Actualité

UraMin – Areva : “Une affaire ato­mique” pour le géo­po­li­ti­cien Vincent Crouzet, de pas­sage à Meylan

UraMin – Areva : “Une affaire ato­mique” pour le géo­po­li­ti­cien Vincent Crouzet, de pas­sage à Meylan

TROIS QUESTIONS À - Vincent Crouzet, expert en géo­po­li­tique, auteur de cinq romans d’es­pion­nage, est à Meylan ce mardi 29 août. Son der­nier livre, Une affaire ato­mique, plonge dans l’af­faire UraMin, un désastre finan­cier fai­sant suite au rachat par Areva de trois gise­ments d’Uranium inex­ploi­tables. Le tout sur fond de sus­pi­cions de cor­rup­tion et de rétrocommissions.

Vincent Crouzet © Robert Laffont

Vincent Crouzet © Robert Laffont

Vincent Crouzet est lui-même témoin dans l’af­faire UraMin. Pourquoi témoin ? Parce qu’il a « rendu un ser­vice » en ser­vant d’in­ter­mé­diaire entre la jus­tice fran­çaise et l’an­cien conseiller du pré­sident cen­tra­fri­cain François Bozizé, Saifee Durbar. Ce der­nier sou­hai­tait obte­nir la bien­veillance de la jus­tice en échange de son silence sur l’affaire.

S’il vit aujourd’­hui en Provence, l’au­teur a passé son ado­les­cence aux Arcs en Savoie et retrou­vera donc les pay­sages mon­ta­gnards ce mardi 29 août.

Il sera pré­sent au Clos des Capucins de Meylan à 19 heures pour pré­sen­ter et signer son ouvrage, mais aussi échan­ger avec le public sur « les secrets de l’in­dus­trie nucléaire ». Une ren­contre orga­ni­sée en par­te­na­riat avec la librai­rie La Dérive, dans le cadre des Capucins lit­té­raires de Meylan.

Place Gre’net – Avec Une affaire ato­mique, vous délais­sez le roman et la fic­tion pour rédi­ger ce que vous appe­lez un « docu­ment ». Pouvez-vous nous pré­sen­ter cet ouvrage ?

Vincent Crouzet – C’est le déve­lop­pe­ment de mon témoi­gnage dans l’af­faire UraMin-Areva. Ce n’est pas de la fic­tion mais je l’ai écrit sur le rythme de la fic­tion, ce que les Américains appellent le nar­ra­tive non­fic­tion. J’ai sou­haité racon­ter cette affaire avec ma focale de témoin.

Anne Lauvergeon, présidente du directoire d'Areva de 2001 à 2011, mise en examen dans l'affaire UraMin. Ses avocats ont tenté de dissuader Robert Laffont de publier l'ouvrage de Vincent Crouzet. CC-BY-SA MEDEF - Wikipédia

Anne Lauvergeon, pré­si­dente du direc­toire d’Areva de 2001 à 2011, mise en exa­men dans l’af­faire UraMin. Ses avo­cats ont tenté de dis­sua­der Robert Laffont de publier l’ou­vrage de Vincent Crouzet. CC-BY-SA Medef – Wikipédia

Elle pré­sente en effet tous les ingré­dients d’un thril­ler : les décors, le sec­teur de l’u­ra­nium, un scan­dale d’État, avec l’im­pli­ca­tion des ser­vices de ren­sei­gne­ment, de puis­sances étran­gères… On est à la croi­sée d’un roman d’es­pion­nage et d’une affaire poli­tico-finan­cière de grande ampleur, à hau­teur de 3 mil­liards d’eu­ros vola­ti­li­sés pour les contri­buables fran­çais. Tous les ingré­dients étaient là !

Cette affaire est-elle emblé­ma­tique de la conti­nuité de ce que l’on appelle la Françafrique, et dans quelle mesure les popu­la­tions locales en sont-elles victimes ?

La Françafrique existe encore dans beau­coup de domaines. Dans le sec­teur de l’u­ra­nium et de l’ac­qui­si­tion de ces trois gise­ments en 2007, elle est appa­rue au grand jour, avec en plus des figures emblé­ma­tiques comme celle de Patrick Balkany. On a vu un peu tous les usages de la Françafrique réunis autour de cette acqui­si­tion, et toutes les mau­vaises manières reve­nir en force.

Un document aux allures de roman d'espionnage.

Un docu­ment aux allures de roman d’espionnage.

Je suis assez pes­si­miste sur la dis­pa­ri­tion de la Françafrique : quand un réseau dis­pa­raît, un autre appa­raît, tout aussi effi­cace et plus dis­cret. C’est l’empire de la cor­rup­tion, le mélange des genres entre la puis­sance publique fran­çaise et la pro­tec­tion d’in­té­rêts par­ti­cu­liers. Cette affaire est emblé­ma­tique de toutes nos per­ver­sions en Afrique depuis qua­rante ou cin­quante ans, et l’on est arrivé à un som­met de col­lu­sion entre public et privé, et d’in­ter­ven­tions dou­teuses auprès de chefs d’États africains.

Les popu­la­tions locales en souffrent néces­sai­re­ment. Beaucoup de pro­messes faites par Areva n’ont pas été tenues loca­le­ment, et je ne parle même pas des pro­blèmes éco­lo­giques posés par des sites qui n’ont pas été remis en état correctement.

On est au sum­mum du mépris d’une grande puis­sance éco­no­mique vis-à-vis de pays afri­cains qui manquent de res­sources. Mais je ne me fais pas d’illu­sions : si ces gise­ments avaient été mis en exploi­ta­tion, je doute qu’ils auraient pro­fité aux popu­la­tions locales…

Votre édi­teur a subi des pres­sions avant publi­ca­tion. Est-ce parce que l’ou­vrage s’at­taque au dogme fran­çais de l’éner­gie nucléaire, notam­ment autour de la ques­tion de l’in­dé­pen­dance énergétique ?

Pour moi, la Ve République a deux piliers : l’é­lec­tion du pré­sident de la République au suf­frage uni­ver­sel… et notre com­plexe ato­mique. Le sec­teur de l’a­tome en France est extrê­me­ment stra­té­gique, et chaque fois qu’une affaire est levée dans ce sec­teur on se heurte à des réti­cences très fortes de l’État action­naire et lea­der sou­ve­rain dans ce domaine. Que ce soit dans l’af­faire UraMin ou d’autres affaires, comme celle de la cuve de Flamanville.

Le “Yellowcake” (gâteau jaune), concentré d'uranium indispensable aux réacteurs des centrales nucléaires françaises. DR

Le “Yellowcake” (gâteau jaune), concen­tré d’u­ra­nium indis­pen­sable aux réac­teurs des cen­trales nucléaires fran­çaises. DR

Par ailleurs, Anne Lauvergeon [ancienne pré­si­dente du direc­toire d’Areva, ndlr] a tenté sans suc­cès d’empêcher la publi­ca­tion de ce docu­ment. Nous avons été l’ob­jet d’in­ti­mi­da­tions avant publi­ca­tion, mais le livre n’a pas fait l’ob­jet de plainte, ce qui laisse à pen­ser que ce qui est dedans est avéré. Le com­plexe de l’a­tome en France n’a pas envie que l’on remue les mau­vaises his­toires autour de l’ac­qui­si­tion d’u­ra­nium… et c’est un livre qui n’a pas fait plai­sir à Areva et à Anne Lauvergeon en particulier.

Oui, cette notion d’in­dé­pen­dance éner­gé­tique est tota­le­ment fausse. Nous sommes un très gros pro­duc­teur et consom­ma­teur de l’éner­gie nucléaire, et nous exploi­tons l’u­ra­nium dans nos cen­trales mais nous avons besoin de nous appro­vi­sion­ner à l’ex­té­rieur. La matière pre­mière, ce que l’on appelle le Yellowcake, est ainsi exploi­tée ailleurs. On en trouve prin­ci­pa­le­ment au Kazakhstan, qui n’est pas un pays connu pour ses pra­tiques finan­cières et éco­no­miques transparentes…

Propos recueillis par Florent Mathieu

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Les adjoints Gilles Namur et Margot Belair, Bertrand Raynaud (Alp’Études), Quentin De Neeff ( directeur de projet en mission d’aménagement des espaces publics), Frédéric Cacciali (pour la Sages) et Nathalie Durand (direction de l’urbanisme et de l’aménagement). © Joël Kermabon - Place Gre'net
Grenoble : de nou­veaux espaces publics quar­tier Flaubert pour le trans­for­mer et l’a­dap­ter au chan­ge­ment climatique

FOCUS - À l'occasion d'une visite guidée organisée sur site, la Ville de Grenoble a présenté, le 10 juillet 2024, ce que va devenir le Lire plus

Les livreurs à vélo et des élus prennent la pose devant leur nouveau local situé 8, rue Saint-François à Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
La Ville de Grenoble met un local flam­bant neuf à la dis­po­si­tion des livreurs de repas à domicile

FOCUS - La Ville de Grenoble a décidé de mettre gratuitement à disposition des livreurs de repas à vélo un local situé en plein cœur Lire plus

Soixante-dix jeunes Isérois relient Grenoble à Nice à vélo élec­trique pour pro­mou­voir le don du sang

EN BREF - Quelque 70 jeunes Isérois, âgés de 15 à 17 ans, ont pris le départ du projet Grenoble-Nice, vendredi 12 juillet 2024, devant Lire plus

Gazage des pigeons: des associations animalistes annoncent un “happening” devant la mairie de Vienne le 17 juillet
Gazage des pigeons : des asso­cia­tions ani­ma­listes annoncent un “hap­pe­ning” devant la mai­rie de Vienne

FLASH INFO - L'Association justice animaux Savoie (Ajas) et l'association Paris animaux Zoopolis (Paz) annoncent l'organisation d'un “happening” devant l'hôtel de Ville de Vienne, mercredi Lire plus

Des riverains et commerçants dénoncent la piétonnisation “surprise” de la rue Lazare-Carnot, quartier Championnet à Grenoble
Grenoble : des rive­rains et com­mer­çants dénoncent la pié­ton­ni­sa­tion “sur­prise” de la rue Lazare-Carnot, quar­tier Championnet

FOCUS - Surprise pour des riverains et des commerçants du quartier Championnet de Grenoble: depuis le lundi 1er juillet, un tronçon de la rue Lazare-Carnot, Lire plus

Vézeronce-Curtin : le ges­tion­naire d’une rési­dence séniors en liqui­da­tion judi­ciaire, 42 per­sonnes âgées livrées à elles-mêmes

EN BREF - Placée en liquidation judiciaire, la société Cormaline, gestionnaire de la résidence séniors du Clos des Tilleuls, à Vézeronce-Curtin, dans le Nord-Isère, a Lire plus

Flash Info

|

14/07

11h04

|

|

10/07

15h12

|

|

09/07

15h36

|

|

09/07

11h24

|

|

07/07

10h36

|

|

05/07

19h12

|

|

05/07

11h23

|

|

04/07

18h57

|

|

04/07

17h13

|

|

04/07

16h03

|

Les plus lus

Culture| Festivités du 14 juillet : feux d’ar­ti­fice, bals, concerts et ani­ma­tions dans les com­munes de la métro­pole grenobloise

Culture| Dix-sept groupes à l’af­fiche du Cabaret frappé 2024 au jar­din de ville de Grenoble

Politique| Grenoble : deux ex-élus attaquent la déli­bé­ra­tion octroyant un ter­rain de la Ville à moi­tié prix pour un « pseudo-habi­tat participatif »

Agenda

Je partage !