Fermeture de bureaux : la direc­tion de La Poste répond aux cri­tiques et défend son projet

Fermeture de bureaux : la direc­tion de La Poste répond aux cri­tiques et défend son projet

FOCUS – Depuis le mois d’a­vril, de nom­breuses actions sont menées sur Grenoble pour s’op­po­ser à des pro­jets de fer­me­ture ou de recon­fi­gu­ra­tion de bureaux de La Poste. L’entreprise se dit en retour ouverte au dia­logue, et a pré­senté son pro­jet pour les six bureaux concer­nés. Rencontre avec Michel Pandiscia, tout nou­veau direc­teur Ressources et Appui à la transformation.

Michel Pandiscia, directeur ressources et appui à la transformation (DRAT) à la direction du Réseau La Poste Alpes Vallée Rhodanienne (Isère Drôme Ardèche) © Florent Mathieu - Place Gre'net

Michel Pandiscia, direc­teur res­sources et appui à la trans­for­ma­tion (DRAT) à la direc­tion du Réseau La Poste Alpes Vallée Rhodanienne (Isère Drôme Ardèche) © Florent Mathieu – Place Gre’net

« On ne peut pas repro­cher à La Poste d’é­vo­luer. Les concur­rents font exac­te­ment comme nous ! » Tel est le mes­sage que veut por­ter Michel Pandiscia.

Le nou­veau direc­teur Ressources et Appui à la trans­for­ma­tion (DRAT) à la direc­tion du réseau La Poste Alpes-Vallée Rhodanienne répond ainsi aux cri­tiques accueillant les restruc­tu­ra­tions à venir de cer­tains bureaux de Poste de Grenoble.

Depuis le mois d’a­vril, usa­gers, unions de quar­tier syn­di­cats et muni­ci­pa­lité sont en effet vent debout contre la poten­tielle fer­me­ture de six bureaux de Poste : Île verte, Championnet, Bajatière, Eaux Claires, Stalingrad et Grand’Place. C’est le cas du bureau de l’Île verte qui avait décidé la pre­mière réunion, et la créa­tion du col­lec­tif J’aime ma Poste, très actif depuis.

Cinq bureaux de poste en mutation

Michel Pandiscia revient sur le cas des bureaux en ques­tion. D’abord des­tiné à la fer­me­ture, le bureau de l’Île verte va fina­le­ment béné­fi­cier d’un « inves­tis­se­ment pour faire du déve­lop­pe­ment ban­caire », avec réno­va­tion à la clé. « C’est une zone à poten­tiel, on fait un inves­tis­se­ment et un gage sur l’a­ve­nir », insiste-t-il.

Les bureaux de Bajatière, Eaux Claires et Stalingrad devraient, pour leur part, voir leurs horaires adap­tés en fonc­tion du « flux de clien­tèle ». Autrement dit, les usa­gers doivent s’at­tendre à des ampli­tudes d’ho­raires d’ou­ver­ture revues à la baisse, mais sans fer­me­ture à court terme de leurs bureaux de poste.

La première réunion à Ile verte contre la fermeture de bureaux de poste, le 18 avril 2017. © Florent Mathieu - Place Gre'net

La pre­mière réunion à Ile verte contre la fer­me­ture de bureaux de poste, le 18 avril 2017. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Reste encore le cas de deux bureaux. Celui de Grand’Place serait menacé par une pure opé­ra­tion immo­bi­lière. Le pro­prié­taire des lieux sou­haite en effet reprendre le local pour l’ex­ploi­ter com­mer­cia­le­ment, et pro­pose à l’en­tre­prise un autre empla­ce­ment. Mais celui-ci contre­dit les normes en vigueur pour les trans­ports de fonds, assu­rés dans le cas de La Poste par la société Brinks.

Faute de solu­tion, une fer­me­ture défi­ni­tive de ce bureau est-elle envi­sa­geable ? « On a quand même d’autres bureaux de Poste à moins d’un kilo­mètre ! », note Michel Pandiscia. « Grand’Place, ce sont des flux pas­sants, et ce ne sont que des opé­ra­tions cour­riers. C’est un élé­ment non négli­geable, mais ce sont des clients qui ont théo­ri­que­ment des ser­vices dans leur propre com­mune », ajoute-t-il.

Championnet fer­mera-t-il ?

Quid, pour conclure, du bureau de Poste Championnet ? Celui-là même que les membres du col­lec­tif J’aime ma Poste, sou­te­nus par deux unions d’ha­bi­tants et celle des com­mer­çants, défen­daient encore le 21 sep­tembre ? Pas ques­tion de par­ler de « fer­me­ture » pour le DRAT, mais de « trans­for­ma­tion ».

Distribution de tracts devant la Poste Championnet mercredi 20 septembre contre la fermeture de bureaux © Florent Mathieu - Place Gre'net

Distribution de tracts devant la Poste Championnet mer­credi 20 sep­tembre contre la fer­me­ture de bureaux © Florent Mathieu – Place Gre’net

Concrètement, le ser­vice cour­rier serait confié à un « par­te­naire », autre­ment dit un com­merce du quar­tier deve­nant « relais de poste urbain ». « C’est une évo­lu­tion du point de contact adapté aux besoins des admi­nis­trés, explique Michel Pandiscia. À par­tir du moment où l’on met un par­te­na­riat en place, le bureau de poste n’existe plus en tant que tel, mais ce n’est pas une fer­me­ture : vous avez un relais Poste chez le com­mer­çant, avec l’en­seigne La Poste ! »

Une pré­sen­ta­tion des choses que ses détrac­teurs jugent pure­ment séman­tique. « On peut me dire que c’est de la séman­tique, mais pour moi c’est plus que cela ! La struc­ture du maga­sin est le sup­port, mais la pres­ta­tion pos­tale est assu­rée. Les locaux ne seront plus acces­sibles puis­qu’on les enlè­vera, mais la pres­ta­tion et la proxi­mité res­te­ront », défend le DRAT.

