Les formations dispensées aux élus communistes de Fontaine ont-elle servi à financer le PCF ? Une enquête préliminaire a été ouverte par le PNF.

Simples négligences ou dérives clientélistes ? La gestion de Fontaine épinglée

Simples négligences ou dérives clientélistes ? La gestion de Fontaine épinglée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Dans un rapport, la chambre régionale des comptes épingle sévèrement la gestion de la commune de Fontaine. Son maire plaide la négligence et assure avoir commencé à remettre de l’ordre. Mais les dérives, et surtout leur répétition, posent question. Car tant du côté de la gestion du personnel que de la commande publique, la réglementation a été allègrement contournée. A qui ces entorses ont-elles profité ? Les premiers noms de sociétés sont tombés… Mais seule une enquête judiciaire permettrait d’y voir vraiment clair.

 

 

Les finances de la com­mune de Fontaine sont dans le rouge. Dans son rap­port d’observations défi­ni­tives, le constat de la chambre régio­nale des comptes est sans appel : de 2009 à 2015, les finances ont plongé. L’encours de la dette a aug­menté à tel point que la capa­cité de désen­det­te­ment a atteint treize ans en 2015. Dit autre­ment, il fau­drait treize années à Fontaine pour rem­bour­ser sa dette. Et encore, à sup­po­ser que l’intégralité de l’autofinancement y soit consa­cré. C’est beaucoup.

 

De neuf à douze ans, on estime géné­ra­le­ment que la situa­tion est alar­mante. Au-des­sus de douze ans, les magis­trats finan­ciers parlent de sur­en­det­te­ment. La faute à qui ? à quoi ? Depuis 2009, la dette de Fontaine a plus que dou­blé après la sous­crip­tion de deux emprunts, de 9,7 mil­lions d’euros en 2009 et 8,8 mil­lions en 2012.

 

© Albéric Marzullo - Place Gre-Net

© Albéric Marzullo – Place Gre’net

 

La com­mune a beau s’être débar­ras­sée depuis 2014 d’une patate chaude de 3 mil­lions d’euros d’emprunts trans­fé­rés à la Métropole de Grenoble, elle a quelques dif­fi­cul­tés à com­bler le trou. D’autant que, pour les magis­trats, Fontaine n’a mani­fes­te­ment pas suf­fi­sam­ment anti­cipé la baisse des dota­tions de l’État. Mais elle a aussi fait un peu n’im­porte quoi en matière de ges­tion du per­son­nel comme en matière de com­mande publique.

 

Simple défaut de ges­tion ? Élu en 2014, mais pre­mier adjoint depuis 1995, le maire com­mu­niste Jean-Paul Trovéro plaide une cer­taine désor­ga­ni­sa­tion. Pendant un an, Fontaine a tourné sans direc­teur géné­ral des ser­vices et, d’après le pre­mier magis­trat, il a bien fallu trois ans pour que l’effectif se sta­bi­lise et que les « ser­vices soient cadrés ».

 

Un argu­ment que balaie Franck Longo d’un revers de la main. Pour le chef de file de l’opposition répu­bli­caine, la pseudo défaillance des ser­vices muni­ci­paux a bon dos. « Le DGS n’était pas seul. Il y a tout de même trois direc­teurs géné­raux adjoints. Sans par­ler du cabi­net du maire dont les pré­ro­ga­tives sont lar­ge­ment éten­dues. La res­pon­sa­bi­lité poli­tique n’est tout sim­ple­ment pas assumée ! »

 

 

Les économies et hausse d’impôts seront-elles suffisantes ? La CRC en doute

 

 

Le pre­mier magis­trat veut encore croire que les hausses d’im­pôts et les mesures d’économies qu’il a mises en place (aban­don d’un pro­jet d’école, fer­me­ture d’équipements, baisse des cré­dits consa­crés aux ren­forts et heures sup­plé­men­taires, révi­sion des tarifs muni­ci­paux, sup­pres­sion de postes, baisse des dépenses de fonc­tion­ne­ment) suf­fi­ront à inver­ser la ten­dance d’ici 2019. La CRC en doute, poin­tant tout à la fois des pro­jets très ambi­tieux, des coûts qui res­tent impor­tants et une situa­tion finan­cière tou­jours fra­gile, quand bien même la capa­cité de désen­det­te­ment serait rame­née à neuf ans.

 

Jean-Paul Trovero maire de Fontaine, conseil municipal © Albéric Marzullo - Place Gre-Net

Jean-Paul Trovero, maire de Fontaine. © Albéric Marzullo

Le maire suit mal­gré tout sa ligne. En 2016, la ville de Fontaine a encaissé une hausse record des impôts de 6 %. A la clé, 750 000 euros de recettes sup­plé­men­taires. Mais aussi une péti­tion qui a recueilli 1 400 signa­tures. A trois ans des pro­chaines échéances muni­ci­pales, le mes­sage vaut-il avertissement ?

 

Mais où, sinon, cher­cher des éco­no­mies ? Les magis­trats ont bien une petite idée. C’est qu’en éplu­chant les comptes de la ville ils sont allés de sur­prises en sur­prises. A Fontaine, les fonc­tion­naires tra­vaillent par exemple moins que la durée légale, soixante heures de moins chaque année. Un choix sur lequel le maire n’entend visi­ble­ment pas transiger.

 

 

Entre 2009 et 2015, l’absentéisme a progressé de 73 %

 

 

Les auto­ri­sa­tions excep­tion­nelles d’absence, par­ti­cu­liè­re­ment géné­reuses relève la CRC, se chif­fraient en 2015 à 11 000 euros. Le stock de jours épar­gnés, qui a dou­blé de 2011 à 2015, attei­gnait plus de 25 000 heures fin 2015, soit 474 000 euros. Rien que sur l’année 2015, on arrive à près de 17 équi­va­lents temps plein non tra­vaillés, soit 580 000 euros de masse sala­riale. A quoi il faut ajou­ter l’absentéisme. Entre 2009 et 2015, il a pro­gressé de 73 %. Compter 6 mil­lions d’euros. Le 13e mois attri­bué sans base légale ? 672 000 euros.

 

Résultat : pour com­pen­ser, la com­mune a dû avoir recours aux heures sup­plé­men­taires. Entre 10 500 et 10 800 par an entre 2013 et 2015. Depuis, Fontaine a redressé la barre. Au 30 novembre 2016, le stock était passé à moins de 6 400…

 

Comme de nom­breuses villes com­mu­nistes, Fontaine est l’héritière d’une poli­tique sociale ambi­tieuse à l’égard de ses admi­nis­trés, et plus par­ti­sane de la muni­ci­pa­li­sa­tion que de l’externalisation. Mais, à l’aune de la baisse des dota­tions, Fontaine a‑t-elle encore les moyens de ses ambitions ?

 

Le maire de Fontaine, Jean-Paul Trovero, discute avec des citoyens modèles en herbe lors de l'opération "Vague Propre 2017" © Albéric Marzullo - placegrenet.fr

Lors de l’o­pé­ra­tion « Vague Propre 2017 ». © Albéric Marzullo

La com­mune sub­ven­tionne ainsi lar­ge­ment ses asso­cia­tions. Rien de répré­hen­sible sauf que le sys­tème, com­plexe, est en plus peu trans­pa­rent : il a jusque-là tran­sité par deux asso­cia­tions et échappé à tout regard du conseil muni­ci­pal. 230 000 euros ont ainsi été attri­bués chaque année dans une cer­taine opacité.

 

« De plus, l’exécutif s’est déchargé de la mis­sion du contrôle des fonds alloués qui lui incombe pour­tant », s’étonnent les magis­trats. Il a donc fallu que la CRC s’en mêle pour que la com­mune se décide, en 2017, à ver­ser les sub­ven­tions direc­te­ment aux associations.

 

 

35 000 euros payés par an à Télégrenoble

 

 

Clientélisme ? A qui toutes ces dérives ont-elles pro­fité depuis des années ? Même si le maire se défend de contour­ner la régle­men­ta­tion, son cabi­net compte deux fois plus de col­la­bo­ra­teurs que la loi ne le per­met. Anomalie qui avait déjà été rele­vée dans un pré­cé­dent contrôle. Le ser­vice com­mu­ni­ca­tion est encore plus plé­tho­rique, avec huit à neuf agents per­ma­nents. Le maire, lui, plaide le retour en régie et un moindre recours à des pres­ta­taires exté­rieurs. Économies ? La ville a payé 35 000 euros par an pour “Fontaine, l’é­di­tion citoyenne”, un jour­nal auto-pro­mo­tion­nel de 6 à 12 minutes dif­fusé chaque semaine sur Télégrenoble depuis février 2016… et visi­ble­ment très peu visionné en ligne si l’on se fie aux nombres de vues affichés.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 52 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Démissions, licenciements, procès… en Isère, le long fleuve pas tranquille de la fédération de pêche

  ENQUÊTE - En Isère, cela fait des années que la fédération de pêche va à vau-l'eau. Après une gestion financière défaillante, a suivi une Lire plus

Faute de médecins en nombre suffisant, la prise en charge des patients ne sera bientôt plus assurée aux urgences de Voiron.
Les urgentistes de Voiron disent ne plus pouvoir assurer la prise en charge des patients à partir du 2 novembre

  EN BREF - À compter du 2 novembre 2020, les médecins exerçant aux urgences de l'hôpital de Voiron se disent dans l'incapacité de prendre Lire plus

Une enquête préliminaire a été ouverte pour fraude suite aux rapports de la chambre régionale des comptes sur la gestion d'Échirolles et l'association Evade
La chambre régionale des comptes épingle la gestion de la Ville d’Échirolles de 2010 à 2016

FOCUS - La chambre régionale des comptes (CRC) épingle, dans un rapport publié le 27 mars dernier, la situation financière de la commune d’Échirolles. « Lourdement endettée », Lire plus

© Albéric Marzullo - Place Gre-Net
Fontaine : le parquet ouvre une enquête préliminaire pour favoritisme dans la passation d’un marché

EN BREF - Les conditions de passation d'un marché par la ville de Fontaine avaient fait bondir les magistrats de la chambre régionale des comptes Lire plus

En question : les conditions de passation du marché de modernisation des services municipaux de Fontaine déjà pointées par la chambre régionale des comptes.
Fontaine épinglée par les magistrats financiers : des habitants réclament des comptes

FIL INFO - Alors que la chambre régionale des comptes a épinglé la gestion de la commune de Fontaine et que le parquet national financier Lire plus

Environnement, urbanisme, droit des étrangers... le contentieux est à la hausse sur le ressort du tribunal administratif de Grenoble. Réformes en vue...
Le tribunal administratif de Grenoble va expérimenter la médiation préalable… obligatoire

FOCUS - Pour tenter de juguler la hausse du contentieux administratif, tout en réglant certains litiges de manière plus « apaisée », le tribunal administratif Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin