Migrants sur le campus : occupants, Université et préfecture campent sur leurs positions

sep article



FOCUS – Une soixantaine de personnes sans logement, pour la plupart des demandeurs d’asile soutenus par des associations et des syndicats, sont hébergées dans des locaux inutilisés du campus depuis le 5 décembre dernier. Une solution transitoire proposée par l’Université Grenoble-Alpes (UGA), suite à l’occupation d’un amphithéâtre la veille par un collectif de réfugiés et militants. Alors que la direction de l’UGA a fixé sa date butoir au 22 décembre, les occupants du Patio entendent bien prolonger cette expérience « autogérée » au-delà des vacances de Noël…

 

 

Le col­lec­tif La Tambrouille, qui pro­pose chaque lundi une can­tine végan à prix libre, a été à l’i­ni­tia­tive de l’oc­cu­pa­tion. © Le Patio soli­daire

Une semaine de répit, de sta­bi­lité et de nuits pas­sées au chaud. Pour la quasi-tota­lité des deman­deurs d’a­sile héber­gés depuis le 5 décembre au Patio, c’est une pre­mière. En toute cas depuis leur arri­vée à Grenoble voire leur entrée sur le ter­ri­toire fran­çais.

 

Ancien bâti­ment de l’Université Pierre Mendès-France voué à la démo­li­tion mais encore chauffé, le Patio leur a été affecté par l’Université Grenoble-Alpes, en réponse à l’oc­cu­pa­tion de l’am­phi­théâtre G, ini­tiée vingt-quatre heures plus tôt.

 

Une action coup de poing menée de concert par les migrants et le col­lec­tif la Tambrouille, sou­te­nus par plu­sieurs col­lec­tifs et asso­cia­tions d’aide aux réfu­giés et mal-logés, afin de mettre la pres­sion sur les pou­voirs publics.

 

 

Des positions difficilement conciliables

 

Au total, près de soixante per­sonnes sont actuel­le­ment logées dans les sept bureaux et la salle com­mune, d’une super­fi­cie glo­bale de 120 m² : une cin­quan­taine de deman­deurs d’a­sile ori­gi­naires d’Afrique sub­sa­ha­rienne (tous dans l’at­tente de l’exa­men de leur dos­sier) – dont quelques étu­diants – et une poi­gnée de mili­tants, aux­quels se sont joints deux ou trois sans-abri de natio­na­lité fran­çaise et une famille de Roumains.

 

Tous ont éta­bli leurs quar­tiers dans ces locaux, repre­nant peu à peu goût aux tâches ordi­naires du quo­ti­dien. Même si, der­rière la rela­tive quié­tude de l’ins­tant pré­sent, se pro­filent de nou­veaux len­de­mains incer­tains.

 

Une soixantaine de personnes sans abri sont hébergées dans des locaux inutilisés du campus. Mais la direction de l'UGA a fixé sa date butoir au 22 décembre.

Les deman­deurs d’a­sile héber­gés au Patio ont pu pro­fi­ter de moments de détente bien­ve­nus. © Le Patio Solidaire

 

La pré­si­dence de l’UGA a en effet insisté dès le départ sur le carac­tère « tran­si­toire » de cette solu­tion et, sur­tout, fixé une date butoir au 22 décembre, jour de fer­me­ture de l’u­ni­ver­sité pour les vacances de Noël. Or, à main­te­nant dix jours de l’é­chéance, aucun accord n’a été conclu entre les deux par­ties, dont les posi­tions semblent dif­fi­ci­le­ment conci­liables.

 

Un com­mu­ni­qué dif­fusé jeudi 7 décembre par l’UGA et cosi­gné par la Communauté Université Grenoble Alpes (Comue) et la pré­fec­ture sou­ligne ainsi le ren­for­ce­ment du dis­po­si­tif hiver­nal en Isère, « avec l’ou­ver­ture de 227 places sup­plé­men­taires » qui viennent s’a­jou­ter aux 1 180 places d’hé­ber­ge­ment d’ur­gence.

 

« L’objectif de 320 places devrait être atteint avant Noël. À ces places sup­plé­men­taires, s’ajoute le dis­po­si­tif de mise à l’abri pour les per­sonnes res­tées sans héber­ge­ment durant les épi­sodes cli­ma­tiques de grand froid ou de neige. Un pre­mier gym­nase a été ouvert dès le 1er décembre pour les familles avec enfants, et un second le 6 décembre pour les per­sonnes iso­lées. L’ensemble du dis­po­si­tif est géré par le 115 et est dis­tinct des 1 926 places dédiées, dans le dépar­te­ment, aux deman­deurs d’asile. »

 

Revenant au cas pré­sent, le com­mu­ni­qué affirme que « l’urgence est désor­mais de per­mettre aux per­sonnes logées actuel­le­ment dans les locaux de l’UGA de béné­fi­cier du dis­po­si­tif hiver­nal dans les meilleurs délais ».

 

 

UGA et préfecture en appellent à la « responsabilité des associations »

 

Le com­mu­ni­qué se fait ensuite plus inci­sif, UGA, Comue et pré­fec­ture en appe­lant d’une seule voix à la « res­pon­sa­bi­lité des asso­cia­tions », avant de conclure par un aver­tis­se­ment à peine voilé à l’a­dresse des occu­pants du Patio : « Tout main­tien dans les locaux de l’université alors que le dis­po­si­tif de mise à l’abri d’urgence n’est pas saturé ne trouve aucune jus­ti­fi­ca­tion par des motifs huma­ni­taires. »

 

Ce mercredi 24 mai, une partie des Roms évacués du Campement Valmy, dormiront cette nuit dans le gymnase Daudet. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

La pré­fec­ture pro­pose d’ou­vrir un gym­nase géré par le 115 pour relo­ger les deman­deurs d’a­sile. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Concrètement, pré­cise Leo, du col­lec­tif la Tambrouille, « la pré­fec­ture pro­pose d’ou­vrir un gym­nase et de relo­ger les deman­deurs d’a­sile dans un centre d’ac­cueil géré par le 115, dans le cadre du plan grand froid. On a refusé parce que ce n’est qu’une solu­tion à court terme. On est bien mieux au Patio ! »

 

Une posi­tion détaillée dans un com­mu­ni­qué que vient de dif­fu­ser le large col­lec­tif d’or­ga­ni­sa­tions sou­te­nant les rési­dents du Patio (la Tambrouille, la Patate chaude, Front social, Dal 38, RUSF, Cisem, Ada, Cimade, Médecins du Monde, Amnesty inter­na­tio­nal, France insou­mise, Solidaires étu­diants, CNT, Unef, NPA Jeunes…). La pro­po­si­tion de la pré­fec­ture, qui a été débat­tue lors de l’as­sem­blée géné­rale du ven­dredi 8 décembre, y est « jugée insuf­fi­sante » par les occu­pants, « deman­deurs d’a­sile ou non ».

 

 

« L’occupation autogérée du Patio demande un investissement très minime »

 

En effet, expliquent-ils, « les gym­nases ferment la jour­née, et le contrôle sys­té­ma­tique des iden­ti­tés entraîne un cli­mat de sus­pi­cion qui n’est pas sou­hai­table pour un public fra­gi­lisé qui a besoin d’un espace de vie stable ». À côté de reven­di­ca­tions plus glo­bales, ils réclament de « pou­voir res­ter au Patio après le 23 décembre, bâti­ment vide et chauffé, dont l’occupation auto­gé­rée demande un inves­tis­se­ment très minime de la part de la pré­fec­ture et de l’université, si une solu­tion accep­table pour les rési­dents actuels n’est pas pro­po­sée ».

 

Une soixantaine de personnes sans abri sont hébergées dans des locaux inutilisés du campus. Mais la direction de l'UGA a fixé sa date butoir au 22 décembre.

Pour bon nombre de deman­deurs d’a­sile, ces nuits sont les pre­mières pas­sées au chaud et sous un toit depuis leur arri­vée à Grenoble. © Manuel Pavard – Place Gre’net

Pour les signa­taires, un départ du cam­pus vien­drait cas­ser la dyna­mique insuf­flée par les occu­pa­tions suc­ces­sives de l’am­phi G et du Patio : « Après une semaine pas­sée ensemble, nous obser­vons que notre démarche col­lec­tive pro­duit une grande richesse d’échanges qui ne peut pas exis­ter dans le cadre d’un héber­ge­ment d’urgence de type plan grand froid. »

 

Le col­lec­tif estime tou­te­fois que « les pro­po­si­tions pour l’a­près-22 décembre res­tent ouvertes ». « On veut qu’ils nous laissent au Patio plus long­temps, résume Leo, et conti­nuer en auto­ges­tion en gar­dant un dia­logue avec l’Université [l’UGA a notam­ment pro­posé d’in­té­grer les deman­deurs d’a­sile qui sou­hai­te­raient reprendre leurs études]… Ou alors qu’ils nous trouvent un autre endroit qu’on puisse gérer nous-mêmes. »

 

Manuel Pavard

 

CONCERT DE SOUTIEN AUX ÉTUDIANTS RÉFUGIÉS SAMEDI 16 DÉCEMBRE A EVE

 

Parmi les 50 à 60 deman­deurs d’a­sile occu­pant depuis une semaine le bâti­ment Le Patio, sur le cam­pus, plu­sieurs sont déjà étu­diants ou dési­rent s’ins­crire dans un cur­sus de l’en­sei­gne­ment supé­rieur.

 

Pour leur venir en aide, Eve accueille ce samedi un concert soli­daire de sou­tien aux étu­diants réfu­giés, bap­tisé « Nos soli­da­ri­tés n’ont pas de fron­tières ». L’entrée est à prix libre et l’ensemble des recettes seront répar­ties entre l’association Droit au loge­ment 38 et un réseau de soli­da­rité étu­diante en construc­tion.

 

Au programme :

18 heures – 19 heures : scène ouverte
19 h 45 – 20 h 30 : Chapeaux Bredouilles
21 heures – 21 h 15 : Les Moissonneurs de Lilas (lec­ture)
21 h 15 – 22 heures : Kaddour Hadidi et Saïd Zarouri de HK et les Saltimbanks
22 h 30 – 23 h 30 : Quagmire
Eve, 701 ave­nue cen­trale, à Saint-Martin-d’Hères

Accès : tram B & C, arrêt Gabriel Fauré
http://eve-grenoble.fr

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
3729 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Je pro­po­se­rais volon­tiers que la pré­fec­ture, au lieu de cam­per sur ses posi­tions, aille cam­per dans un gym­nase ouvert seule­ment la nuit quand il fait vrai­ment très très très froid et erre dans les rues pen­dant la jour­née. Peut être com­pren­drait-elle le pour­quoi de cette occu­pa­tion alors qu’elle a l’o­bli­ga­tion légale de loger les deman­deurs d’a­sile.

    sep article