Simples négligences ou dérives clientélistes ? La gestion de Fontaine épinglée

sep article



DÉCRYPTAGE – Dans un rapport, la chambre régionale des comptes épingle sévèrement la gestion de la commune de Fontaine. Son maire plaide la négligence et assure avoir commencé à remettre de l’ordre. Mais les dérives, et surtout leur répétition, posent question. Car tant du côté de la gestion du personnel que de la commande publique, la réglementation a été allègrement contournée. A qui ces entorses ont-elles profité ? Les premiers noms de sociétés sont tombés… Mais seule une enquête judiciaire permettrait d’y voir vraiment clair.

 

 

Les finances de la com­mune de Fontaine sont dans le rouge. Dans son rap­port d’observations défi­ni­tives, le constat de la chambre régio­nale des comptes est sans appel : de 2009 à 2015, les finances ont plongé. L’encours de la dette a aug­menté à tel point que la capa­cité de désen­det­te­ment a atteint treize ans en 2015. Dit autre­ment, il fau­drait treize années à Fontaine pour rem­bour­ser sa dette. Et encore, à sup­po­ser que l’intégralité de l’autofinancement y soit consa­cré. C’est beau­coup.

 

De neuf à douze ans, on estime géné­ra­le­ment que la situa­tion est alar­mante. Au-des­sus de douze ans, les magis­trats finan­ciers parlent de sur­en­det­te­ment. La faute à qui ? à quoi ? Depuis 2009, la dette de Fontaine a plus que dou­blé après la sous­crip­tion de deux emprunts, de 9,7 mil­lions d’euros en 2009 et 8,8 mil­lions en 2012.

 

© Albéric Marzullo - Place Gre-Net

© Albéric Marzullo – Place Gre’net

 

La com­mune a beau s’être débar­ras­sée depuis 2014 d’une patate chaude de 3 mil­lions d’euros d’emprunts trans­fé­rés à la Métropole de Grenoble, elle a quelques dif­fi­cul­tés à com­bler le trou. D’autant que, pour les magis­trats, Fontaine n’a mani­fes­te­ment pas suf­fi­sam­ment anti­cipé la baisse des dota­tions de l’État. Mais elle a aussi fait un peu n’im­porte quoi en matière de ges­tion du per­son­nel comme en matière de com­mande publique.

 

Simple défaut de ges­tion ? Élu en 2014, mais pre­mier adjoint depuis 1995, le maire com­mu­niste Jean-Paul Trovéro plaide une cer­taine désor­ga­ni­sa­tion. Pendant un an, Fontaine a tourné sans direc­teur géné­ral des ser­vices et, d’après le pre­mier magis­trat, il a bien fallu trois ans pour que l’effectif se sta­bi­lise et que les « ser­vices soient cadrés ».

 

Un argu­ment que balaie Franck Longo d’un revers de la main. Pour le chef de file de l’opposition répu­bli­caine, la pseudo défaillance des ser­vices muni­ci­paux a bon dos. « Le DGS n’était pas seul. Il y a tout de même trois direc­teurs géné­raux adjoints. Sans par­ler du cabi­net du maire dont les pré­ro­ga­tives sont lar­ge­ment éten­dues. La res­pon­sa­bi­lité poli­tique n’est tout sim­ple­ment pas assu­mée ! »

 

 

Les économies et hausse d’impôts seront-elles suffisantes ? La CRC en doute

 

 

Le pre­mier magis­trat veut encore croire que les hausses d’im­pôts et les mesures d’économies qu’il a mises en place (aban­don d’un pro­jet d’école, fer­me­ture d’équipements, baisse des cré­dits consa­crés aux ren­forts et heures sup­plé­men­taires, révi­sion des tarifs muni­ci­paux, sup­pres­sion de postes, baisse des dépenses de fonc­tion­ne­ment) suf­fi­ront à inver­ser la ten­dance d’ici 2019. La CRC en doute, poin­tant tout à la fois des pro­jets très ambi­tieux, des coûts qui res­tent impor­tants et une situa­tion finan­cière tou­jours fra­gile, quand bien même la capa­cité de désen­det­te­ment serait rame­née à neuf ans.

 

Jean-Paul Trovero maire de Fontaine, conseil municipal © Albéric Marzullo - Place Gre-Net

Jean-Paul Trovero, maire de Fontaine. © Albéric Marzullo

Le maire suit mal­gré tout sa ligne. En 2016, la ville de Fontaine a encaissé une hausse record des impôts de 6 %. A la clé, 750 000 euros de recettes sup­plé­men­taires. Mais aussi une péti­tion qui a recueilli 1 400 signa­tures. A trois ans des pro­chaines échéances muni­ci­pales, le mes­sage vaut-il aver­tis­se­ment ?

 

Mais où, sinon, cher­cher des éco­no­mies ? Les magis­trats ont bien une petite idée. C’est qu’en éplu­chant les comptes de la ville ils sont allés de sur­prises en sur­prises. A Fontaine, les fonc­tion­naires tra­vaillent par exemple moins que la durée légale, soixante heures de moins chaque année. Un choix sur lequel le maire n’entend visi­ble­ment pas tran­si­ger.

 

 

Entre 2009 et 2015, l’absentéisme a progressé de 73 %

 

 

Les auto­ri­sa­tions excep­tion­nelles d’absence, par­ti­cu­liè­re­ment géné­reuses relève la CRC, se chif­fraient en 2015 à 11 000 euros. Le stock de jours épar­gnés, qui a dou­blé de 2011 à 2015, attei­gnait plus de 25 000 heures fin 2015, soit 474 000 euros. Rien que sur l’année 2015, on arrive à près de 17 équi­va­lents temps plein non tra­vaillés, soit 580 000 euros de masse sala­riale. A quoi il faut ajou­ter l’absentéisme. Entre 2009 et 2015, il a pro­gressé de 73 %. Compter 6 mil­lions d’euros. Le 13e mois attri­bué sans base légale ? 672 000 euros.

 

Résultat : pour com­pen­ser, la com­mune a dû avoir recours aux heures sup­plé­men­taires. Entre 10 500 et 10 800 par an entre 2013 et 2015. Depuis, Fontaine a redressé la barre. Au 30 novembre 2016, le stock était passé à moins de 6 400…

 

Comme de nom­breuses villes com­mu­nistes, Fontaine est l’héritière d’une poli­tique sociale ambi­tieuse à l’égard de ses admi­nis­trés, et plus par­ti­sane de la muni­ci­pa­li­sa­tion que de l’externalisation. Mais, à l’aune de la baisse des dota­tions, Fontaine a‑t-elle encore les moyens de ses ambi­tions ?

 

Le maire de Fontaine, Jean-Paul Trovero, discute avec des citoyens modèles en herbe lors de l'opération "Vague Propre 2017" © Albéric Marzullo - placegrenet.fr

Lors de l’o­pé­ra­tion « Vague Propre 2017 ». © Albéric Marzullo

La com­mune sub­ven­tionne ainsi lar­ge­ment ses asso­cia­tions. Rien de répré­hen­sible sauf que le sys­tème, com­plexe, est en plus peu trans­pa­rent : il a jusque-là tran­sité par deux asso­cia­tions et échappé à tout regard du conseil muni­ci­pal. 230 000 euros ont ainsi été attri­bués chaque année dans une cer­taine opa­cité.

 

« De plus, l’exécutif s’est déchargé de la mis­sion du contrôle des fonds alloués qui lui incombe pour­tant », s’étonnent les magis­trats. Il a donc fallu que la CRC s’en mêle pour que la com­mune se décide, en 2017, à ver­ser les sub­ven­tions direc­te­ment aux asso­cia­tions.

 

 

35 000 euros payés par an à Télégrenoble

 

 

Clientélisme ? A qui toutes ces dérives ont-elles pro­fité depuis des années ? Même si le maire se défend de contour­ner la régle­men­ta­tion, son cabi­net compte deux fois plus de col­la­bo­ra­teurs que la loi ne le per­met. Anomalie qui avait déjà été rele­vée dans un pré­cé­dent contrôle. Le ser­vice com­mu­ni­ca­tion est encore plus plé­tho­rique, avec huit à neuf agents per­ma­nents. Le maire, lui, plaide le retour en régie et un moindre recours à des pres­ta­taires exté­rieurs. Économies ? La ville a payé 35 000 euros par an pour “Fontaine, l’é­di­tion citoyenne”, un jour­nal auto-pro­mo­tion­nel de 6 à 12 minutes dif­fusé chaque semaine sur Télégrenoble depuis février 2016… et visi­ble­ment très peu visionné en ligne si l’on se fie aux nombres de vues affi­chés.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
5354 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Bonjour
    Nous deman­dons aux medias de relayer les dires de la popu­la­tion.…
    Quelque soit notre obé­dience.…..

    sep article
  2. sep article
  3. Bonjour
    Grenoble fon­taine saint mar­tin d’heres , cela fait plus de 40 ans que le clien­té­lisme est uti­lise par un poli­tique sans veri­table solu­tion.
    Il exite de nom­breux cas de pis­ton dans l’at­tri­bu­tion de logements,mais aussi pour un emploi a la mai­rie et sur­tout pour l’at­tri­bu­tion de sub­ven­tions.
    Plus vous etes proche du maire plus vous pou­vez bene­fi­cier de ce style de methodes.…
    Tout le micro­cosme gre­no­blois est au cou­rant mais ils ne connaissent que cette méthode.
    Les medias savent tout cela..

    Pour info :
    https://www.google.fr/url?sa=t&source=web&rct=j&url=http://www.ledauphine.com/isere-sud/2015/05/16/marianne-a-du-mal-a-reconnaitre-une-partie-de-ses-enfants&ved=0ahUKEwj1ibXY8bXWAhUEtRoKHQF8CSoQFggcMAA&usg=AFQjCNHbMDXA17BwlN4BkvFx-25Xrmjddg

    sep article
  4. Pour info, « Fontaine l’é­di­tion citoyenne » n’a démarré que le 16 février 2016 sur l’an­tenne de télé­gre­noble. En 2015 l’é­mis­sion n’exis­tait pas. Le mon­tant annoncé n’est pas non plus le bon. Quant au nombre de vues, télé­gre­noble a la chance d’é­mettre sur une fré­quence TNT. Son audience ne se mesure donc pas à par­tir des clics du web. La der­nière étude de Médiamétrie en notre pos­ses­sion esti­mait l’au­dience de la chaîne à plus de 30 000 télé­spec­ta­teurs par jour avec une durée d’é­coute moyenne quo­ti­dienne de 26 minutes. Soit 100 à 150 000 per­sonnes dif­fé­rentes qui regardent télé­gre­noble chaque semaine. Des chiffres qui rendent l’in­ves­tis­se­ment d’une col­lec­ti­vité comme Fontaine sur un média comme le notre beau­coup plus per­ti­nent. D’autant que 100% de notre contenu est acces­sible gra­tui­te­ment pour tous les télé­spec­ta­teurs.

    sep article
    • PT

      21/08/2017
      23:20

      Merci pour ce com­men­taire. La date de début de dif­fu­sion a été rec­ti­fiée. Pour ce qui est des 35 000 euros par an payés par la Ville de Fontaine pour la dif­fu­sion de l’é­mis­sion « Fontaine l’é­di­tion citoyenne » sur Télégrenoble, il s’a­git bien du mon­tant indi­qué dans le rap­port d’ob­ser­va­tions défi­ni­tives de la CRC (p 19). Si jamais celui-ci n’est « pas le bon », merci de nous indi­quer le mon­tant exact.

      sep article
      • Le mon­tant est sur­éva­lué dans ce docu­ment mais même en par­tant de ce chiffre, on arrive à un coût de pro­duc­tion d’en­vi­ron 70 euros HT la minute d’é­mis­sion (sans comp­ter les dif­fu­sions) ce qui reste un tarif plus que com­pé­ti­tif dans le domaine de la pro­duc­tion audio­vi­suelle. De plus en plus de col­lec­ti­vi­tés inves­tissent de l’argent dans ce sec­teur avec une pro­duc­ti­vité sou­vent dis­cu­table. La ville de Fontaine a jus­te­ment choisi d’op­ti­mi­ser cet inves­tis­se­ment en pas­sant par notre inter­mé­diaire. La cour des comptes n’a d’ailleurs fait aucune remarque sur ce contrat.

        sep article