Légalisation du cannabis : Éric Piolle tente de relancer le débat sur les réseaux sociaux

sep article
2,50 € par mois pour prendre le bus et le tram : et si c

Le maire de Grenoble Éric Piolle veut, une fois encore, rouvrir le débat sur la légalisation du cannabis. Et diffuse sur Facebook un message à partager, appelant à prendre exemple sur le modèle californien et à « arrêter l’hypocrisie et les drames qu’elle produit ».

 

 

« La France doit ouvrir le débat ! », clame Éric Piolle sur les réseaux sociaux. Quel débat ? Celui sur la légalisation du cannabis, cheval de bataille du maire de Grenoble et moyen, estime-t-il, de lutter contre les trafics. L’édile appelle à prendre exemple sur le modèle californien, où la weed (herbe) est légale depuis le 1er janvier :

 

« La Californie légalise à son tour le cannabis et encadre le marché. Bonne (ré)solution pour 2018 : arrêter l’hypocrisie et les drames qu’elle produit », écrit-il. 2018, année du shit ?

 

L'image que le maire de Grenoble appelle à partager sur Facebook. © Éric Piolle

L’image que le maire de Grenoble appelle à partager sur Facebook. © Éric Piolle

 

Tout à sa nouvelle stratégie de communication plus directe avec les Grenoblois, à travers notamment une série de vidéos baptisée « Ici, c’est Grenoble », Éric Piolle invite les utilisateurs de Facebook à partager son message.

 

Un message qui n’oublie pas, au passage, de signaler les comptes Twitter, Facebook et YouTube de l’élu, pour qui désire le « suivre ». Sur Twitter, le maire de Grenoble a d’ailleurs également retweeté un Tweet du média Brut avec une vidéo sur la vente libre du cannabis en Californie depuis ce 1er janvier.

 

 

Le cannabis légal en Uruguay… et en Corée du nord

 

Mercredi 3 janvier un peu avant 19 h 30, l’image publiée sur Facebook avait été partagée par une cinquantaine d’internautes. Parmi ceux-ci, le conseiller municipal Antoine Back. Le délégué à la Coordination de la gestion urbaine et sociale de proximité du secteur 2 de la Ville l’affirme : les « logiques de prohibition […] ont démontré leur inefficacité sanitaire pendant des décennies et nourri la construction de véritables empires mafieux qui pourrissent la cité ».

 

Allumer un joint, un geste légal demain en France... ? DR

Allumer un joint, un geste légal demain en France… ? DR

 

Et l’élu de secteur, au-delà de la question du cannabis, d’exiger un « débat national, franc et solidement étayé, sur l’usage et le commerce des drogues en France, pour une sérieuse évolution législative vers la fin de la prohibition ! »

 

Un débat qui a déjà eu lieu dans plusieurs pays : en Uruguay, le cannabis « à usage récréatif » est légal et s’achète en pharmacie, et la Corée du nord ne le considérerait pas comme une drogue. Aux États-Unis, la Californie est pour sa part le huitième État, sur cinquante, a avoir mis fin à une législation prohibitive.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
6715 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Sur le fond il faut faire qq chose, la situation est intenable et les produits vendus non vérifiés qui alimentent en argent mafia voir pire.
    Comment demander à respecter la loi alors que au quotidien tout le monde voit que les règles ne sont pas appliquées? = justice à deux vitesses
    Apres si le maire de Grenoble pouvait plutôt essayer de développer sa ville, ca serait pas mal, car coté prestige, embellissement, propreté on est en train de virer fistule. Même Chambéry va devenir plus attractif…
    dernier point: ne serait ce pas pour acheter la paix des cités que personne n’ose ouvrir le débat? histoire de pas priver certaines personnes d’activités & revenus.
    PS: et histoire une fois de ne pas se laisser plumer: prévoir un monopole d’état comme la SAQ au Canada. Les bénéfice n’iraient pas à une corporation avec licence de vente (je ne dis rien…) mais à l’état.

    sep article
  2. A

    04/01/2018
    9:21

    Bonjour
    Aucune solution aux problèmes rencontrés….On légalise.
    Préfet procureur maire une vrai bande d’incompétent qui me font penser aux trois singes de la sagesse…
    Et vos elu-e-s qui disaient connaitre le problème où sont-ils ?
    BENYOUB.A

    N.B: Ne pas oublier les problèmes psychiques consécutif à la consommation de cannabis.

    sep article
  3. Le cannabis à visée thérapeutique est toléré. Il n’y a pas de catastrophe parmi les personnes qui en prennent. On pourrait effectivement passer à la légalisation totale, ce qui enlèverait beaucoup de trafics dans les villes et pas seulement à Grenoble. Ca devient une question urgente de salubrité publique. Il faudrait que d’autres maires se joignent à Piolle pour ouvrir effectivement le débat et forcer les parlementaires dans leur décision. Beaucoup de pays européens l’ont déjà légalisé, pourquoi pas la France ?

    sep article
  4. Plus proche de nous, pourquoi ne pas prendre la suisse comme modèle en proposant la légalisation d’un cannabis à faible taux de THC?

    sep article