Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Présidence de la Communauté université Grenoble Alpes : le candidat face à Lise Dumasy prié de se retirer

sep article

Convié à se retirer pour avoir dépassé la limite d’âge, Bernard Augier laisse Lise Dumasy seule candidate ce 11 janvier au poste de présidente de la Communauté université Grenoble Alpes. Patrick Lévy est également seul en lice pour s’assoir dans le siège de président de l’Université Grenoble-Alpes.

 

 

Lancement d'UGA Éditions, les nouvelles presses pluridisciplinaires de l'Université Grenoble Alpes. En présence de Lise Dumasy, présidente de l'UGA.

Lise Dumasy, présidente de l’UGA et bientôt de la Comue.

Lise Dumasy, présidente jusqu’à ce 10 janvier de l’Université Grenoble Alpes (UGA), sera finalement seule à candidater, ce jeudi 11 janvier, au poste de président du conseil d’administration de la Communauté université Grenoble Alpes (Comue), dont le siège est laissé vacant par Patrick Lévy.

 

L’autre candidat, Bernard Augier, a dû se retirer de la course, la veille de l’élection, pour avoir dépassé la limite d’âge. A 70 ans, cet ingénieur qui fait sa thèse à Grenoble sur « La transparence financière préalable à la gouvernance», a de deux ans dépassé les limites autorisées par le code de l’Éducation nationale.

 

 

Des élections sans aucun suspense

 

Il n’y avait déjà pas beaucoup de suspense mais désormais l’élection ne fait aucun pli. Comme celle de Patrick Lévy, jusque-là président de la Comue et prétendant ce jeudi 11 janvier au poste de président de l’UGA laissé vacant donc par Lise Dumasy.

 

La permutation de postes avait fait l’objet d’un accord politique lors des élections de 2015 : à mi-mandat, il avait été convenu que chacun laisse la place à l’autre. Mais le procédé n’étant pas prévu dans les statuts, les deux présidents ont dû démissionner avant de se porter candidats. Avec le “risque” que d’autres qu’eux aient la même idée.

 

Un risque minime. L’appel à candidatures a officiellement été lancé le 21 décembre avant d’être clos le… 26 décembre. Un laps de temps très court mais que le candidat aux législatives 2017 sur la 4e circonscription de l’Isère avait mis à profit pour venir quelque peu jouer les trouble-fêtes.

 

Candidat à la présidence de la Comue, Bernard Augier a finalement été prié de se retirer. A 70 ans, cet ingénieur a dépassé l'âge limite de deux ans.

Candidat à la présidence de la Comue, Bernard Augier a finalement été prié de se retirer. Fin du suspens, Lise Dumasy sera seule en lice ce 11 janvier.

« De toute façon, je savais que je ne pourrais pas être élu, tient à préciser Bernard Augier. Ce n’était pas le but de ma candidature ». Élu le 28 novembre au conseil académique de la Comue, à celui de l’UGA ainsi qu’à la commission recherches de l’UGA, l’ex-candidat n’avait qu’un objectif : être le grain de sable et jouer le rôle d’alerte alors que les pouvoirs sont concentrés entre les mains d’une poignée de personnes*.

 

« Pour que tout soit plus transparent et pour que les gens deviennent plus adultes et responsables », souligne-t-il. « Et pour qu’il y ait plus de participation de toute la communauté universitaire. »

 

C’est mal parti. Ce 11 janvier, le dépouillement des votes, lors de l’élection à la présidence de l’UGA le matin et de la Comue l’après-midi, se bornera à compter les abstentions et les “contre”, thermomètre de l’acceptation de la politique suivie jusque-là.

 

 

PC

 

 

* Président de la Comue et candidat à la présidence de l’UGA, Patrick Lévy est également président du conseil académique de l’UGA et le référent Idex (Initiative d’excellence) porté par la Comue.

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1123 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Ensuite on s’étonne que les université françaises aillent mal.
    Défaut de gouvernance = gestion calamiteuse = institutions qui ne sont pas au service des étudiants…
    Impensable ailleurs en Europe.

    sep article