Des pres­sions sur les par­te­naires potentiels ?

Pour lui, cette évo­lu­tion se fait au béné­fice des usa­gers : les maga­sins ouvrent plus tôt et ferment plus tard que bien des bureaux de poste, et cela six jours sur sept, voire pour cer­tains le dimanche matin. Problème : le com­merce retenu pour le quar­tier Championnet s’est fina­le­ment désisté. Tout en se défen­dant de por­ter un juge­ment, Michel Pandiscia s’en inquiète.

« Je pose la ques­tion : est-ce qu’il y a une cer­taine forme de pres­sion sur les com­mer­çants pour ne pas accep­ter les par­te­na­riats ? Le col­lec­tif ne s’est jamais caché d’al­ler voir les com­mer­çants pour leur décon­seiller d’en prendre un avec La Poste. On a l’im­pres­sion que l’on veut blo­quer les par­te­na­riats au niveau de Grenoble… », nous confie-t-il.

Des affichettes J'aime ma Poste dans les commerces de la place Championnet © Florent Mathieu - Place Gre'net

Des affi­chettes J’aime ma Poste dans les com­merces de la place Championnet © Florent Mathieu – Place Gre’net

Contacté par Place Gre’net, le com­merce en ques­tion nie de son côté toute pres­sion, et rejette la faute sur l’en­tre­prise qui n’au­rait pas été « franche du col­lier », notam­ment dans ses annonces et sa manière de recher­cher un partenaire.

« On ne tra­vaillera jamais avec eux », assène pour conclure le res­pon­sable de ce maga­sin du quar­tier Championnet, visi­ble­ment remonté.

Une entre­prise face aux défis du numérique

Le col­lec­tif J’aime ma poste marque son oppo­si­tion à la fer­me­ture ou à la trans­for­ma­tion des bureaux de poste, en pre­mier lieu au nom du main­tien du ser­vice public sur les ter­ri­toires. Un argu­ment que le DRAT veut battre en brèche. « La Poste a un enga­ge­ment de maillage, autre­ment dit de pré­sence pos­tale, de 90 %. Nous sommes à 95 % à Grenoble »*. Et le direc­teur de rap­pe­ler que La Poste compte 300 points de contact en Isère… dont plus de la moi­tié sont d’ores et déjà des partenariats.

Michel Pandiscia veut défendre l’é­vo­lu­tion de l’en­tre­prise, face notam­ment à la révo­lu­tion numé­rique. Une Poste qui, aujourd’­hui, fait pas­ser le code de la route, ou met en place un dis­po­si­tif Veiller sur mes parents, dénoncé par les syn­di­cats mais tou­jours en veille sur Grenoble. Des mis­sions bien éloi­gnées du tra­vail de fac­teur, sym­bole his­to­rique de l’entreprise ?

La Poste Chavant © Florent Mathieu - Place Gre'net

La Poste Chavant © Florent Mathieu – Place Gre’net

« Nous avons plu­sieurs branches, la dis­tri­bu­tion de cour­rier en fait par­tie, mais le cour­rier connaît une baisse chro­nique. Il faut s’a­dap­ter : si nous ne le fai­sons pas, d’autres s’empareront des cré­neaux. Et Veiller sur mes parents, c’est un ser­vice de proxi­mité. Le code de la route, c’est un ser­vice de proxi­mité. Je ne vois pas pour­quoi La Poste ne pour­rait pas s’ins­crire dans ce cadre-là ! », plaide-t-il.

La Poste ne s’en dit pas moins ouverte au dia­logue, ainsi qu’elle l’a démon­tré en par­ti­ci­pant à la réunion publique du 25 sep­tembre. « Nous ne sommes pas tenus de dis­cu­ter avec le col­lec­tif, mais au regard du dia­logue et de l’ou­ver­ture vis-à-vis des Grenoblois, nous avons conti­nué à échan­ger avec. Cela dit, à un moment donné, il fau­dra bien faire évo­luer les choses. On ne pourra pas res­ter dans un constat per­ma­nent », pré­vient pour conclure Michel Pandiscia.

Florent Mathieu

* La Poste s’en­gage à ce que 90 % de la popu­la­tion soit à moins de 5 kilo­mètres, et à moins de 20 minutes en voi­ture, d’un point de contact. Un enga­ge­ment en phase avec l’a­mé­na­ge­ment du ter­ri­toire, qui compte parmi ses mis­sions de ser­vice public.

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Meurtre d’une jeune femme en Italie : son com­pa­gnon inter­pellé à Lyon et déféré au par­quet de Grenoble

EN BREF - Une jeune Lyonnaise de 22 ans a été retrouvée morte poignardée, dans une église, le 5 avril 2024, dans le Val d'Aoste, Lire plus

Cité scolaire internationale de Grenoble DR
« Népotisme » à la Cité sco­laire inter­na­tio­nale de Grenoble : des ensei­gnants s’in­surgent dans une lettre ouverte au rectorat

FOCUS - Le Collectif pour la défense du service public d’éducation (CDE38) a adressé, le 1er avril 2024, une lettre ouverte au rectorat de Grenoble, Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !