majo­ri­taire à Varces : « L’administration fait le néces­saire puis­qu’elle recrute beau­coup de per­son­nel mais quand bien même elle y par­vient, les gens ne res­tent pas, ils démis­sionnent », ana­lyse Philippe Houet, le secré­taire local du SPS.

 

Pour ce der­nier, seule « une reva­lo­ri­sa­tion rapide et impor­tante des salaires » per­met­tra de recru­ter le per­son­nel néces­saire au bon fonc­tion­ne­ment de l’ins­ti­tu­tion. Ne serait-ce qu’eu égard à la dan­ge­ro­sité du métier.

 

Au premier plan, Philippe Houet, secrétaire local du SPS accompagné de son adjoint. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au pre­mier plan, Philippe Houet, secré­taire local du SPS accom­pa­gné de son adjoint. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quid de la pour­suite du mou­ve­ment, à Varces ? La pru­dence est de mise. « Nous ne vou­lons pas nous mettre en dan­ger. Nous avons ici beau­coup de sta­giaires et il faut que ces gens-là puissent prendre leur tra­vail en temps et en heure pour ne pas être sanc­tion­nés », expose Philippe Houet. « Nous essaie­rons de faire durer le mou­ve­ment le plus long­temps pos­sible en espé­rant avoir un jour gain de cause. »

 

Et les déte­nus radi­ca­li­sés, y en a‑t-il à Varces ? « Oui, il y en a et ils cir­culent dans les cour­sives au même titre que les autres déte­nus. Il n’y a pas de sépa­ra­tion ici », répond le syndicaliste.

 

Joël Kermabon

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Environ 1 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux à Grenoble à l'occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : plus d’un millier de manifestants pour la Journée internationale contre les violences faites aux femmes

REPORTAGE VIDÉO - Plus d'un millier de personnes ont défilé aux flambeaux ce jeudi 25 novembre 2021 à Grenoble, à l'occasion de la Journée internationale Lire plus

Grenoble : une crèche fermée sine die à la Villeneuve après des menaces et actes de violence

  FOCUS - Depuis le 5 janvier, la crèche collective municipale de la Villeneuve à Grenoble est fermée suite à des menaces et actes de Lire plus

Extorsions avec violence à Gières : deux mineurs mis en cause

  FLASH INFO - Deux mineurs mis en cause dans plusieurs affaires d’extorsions et de violences survenues à proximité de la gare de Gières, dans Lire plus

L'association Passible demande plus de moyens pour la prise en charge des auteurs de violences conjugales
Violences faites aux femmes : la Métro donne la parole à un ex-auteur de violences

  FLASH INFO – Faire de la prévention en s'adressant aux auteurs de violences plutôt qu'aux victimes? C'est le choix de la Métropole de Grenoble, Lire plus

Miribel-les-Echelles - Google map
L’un des cinq suspects impliqués dans l’agression du maire de Miribel-les-Echelles écroué

  FLASH INFO - Ce vendredi 7 août 2020, le juge des enfants a mis trois personnes en examen pour des faits de « violences Lire plus

William Dufour, maire de Miribel-les-Echelles. DR
Cinq suspects dont quatre mineurs en garde à vue pour violences sur le maire de Miribel-les-Echelles

FLASH INFO - La brigade de gendarmerie de Meylan a interpellé cinq personnes dans le cadre de l'enquête sur l'agression de William Dufour, maire de Lire plus

Flash Info

|

30/11

19h38

|

|

30/11

17h09

|

|

30/11

12h42

|

|

30/11

12h10

|

|

30/11

11h46

|

|

30/11

11h01

|

|

30/11

10h04

|

|

29/11

18h12

|

|

29/11

16h01

|

|

29/11

11h15

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin