Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Olivier Noblecourt, ancien adjoint et suppléant de Michel Destot, nommé Délégué interministériel

sep article

OIivier Noblecourt, ancien adjoint socialiste de Michel Destot, resté conseiller municipal d’opposition à Grenoble jusqu’en juin 2017, vient d’être nommé Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, lors du conseil des ministres du 15 novembre.

 

 

Un des piliers socialistes de la municipalité Destot intègre le gouvernement Macron. L’ancien adjoint à l’Action sociale de la Ville de Grenoble Olivier Noblecourt a en effet été nommé Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes. C’est au cours du conseil des ministres du 15 novembre, et sur proposition de la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn, que la nomination a été entérinée.

 

Olivier Noblecourt en 2013, alors adjoint délégué à l'Action sociale de la Ville de Grenoble © Nils Louna - Place Gre'net

Olivier Noblecourt en 2013, alors adjoint délégué à l’Action sociale de la Ville de Grenoble © Nils Louna – Place Gre’net

 

Dans un premier temps, détaille le ministère, Olivier Noblecourt suivra une phase de concertation avec « l’ensemble des acteurs concernés au plan national et local ». Avant de veiller, dès le premier trimestre 2018, à la mise en œuvre de mesures en lien avec la nouvelle « stratégie » dessinée par Emmanuel Macron.

 

Lors de la Journée du refus mondial de la misère, le 17 octobre 2017, le président de la République avait en effet annoncé vouloir mettre l’accent sur la pauvreté des enfants. À cet effet, le nouveau Délégué interministériel sera « entouré d’une équipe et d’un comité d’experts pour l’appuyer dans sa mission », précisent encore les services du ministère des Solidarités et de la Santé.

 

 

De Sciences Po au ministère de l’Éducation nationale

 

Issu de Sciences Po Grenoble, Olivier Noblecourt est un pur politique. Directeur de cabinet de Michel Destot de 2001 à 2008, il a ensuite été adjoint à l’Action sociale et familiale de 2008 à 2014, et vice-président de Grenoble-Alpes Métropole en charge de l’Hébergement et de la Recherche de 2012 à 2014.

 

Olivier Noblecourt prend par ailleurs le temps d’analyser son action, de manière approfondie et sincère, à travers un blog. L’adjoint est également adepte d’“innovation sociale”. C’est lui qui soutient l’expérimentation du dispositif inédit “Parler Bambin”, conçu par le chercheur Michel Zorman et destiné à enrayer précocement l’échec scolaire. Diffusé en 2012 dans toutes les crèches de Grenoble, ce dispositif sera supprimé par l’équipe du maire écologiste Eric Piolle en 2014.

 

À Grenoble-Alpes Métropole, Olivier Noblecourt pousse à la création d’un dispositif novateur d’insertion par le logement pour les Roms. L’ancien vice-président a d’ailleurs déploré, sur Twitter, la fin de l’association Roms Action, partenaire opérationnel de cette expérimentation, faute de subventions suffisantes.

 

Olivier Noblecourt aux côtés de Jérôme Safar, lors du premier conseil municipal de la nouvelle majorité © Muriel Beaudoing - Place Gre'net

Olivier Noblecourt aux côtés de Jérôme Safar, lors du premier conseil municipal de la nouvelle majorité © Muriel Beaudoing – Place Gre’net

 

Après la défaite de Jérôme Safar, successeur désigné de Michel Destot, aux élections municipales de 2014, Olivier Noblecourt a été nommé conseiller auprès de la ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Najat Vallaud-Belkacem, puis est devenu son directeur de cabinet au ministère de l’Éducation nationale.

 

Il était dernièrement directeur du programme “Urbanisme et cohésion sociale” au sein du Commissariat général à l’investissement.

 

 

Suppléant de Michel Destot… puis candidat contre lui

 

L’ambitieux quadragénaire a longtemps conservé son ancrage grenoblois. Il est ainsi resté membre du conseil municipal et député suppléant de Michel Destot jusqu’en 2017. Alors impatient d’occuper ce siège à son tour, Olivier Noblecourt avait déposé sa candidature à l’investiture pour représenter le parti socialiste aux législatives de juin 2017, sur la troisième circonscription, face à… Michel Destot.

 

Suite à sa défaite, il a démissionné en juin dernier dernier du conseil municipal, et été remplacé par le communiste Patrice Voir.

 

FM

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1235 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. A

    03/12/2017
    9:40

    Bonjour
    Juste oublier de parler de son père grand journaliste au journal » LE MONDE ».
    C’est plus facilement sue l’on devient membre du cabinet de Destot….
    En France pour réussir il faut avant tout être bien né…..
    Et maintenant un petit tour de blanchiment chez LREM et vous etes reparti pour un tour..
    En attendant les Grenoblois voient la ville se dégrader et les quartiers sud se ghetoiser….
    BENYOUB.A

    sep article
  2. A

    03/12/2017
    9:13

    Bonjour
    Vous êtes sérieux!!!!!!
    Une bio tres édulcorée…..
    Le bilan plus que catastrophique de cette élu nous n’en parlons surtout pas….
    En attendant laissons le couple médias politique nous conter une berceuse….
    BENYOUB.A

    sep article