Réaménagements, limitation du trafic, soutien aux commerçants… 2018, année charnière pour CVCM

sep article
Le Grand challenge le plus grand parcours d

FOCUS – Grenoble-Alpes Métropole a présenté ce lundi 8 janvier la préfiguration des aménagement des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge prévus par le projet Cœur de ville, cœur de métropole (CVCM). Création d’une zone à trafic limité, développement d’un axe Chronovélo, extension du plateau piéton, transformation de la place Grenette, soutien aux commerçants… Autant de jalons pour une nouvelle étape de CVCM censée « faire vivre et faire battre plus fort encore le cœur de la Métropole ».

 

 

La Métropole a présenté ce 8 janvier les aménagement des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge prévus par le projet CVCM. De gauche à droite : Yann Mongaburu, Guy Jullien, pascal Clouaire, Christophe Ferrari et Ludovic Bustos. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Yann Mongaburu, Guy Jullien, Pascal Clouaire, Christophe Ferrari et Ludovic Bustos. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Élus de la Métropole et de la Ville de Grenoble, représentants des unions commerciales, techniciens… Il y avait du monde ce lundi 8 janvier au croisement de la rue Lesdiguières et du boulevard Agutte Sembat.

 

Un lieu choisi par Grenoble-Alpes Métropole, le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) et la Ville de Grenoble pour une visite des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge relative au projet Cœur de ville, cœur de Métropole (CVCM).

 

L’objectif de ce rassemblement ? La présentation par l’équipe technique de la Métropole des marquages provisoires sur le boulevard Agutte Sembat, des futurs aménagements dont celui de la place Grenette, et du fonctionnement de la toute nouvelle zone de trafic limité (ZTL). Mais aussi des tests d’usages qui vont se dérouler jusqu’aux prochains travaux de réseaux.

 

Approuvés lors du Conseil métropolitain du 10 novembre 2017, les programmes de circulation et d’aménagement de ces secteurs démarrent effectivement en ce début d’année. L’objectif de la Métropole ? Améliorer le cadre de vie urbain, développer l’attractivité commerciale et la fréquentation du centre-ville.

 

 

Matérialiser « les grands principes de cohabitation entre usagers »

 

« L’année 2018, c’est une nouvelle étape du projet Cœur de ville, cœur de métropole avec une nouvelle phase de réaménagement des espaces publics dans un objectif de reconquête, d’apaisement, de partage et de bienveillance vis-à-vis de l’ensemble de ses usagers », déclare Yann Mongaburu, le président du SMTC.

 

Des vœux pieux mais concrètement que va-t-il se passer en 2018 sur CVCM ? Concernant l’axe Rey-Agutte Sembat-Lyautey, avant des travaux définitifs prévus à l’automne 2018, une signalisation provisoire a été déployée. Cette dernière, à la configuration fidèle à celle de l’aménagement final, doit permettre de matérialiser « les grands principes de cohabitation entre usagers », indiquent les services de la Métropole.

 

Boulevard Agutte Sembat. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Boulevard Agutte Sembat. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Il s’agit là principalement de repenser l’aménagement du secteur avec un meilleur partage de l’espace public. Notamment en limitant la circulation automobile, en favorisant l’usage des cycles et des transports en commun et en améliorant la circulation piétonne.

 

Des aménagements qu’il convient toutefois de tester afin d’en évaluer la pertinence. D’où les tests d’usage mis en place fin novembre 2017, dont Ludovic Bustos, vice-président de la Métropole délégué aux espaces publics et à la voirie, nous explique l’intérêt.

 

 

 

Une zone à trafic limité pour diminuer la circulation automobile

 

Autre nouveauté, six ans après la ville de Nantes, la création d’une zone à trafic limité (ZTL) qui concrétise la limitation de la circulation automobile sur le boulevard Agutte Sembat et les rues adjacentes.

 

La Métropole a présenté ce 8 janvier les aménagement des secteurs Rey-Agutte Sembat-Lyautey et République-Grenette-Montorge prévus par le projet CVCM. Le marquage au sol signalant la zone à trafic limité. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le marquage au sol signalant la zone à trafic limité. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Un périmètre réservé aux piétons, aux cycles et aux transports en commun ainsi qu’aux véhicules autorisés à y circuler. Attention, les contrevenants qui feraient fi des panneaux de signalisation et des marquages au sol sont passibles d’une amende de catégorie 4 d’un montant de 135 euros.

 

Autres éléments signalés provisoirement : le futur axe Chronovélo qui sera aménagé au printemps 2019 en direction d’Eybens et du cours Berriat, les places de livraison. Mais aussi l’élargissement des trottoirs prévu pour améliorer la circulation des piétons entre les rues Hoche et de Bonne.

 

 

Développer un “espace urbain convivial”

 

Après la piétonnisation de ses accès depuis la rue de la République au printemps 2017, la place Grenette sera réaménagée durant quatre phases de travaux de requalification qui débuteront dès le 15 janvier. Le tout pour un budget prévisionnel d’un montant de 400 000 euros. « L’aménagement de la place Grenette a fait l’objet d’une concertation particulière avec les cafetiers et les restaurateurs », souligne la Métropole.

 

Place Grenette, Grenoble © Chloé Ponset - Place Gre'net

Place Grenette, Grenoble © Chloé Ponset – Place Gre’net

 

L’enjeu ? « Conjuguer la valorisation des commerces et l’amélioration de la circulation piétonne tout en créant un espace urbain convivial ». Karen Andlauer, chargée d’opération à Grenoble-Alpes Métropole, nous en dit plus :

 

 

 

Une exonération des droits de voirie exceptionnelle

 

Enfin, qui dit travaux dit gêne du commerce et bien souvent hostilité de la part des commerçants dont l’activité peut se trouver pénalisée. La Chambre de commerce et d’industrie de Grenoble n’avait d’ailleurs pas manqué de manifester son hostilité à CVCM, demandant l’ajournement du projet.

 

Visite des nouveaux aménagements Coeurs de ville, coeurs de métropole, lundi 8 janvier 2018 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Conférence de presse après la visite des nouveaux aménagements. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Christian Hoffmann, président de Label Ville, l’association qui regroupe les unions de commerçants, a d’ailleurs rappelé, lors de la conférence de presse qui a suivi la visite, « qu’il y [avait] à Grenoble des commerçants en détresse ».

 

De quoi expliquer le soutien de la Métropole aux acteurs économiques pendant la période de travaux planifiés jusqu’en 2019*.

 

Une exonération exceptionnelle des droits de voirie a ainsi été votée lors du Conseil métropolitain du 10 novembre dernier.

 

Joël Kermabon

 

 

* Le tout pour un coût total de 5,7 millions d’euros.

commentez lire les commentaires
2807 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. @GAM : Je crois que Place Grenet a déjà largement donné la parole aux opposants à ce projet et a bien présenté la réalité sur les recours. D’ailleurs, permettez-moi de vous dire que je ne suis pas sûr que la commission européenne bouge le petit doigt au sujet d’une fermeture de trafic automobile dans une agglomération de 450 000 habitants quelque part en Europe. Mais bon, on verra. Leur hypocrisie est telle dans cette institution, et le lobby routier doit bien payer ses avocats.

    Il est urgent que la signalétique soit améliorée pour éviter l’entrée aux véhicules n’ayant pas droit d’entrer encore trop nombreux, et que les jemenfoutistes qui squattent cette ZTL comprennent que désormais, ils n’ont rien à y faire. La piste chronovélo me parait une bonne idée en place centrale (comme à Nantes) mais elle doit impérativement avoir une bordure, voire même des bornes à ses extrémités et sur sa bande de milieu, afin d’éviter les squats. J’espère que les observations réalisées par les techniciens et élus permettront en effet de créer un axe où les usages seront respectés, la crédibilité du projet déjà contesté est en jeu.

    sep article
  2. Alors que l’Union de Quartier CBCH avait interpellé Eric Piolle et adjoints présents lors de la réunion publique Habitant CBCH / Elus du 29 Novembre, et demandé qu’il réfléchisse et revienne vers nous concernant la possibilité de rendre accessible à tous véhicules l’axe Agutte Sembat entre Hoche et Lesdiguières (une des 3 hypothèses de CVCM…) afin de faciliter l’accès aux parking Hoche, Etoile et Préfecture, dans le but de tenter de désengorger les rues Hoche et Boulevard Gambetta, personne que ce soit à la municipalité ou à la Métro n’a jugé bon de nous faire un retour et pire, de nous informer de cette réunion…

    sep article
  3. Il faut noter en plus que si le sol sera rénové le sous-sol le sera aussi puisqu’une bonne partie des canalisations sera remplacée, dixit le D.L. Apparemment, ce ne serait pas du luxe. Le prix annoncé doit, je pense, en tenir compte.
    Les commerçants vont peut être pâtir des travaux, comme lors de la construction du tram, mais ils vont se rattraper après, les piétons seront contents de faire leurs courses dans des espaces protégés. Enfin, moi, piétonne, c’est comme ça que je comprends le CVCM

    sep article
  4. Vous oubliez également les jugements au fond du TA…

    Aller subventionner les commerçant ne sert à rien. Il dallait réfléchir avant d’imposer cette absurdité sans aucune étude.
    Et donc les élus, Ferrari et Piolle en tête s’amusent une fois de plus à payer leurs erreurs avec l’argent des contribuables.

    Nous rappelons également le deal politique qui a été fait pour CVCM, et on approfondira le sujet en 2018…

    sep article
    • SVP pouvez-vous donner les jugements au fond du TA ? Je n’ai connaissance que du jugement en référé et vous avez perdu puisque le juge a permis la continuation des travaux.

      sep article