Elisa Martin, 1ère adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisa Martin : “Ce qui préoccupe les Grenoblois en matière de sécurité nous préoccupe de la même manière”

Élisa Martin : “Ce qui préoccupe les Grenoblois en matière de sécurité nous préoccupe de la même manière”

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

ENTRETIEN – La récente intervention, très médiatisée, de Jean-Yves Coquillat, procureur de la République, sur le trafic de stupéfiants à Grenoble a replacé la sécurité au cœur du débat politique grenoblois. Réponse d’Élisa Martin, première adjointe d’Éric Piolle et responsable de la tranquillité publique, suite à l’entretien accordé à Place Gre’net sur le bilan à mi-mandat de l’équipe municipale.

 

 

Elisa Martin, 1ère adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisa Martin, 1re adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Les récentes décla­ra­tions de Jean-Yves Coquillat, pro­cu­reur de la République de Grenoble au sujet du tra­fic de stu­pé­fiant dans l’ag­glo­mé­ra­tion ont secoué la tor­peur esti­vale gre­no­bloise. Le magis­trat n’y est pas allé avec le dos de la cuillère, esti­mant, dans Le Dauphiné libéré, la ville de Grenoble « pour­rie et gan­gre­née par le tra­fic de drogue ».

 

De quoi sus­ci­ter des réac­tions, mal­gré la trêve esti­vale, dont celle de la pre­mière inté­res­sée, Élisa Martin dans les colonnes du Dauphiné libéré. Alors que la pre­mière adjointe délé­guée à la tran­quillité publique nous avait accordé, en amont des décla­ra­tions du pro­cu­reur, un entre­tien sur la tran­quillité publique (ci-des­sous), elle a accepté de nous livrer sa réac­tion sur cette récente actualité.

 

« JE TROUVE CE MAGISTRAT TRÈS FORT, INDÉPENDANT ET LIBRE »

 

« Nous avons beau­coup d’es­time pour ce magis­trat. Moi je le trouve très fort, très indé­pen­dant et libre. C’est une belle repré­sen­ta­tion de la jus­tice fran­çaise », nous explique Élisa Martin, qui revient sur les pro­pos du pro­cu­reur ce mardi 1er août. Et de pour­suivre : « Après, c’est sûr que quand on a un mon­sieur qui est pro­cu­reur de la République, un per­son­nage impor­tant, réfé­rent […] et qu’il dit des choses comme cela, ça aide la société fran­çaise à poser le pro­blème. »

 

Trafic de stupéfiants DR

Trafic de stu­pé­fiants. DR

Pour autant, aussi explo­sive qu’ait été la décla­ra­tion de Jean-Yves Coquillat, l’é­quipe muni­ci­pale n’en­vi­sage pas de modi­fier ses prio­ri­tés en matière de tran­quillité publique. Tout en se défen­dant bien de vou­loir élu­der la question.

 

De fait, des actions étaient déjà pré­vues bien avant les décla­ra­tions du pro­cu­reur (cf. interview).

 

Notamment, dès ce mois de sep­tembre, un plan de sen­si­bi­li­sa­tion autour des ques­tions de pros­ti­tu­tion et au mois d’oc­tobre une cam­pagne de com­mu­ni­ca­tion à des­ti­na­tion des consom­ma­teurs de can­na­bis. « C’est juste qu’il ne faut pas non plus que les choses se bous­culent », jus­ti­fie Élisa Martin.

 

« Qu’il aille faire son boulot à l’Assemblée nationale, celui-là ! »

 

Mais si la pre­mière adjointe s’est mon­trée dithy­ram­bique au sujet du pro­cu­reur, elle a été beau­coup moins tendre avec Olivier Véran, nou­veau député de la 1re cir­cons­crip­tion. « On ne peut plus par­ler de tran­quillité publique et de ville apai­sée dès lors que l’ordre répu­bli­cain n’est plus assuré sur l’ensemble du ter­ri­toire gre­no­blois », avait-il cri­ti­qué le 27 juillet dans les colonnes du Dauphiné libéré. De quoi pro­vo­quer l’ire de la pre­mière adjointe.

 

« Qu’il aille faire son bou­lot à l’Assemblée natio­nale, celui-là ! », ful­mine-t-elle. Et de pour­fendre : « Plutôt que de faire de la poli­tique à deux balles qu’il fasse son bou­lot de député comme, nous, nous fai­sons notre tra­vail d’é­lus muni­ci­paux ! Qui est-il pour dire des choses pareilles, c’est inacceptable ! »

 

 

Avant que Jean-Yves Coquillat ne s’ex­prime, nous avions inter­rogé Élisa Martin au sujet de la tran­quillité publique. Un point d’é­tape alors que la muni­ci­pa­lité Piolle par­vient à plus de la moi­tié de son man­dat électoral.

 

 

Place Gre’net : En 2016, Bernard Cazeneuve en visite à Grenoble pointait une progression de la délinquance dans la ville. Que vous évoquent ces chiffres ?

 

Élisa Martin : II faut obser­ver une pru­dente réserve et un cer­tain recul face à ces chiffres qui reflètent, avant toute chose, l’ac­ti­vité de la police et les prio­ri­tés actuelles du minis­tère de l’Intérieur. N’y figurent pas les petits actes d’in­ci­vi­li­tés ou encore, beau­coup plus graves, les agres­sions sexuelles qui n’ont pas fait l’ob­jet de dépôt de plainte et encore moins d’enquêtes.

 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bernard Cazeneuve, lors de sa visite à Grenoble en 2016 alors qu’il était ministre de l’Intérieur. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Par ailleurs, le minis­tère de l’Intérieur a, depuis deux ans, com­plè­te­ment refondé son sys­tème de sta­tis­tiques pour le rendre com­plè­te­ment homo­gène. Aujourd’hui, tous les ser­vices de polices entrent de la même façon tous les indi­ca­teurs qui per­mettent de faire de vraies com­pa­rai­sons qui ne seront exploi­tables qu’à comp­ter de l’an­née prochaine.

 

Force est de consta­ter, après trois ans de délé­ga­tion de tran­quillité publique mais aussi en lisant Mafias de l’an­cien juge d’instruction Gilbert Thiel – mon homo­logue à Nancy, qui consacre un cha­pitre entier à Grenoble –, que dans la ville et son agglo­mé­ra­tion nous avons une situa­tion par­ti­cu­lière où une cer­taine “voyou­te­rie” s’est ins­tal­lée et par­fai­te­ment orga­ni­sée, ce qui explique les règle­ments de comptes de 2015. Mais oui, bien sûr que cette situa­tion nous inquiète. Quand vous voyez des situa­tions comme à Saint-Bruno où des gens “arrosent” sur l’es­pace public, on ne peut que l’être.

 

 

« La police muni­ci­pale, après trois ans, est bien meilleure

qu’elle ne l’é­tait quand nous sommes arri­vés »

 

 

La tranquillité publique repose en partie sur la police municipale. Ses effectifs ont-ils évolué ? Et ses ressources humaines sont-elles mieux réparties sur l’ensemble de la ville ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 76 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Trois nouvelles personnes ont été interpellées dans le cadre de l'enquête visant les trafiquants de stupéfiants quartier de l'Alma à Grenoble
Gros coup de filet de la brigade des stupéfiants dans le quartier de l’Alma à Grenoble

  EN BREF – Le lundi 25 janvier 2021, la brigade des stupéfiants a interpellé onze personnes suspectées d'opérer un  important trafic à partir du Lire plus

Trafic de stupéfiants DR
Un important trafic de stupéfiants démantelé par le groupe d’action anti-drogue à Fontaine

  FLASH INFO - Ce 15 décembre 2020, le Groupe d'action anti-drogue de la Sûreté départementale de l'Isère a démantelé un important trafic de stupéfiants, Lire plus

Feuille de cannabis. DR
Cannabis : plusieurs maires dont Éric Piolle prônent la légalisation, encadrée et contrôlée par l’État

  FOCUS - Ce mercredi 4 novembre 2020, une visioconférence se tenait dans le cadre d'une mission d'information sur la réglementation du cannabis de l'Assemblée Lire plus

Trois nouvelles personnes ont été mises en examen dans le cadre de la saisie de 16 gk de cocaïne à Grenoble en août 2020.
Trois nouvelles mises en examen après la saisie de 16 kg de cocaïne

  FLASH INFO - Trois nouvelles personnes ont été mises en examen ce 15 octobre 2020 pour trafic de stupéfiants et association de malfaiteurs, dans Lire plus

Trafic à Grenoble : le torchon brûle entre Piolle et Darmanin
Lutte contre le trafic de drogue à Grenoble : le torchon brûle entre Gérald Darmanin et Eric Piolle

  FOCUS -  L'inimitié grandit chaque jour un peu plus entre le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin et Eric Piolle, maire EELV de Grenoble. Chacun Lire plus

Mistral : opération de police après la vidéo virale de dealers Lionel Beffre, préfet de l'Isère et Fabienne Lewandowski, directrice de la DDSP de l'Isère lors de l'opération de police menée quartier Mistral. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Après la vidéo de dealers armés, l’État montre ses muscles au cœur du quartier Mistral à Grenoble

  REPORTAGE VIDÉO - Une importante opération de police (et de communication) a eu lieu ce mercredi 26 août 2020 au cœur du quartier Mistral Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin