Opération de sauvetage des amphibiens : la LPO Isère cherche des bénévoles

sep article

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) en Isère organise une opération de sauvetage des amphibiens du 6 au 23 février. L’objectif ? Éviter que ceux-ci ne se fassent écraser en tentant de traverser la route pour rejoindre leur lieu de reproduction. Pour ce faire, la LPO lance un appel aux bénévoles afin d’installer des dispositifs sur le bord des routes iséroises.

 

 

La Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) en Isère organise une opération de sauvetage des amphibiens du 6 au 23 février 2018.Grenouille

Des mil­liers d’am­phi­biens sont écra­sés chaque année alors qu’ils tentent de rejoindre leur lieu de repro­duc­tion (image d’illus­tra­tion). DR

Chaque année, des mil­liers d’am­phi­biens se font écra­ser sur les routes aux alen­tours de février-mars, alors qu’ils tentent de rejoindre leur lieu de repro­duc­tion. Une véri­table héca­tombe qui menace la sur­vie de cer­taines espèces et per­turbe l’é­qui­libre de la faune.

 

C’est pour­quoi, la Ligue de pro­tec­tion des oiseaux (LPO)  orga­nise depuis 1996 des opé­ra­tions de grandes ampleurs sur les routes isé­roises. L’objectif ? Installer des filets sur les bords de voies rou­tières, afin d’é­vi­ter que ces amphi­biens ne se fassent écra­ser par les auto­mo­bi­listes. Ceux-ci seront cap­tu­rés et remis en liberté de l’autre côté de la route.

 

 

« Toute aide est la bienvenue »

 

« Toute aide est la bien­ve­nue », assure la LPO Isère qui recherche acti­ve­ment des béné­voles. En effet, de grands chan­tiers se dérou­le­ront du 6 au 23 février, en par­te­na­riat avec le Département de l’Isère. Des dis­po­si­tifs seront notam­ment ins­tal­lés sur des “sites prio­ri­taires”, à savoir Chirens, Bilieu, Moras, Notre-Dame-de-l’Osier, la Combe-de-Lancey, Entre-Deux-Guiers et Charavines.

 

« Sur cette route, 320 amphi­biens sau­vés », peut-on lire sur le pan­neau © LPO Isère

En plus de pré­ser­ver la faune, cette action per­met de loca­li­ser pré­ci­sé­ment les cou­loirs migra­toires. La LPO recueille ainsi des témoi­gnages sur les sites d’é­cra­se­ment. « Toute infor­ma­tion concer­nant des amphi­biens sur les routes (vivants ou morts) est inté­res­sante », explique-t-elle. De quoi iden­ti­fier les tron­çons de routes dan­ge­reux et réflé­chir aux solu­tions envi­sa­geables.

 

D’ailleurs, les inter­nautes pour­ront direc­te­ment lais­ser leurs com­men­taires à ce sujet par le biais du site faune-isere.org. À terme, l’i­dée est de construire des pas­sages à petite faune aux endroits les plus fré­quen­tés.

 

L’Isère n’est pas le seul dépar­te­ment à déployer d’im­por­tants moyens en faveur du sau­ve­tage des amphi­biens. À Saint-Malo, par exemple, une route est fer­mée pen­dant trois mois, afin de lais­ser les amphi­biens se repro­duire sans dan­ger.

 

AMa

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
1551 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.