La démocratie participative brûlée en place publique devant la mairie de Grenoble

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Le collectif touchez pas à nos bibliothèques a convié les Grenoblois

devant l’hôtel de Ville de Grenoble, ce lundi 25 septembre vers 17 h 30. Avec un objectif bien précis : brûler le cercueil de la lecture publique et de la démocratie participative à Grenoble. La faute à qui ? A la majorité conduite par Eric Piolle, accuse le collectif désabusé.

 

 

Cérémonie d'enterrement et de crémation de trois bibliothèques et de la démocratie participative à Grenoble, après plus d'un an de lutte d'un collectif.

Lundi 25 sep­tembre 2017, devant l’hô­tel de Ville de Grenoble, après plus d’un an de lutte et suite au refus du maire de don­ner suite à la demande de vota­tion citoyenne, le col­lec­tif Touchez pas à nos biblio­thèques pro­cède à l’en­ter­re­ment et à la cré­ma­tion de la lec­ture publique et de la par­ti­ci­pa­tion citoyenne. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Le cer­cueil sur­monté du nom des trois biblio­thèques Hauquelin, Alliance et Prémol est de nou­veau exhibé, ce lundi soir. Mais c’est sa toute der­nière “pres­ta­tion”.

 

Le col­lec­tif Touchez pas à nos biblio­thèques a en effet décidé de le brû­ler, un peu avant le démar­rage du conseil muni­ci­pal, au pied de l’hô­tel de Ville.

 

Un céré­mo­nial pour signi­fier que « la lec­ture publique et la démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive de Grenoble » sont mortes à Grenoble, explique-t-il.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Le collectif dénonce l’attitude ambivalente des élus

 

 

« Le décès bru­tal », rap­pelle le col­lec­tif est « sur­venu au cours du conseil muni­ci­pal du 10 juillet der­nier, à la suite de l’an­nu­la­tion par le maire de la péti­tion biblio­thèque ». Et d’in­vi­ter les Grenoblois, et « tous les amis de la culture, des ser­vices publics et de la morale en poli­tique » à signer le registre des condo­léances…

 

Lundi 25 septembre 2017, devant l'hôtel de Ville de Grenoble, las après plus d'un an de lutte, et suite au refus du maire de donner suite à la demande de votation citoyenne, le collectif Touchez pas à nos bibliothèques organise l'enterrement et la crémation des trois bibliothèques Prémol, Alliance et Hauquelin ainsi que celle de la participation citoyenne.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Collectif Touchez pas à nos biblio­thèques, ce 25 sep­tembre devant l’hô­tel de Ville de Grenoble. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Un peu avant d’al­lu­mer le bûcher, le col­lec­tif a déroulé un texte mili­tant, à trois voix, pour rap­pe­ler le plan d’aus­té­rité de la Ville de Grenoble fait sans concer­ta­tion, la sur­dité dont a fait preuve la majo­rité à son égard et le mépris qu’elle lui a affi­ché.

 

Le col­lec­tif a aussi dénoncé un mana­ge­ment auto­ri­taire, et relaté les moments forts d’un com­bat mené sur plus d’un an, avec des usa­gers des biblio­thèques et des pro­fes­sion­nels, pour empê­cher la fer­me­ture des trois struc­tures. En vain, ou presque. Seule la biblio­thèque Alliance demeu­rera ouverte sous forme de tiers-lieu.

 

Lundi 25 septembre 2017, devant l'hôtel de Ville de Grenoble, las après plus d'un an de lutte, et suite au refus du maire de donner suite à la demande de votation citoyenne, le collectif Touchez pas à nos bibliothèques organise l'enterrement et la crémation des trois bibliothèques Prémol, Alliance et Hauquelin ainsi que celle de la participation citoyenne.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Un Grenoblois signe le registre des condo­léances. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Et de blâ­mer l’at­ti­tude ambi­va­lente de la majo­rité de la Ville de Grenoble : « Aujourd’hui, le maire et les élu-es s’af­fichent dans les luttes contre l’aus­té­rité, afin de se refaire une répu­ta­tion, alors qu’eux-mêmes pra­tiquent cette poli­tique. Ils parlent de plan social du gou­ver­ne­ment pour la sup­pres­sion des contrats aidés alors que nous subis­sons depuis un an leur propre plan social. »

 

 

 

La lutte n’est pas terminée

 

 

Comment cette ren­trée, avec moins de biblio­thèques, est-elle vécue ? La fer­me­ture des biblio­thèques Prémol, Hauquelin et celle, tem­po­raire, d’Alliance se fait déjà sen­tir. Aux dires des biblio­thé­caires mili­tants, l’af­fluence de leurs lec­teurs pèse sur les autres éta­blis­se­ments du réseau…

 

Lundi 25 septembre 2017, devant l'hôtel de Ville de Grenoble, las après plus d'un an de lutte, et suite au refus du maire de donner suite à la demande de votation citoyenne, le collectif Touchez pas à nos bibliothèques organise l'enterrement et la crémation des trois bibliothèques Prémol, Alliance et Hauquelin ainsi que celle de la participation citoyenne.© Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Lundi 25 sep­tembre 2017, les cendres de la « démo­cra­tie par­ti­ci­pa­tive et des trois biblio­thèques Prémol, Alliance et Hauquelin ». © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

L’accueil de tous les groupes sco­laires est un casse-tête non résolu, selon ces der­niers. « Nous avons déjà eu des demandes d’é­coles pour venir aux Eaux-Claires, mais nous devons les refu­ser et nous n’a­vons pas de consignes ! », constate une biblio­thé­caire des Eaux-Claires.

 

« On ne pourra pas accueillir à Arlequin à la fois nos 350 groupes sco­laires envi­ron par an, et ceux de Prémol », affirme l’une de ses col­lègues.

 

Qu’a prévu la Ville ? Rien visi­ble­ment. En tout cas, il n’y a pas de consignes pour le moment…

 

Quoi qu’il en soit, le col­lec­tif a pré­venu à la fin de son dis­cours : « Ce n’est pas la fin. Nous conti­nue­rons à nous battre pour nos condi­tions de tra­vail et pour la lec­ture publique de proxi­mité, et de qua­lité, pour tous. »

 

 

Séverine Cattiaux

 

Musée de Grenoble et ses artistes du XIXe siècle
commentez lire les commentaires
5137 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Ping : Votation citoyenne et crise des bibliothèques à Grenoble : un goût amer : GO CITOYENNETE

  2. Que dit Carignon à ce sujet ? Envisage-t-il de vendre les biblio­thèques au privé pour faire face à la baisse de dota­tion et à la situa­tion catas­tro­phique de la ville ? Ou bien ne veut-il pas avouer que sa ligne ultra libé­rale est la pre­mière cause de cette situa­tion ?
    Les mani­fes­tants ont-ils pro­posé des alter­na­tives cré­dibles per­met­tant de recons­ti­tuer l’é­pargne de la ville et évi­ter la mise sous tutelle ?
    Les socia­listes se sont-ils excu­sés des dépenses fara­mi­neuses du temps de Destot depuis qu’il est au pou­voir ?
    Râler et cri­ti­quer, sport natio­nal des syn­di­ca­listes et des fran­çais en géné­ral. Je sais où est la poli­tique poli­ti­cienne.

    En revanche, il aurait été intel­li­gent à Piolle et son équipe de pro­po­ser un « deal » aux gre­no­blois, du style « pré­fé­rez-vous sup­pri­mer la pub ou 2 biblio­thèques ?», his­toire de faire un vrai pro­ces­sus démo­cra­tique. Car oui, on reste sur sa fin en terme de par­ti­ci­pa­tion citoyenne, même en tant que fervent défen­seur de la poli­tique menée par cette majo­rité.

    sep article
  3. et ils ont net­toyés la chaus­sée après ?

    sep article