Migrants : Éric Piolle appelle dans une vidéo à « changer les règles du jeu »

sep article

À l’occasion d’un déplacement près de la frontière franco-italienne, le maire de Grenoble Éric Piolle diffuse une nouvelle vidéo sur son compte YouTube, exhortant le Président de la République à « changer les règles du jeu » de sa politique liée aux migrants. Et ce au nom de la solidarité et des enjeux du « siècle des migrations » qui se profile.

 

 

Un message lancé depuis le Col de l’Échelle, ou le « sommet de l’absurde ». Dans une nouvelle vidéo diffusée sur son compte YouTube, et tout à sa nouvelle stratégie de communication, le maire de Grenoble Éric Piolle s’adresse directement au Président de la République Emmanuel Macron et l’appelle à « changer les règles du jeu » sur la question du traitement des migrants.

 

 

« C’est ici que notre gouvernement demande à notre police des airs et des frontières de ramener les migrants, ramener les émigrés à 150 mètres du panneau France », explique ainsi Éric Piolle face à une caméra fixe. Avant de fustiger « l’inutilité de ramener des gens qui ont fait 6 000 kilomètres 200 mètres après la frontière », et de décrire des migrants perdus et des habitants ou bénévoles offusqués.

 

« La France est un pays qui a toujours eu une vocation universelle. Nous ne pouvons pas rester dans cette peur du lendemain », déclare encore le maire de Grenoble, évoquant un « siècle des migrations » qui se profile, pour des raisons climatiques comme géopolitiques. Éric Piolle appelle ainsi l’État à « anticiper » le phénomène en faisant acte de solidarité vis-à-vis du « petit bout » de migrants devant arriver jusqu’à nous.

 

 

Un appel également lancé depuis Facebook

 

Dans un texte publié la veille sur sa page Facebook, Éric Piolle interpellait déjà Emmanuel Macron. « Monsieur le Président de la République, n’ayez pas peur ! », écrivait-il, en réclamant notamment l’abolition du « délit de solidarité ». Mais aussi la fin de « la traque des chômeurs » et la sortie de « l’ultralibéralisme qui généralise la précarité », pour « réconcilier la France avec elle-même ».

 

Éric Piolle, en compagnie notamment de Bernard Macret, Guillaume Gontard, et Myriam Laïdouni-Denis, à Montgenèvre pour dénoncer la politique liée aux migrants de la France. Photographie publiée sur la page Facebook d'Éric Piolle.

Éric Piolle, en compagnie notamment de Bernard Macret, Guillaume Gontard, et Myriam Laïdouni-Denis, à Montgenèvre. Photographie publiée sur la page Facebook d’Éric Piolle.

 

Des mots écrits depuis Montgenèvre, où le maire de Grenoble s’était rendu en compagnie de son adjoint aux Solidarités internationales Bernard Macret, de la conseillère régionale Myriam Laïdouni-Denis et du sénateur de l’Isère Guillaume Gontard, afin « d’inspecter le poste frontière » situé entre la France et l’Italie.

 

Un déplacement surprise ? Il était en tout cas absent de l’agenda général diffusé à la presse, quand bien même il semble difficile de croire qu’aucun média n’ait été convié au voyage. Sollicité par Place Gre’net, le service communication de la Ville est resté de son côté aux abonnés absents.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2347 visites | 8 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 8
  1. Le grand paradoxe d’E.Piolle est sa capacité à dénoncer de manière généralement très juste les difficultés que nous rencontrons dans de grandes politiques nationales, et son incapacité à avoir une approche pragamatique aux contraintes locales, quitte d’ailleurs à sembler dogmatique et éloignés de l’écoute citoyenne locale.

    Ainsi, le « changement des régles du jeu » que souhaite un Maire sur un espace d’échanges qui concerne l’échelon national est aussi une manière détournée de ne pas afficher les véritables contraintes locales sur lesquelles il ne parle pas: insécurité croissante, endettement et privation de recettes (exemple recettes publicitaires), culture et fermeture de bibliothèques, bouchons et restructuration du plan de circulation interne de la ville, pression sur le SMTC sur la politique tarifaire vers les retraités,…évidemment la politique moderne oblige une pensée globale parfois contradictoire.

    Mais la ligne Piolle n’est pas constante, elle surprend même, et ce nouveau coup de comm est contre-productif car comme d’autres, j’aimerais maintenant qu’il se concentre sur les politiques de la ville où il se fait étrangement silencieux, je suis déçue, Piolle n’arrivant pas à dépasser l’intention comme d’ailleurs cette vidéo qui pointe les vraies difficultés sans engager une esquisse une approche concrète. Les administés locaux en souffrent, et nous sommes maintenant nombreux comme moi à croire que sa majorité est son propre piège, il ne survivra pas à une nouvelle élection sans refonte globale d’une majorité écologiste de gauche progressite réformiste et non contestaire. Son électorat est-il prêt à accepter un rapprochement avec le PS pour dire clairement les choses aujourd’hui ? Peu probable.

    sep article
  2. Ping : Rassegna stampa del 12 gennaio sulla via dei migranti attraverso le Alpi

  3. C’est très bien ce qu’il fait.
    Mais s’occuper de Gre serait pas mal.
    Apres qu’il ai organisé ce raout avec des médias, bon voilà, c’est pas pire et surtout ce n’est pas le pire (euh… Wauquiez, on en parle?)
    Bon et pour Grenoble on fait quoi?

    sep article
  4. Regarder le reportage pour observer un populiste qui surf sur la misère humaine? Ah non merci. Qu’il commence déjà à faire son boulot de Maire, ce dont pour l’instant il est incapable et entraine Grenoble dans le déclin.

    sep article
  5. sep article
  6. Je partage le fond, mais pas du tout la forme. Quand Eric Piolle va-t-il enfin de résoudre à faire à Grenoble et arrêter de parler de sujets qui ne le concernent pas directement dans le cadre de ses compétences de Maire ? Je commence à m’agacer sérieusement de cette pseudo scène nationale quand la scène locale est oubliée encore et encore

    sep article
    • A mon avis, le sort des migrants devrait intéresser tout le monde. Grenoble est aussi touché par lui puisque des migrants se retrouvent dans la ville, même la police de Briançon avait envoyé au CHU un jeune tombé d’une falaise et se trouvant dans le coma. Il s’en est sorti et est retourné à Briançon.
      L’Italie n’a qu’à s’en occuper, nous, tels des Ponce Pilate, on s’en lave les mains ? C’est une question d’humanité, bien plus grande que la seule gestion de la ville de Grenoble.
      Comment se regarder dans une glace quand on a un gouvernement qui préfère laisser mourir les migrants en les refoulant ? N’est-il pas normal que tous ceux qui ont un pouvoir politique quel qu’il soit dans ce pays interpelle le gouvernement pour rétablir les droits de l’Homme ?

      sep article
      • « rétablir les droits de l’Homme » ?
        Vous voulez dire de l’Humain ? Sinon, je vous dénonce pour sexisme !!!!!
        Vous avez raison, généreuse Caro, les Droits de l’Homme sont totalement bafoués en France.
        Voyagez un peu : vous découvrirez enfin de vrais espaces de cette vraie Liberté à laquelle vous aspirez tant.
        Je vous envie.

        sep article