Elisa Martin, 1ère adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisa Martin : “Ce qui pré­oc­cupe les Grenoblois en matière de sécu­rité nous pré­oc­cupe de la même manière”

Élisa Martin : “Ce qui pré­oc­cupe les Grenoblois en matière de sécu­rité nous pré­oc­cupe de la même manière”

ENTRETIEN - La récente intervention, très médiatisée, de Jean-Yves Coquillat, procureur de la République, sur le trafic de stupéfiants à Grenoble a replacé la sécurité au cœur du débat politique grenoblois. Réponse d'Élisa Martin, première adjointe d'Éric Piolle et responsable de la tranquillité publique, suite à l'entretien accordé à Place Gre'net sur le bilan à mi-mandat de l'équipe municipale.

 

 

Elisa Martin, 1ère adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Élisa Martin, 1re adjointe du maire de Grenoble. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Les récentes déclarations de Jean-Yves Coquillat, procureur de la République de Grenoble au sujet du trafic de stupéfiant dans l'agglomération ont secoué la torpeur estivale grenobloise. Le magistrat n'y est pas allé avec le dos de la cuillère, estimant, dans Le Dauphiné libéré, la ville de Grenoble « pourrie et gangrenée par le trafic de drogue ».

 

De quoi susciter des réactions, malgré la trêve estivale, dont celle de la première intéressée, Élisa Martin dans les colonnes du Dauphiné libéré. Alors que la première adjointe déléguée à la tranquillité publique nous avait accordé, en amont des déclarations du procureur, un entretien sur la tranquillité publique (ci-dessous), elle a accepté de nous livrer sa réaction sur cette récente actualité.

 

« JE TROUVE CE MAGISTRAT TRÈS FORT, INDÉPENDANT ET LIBRE »

 

« Nous avons beaucoup d'estime pour ce magistrat. Moi je le trouve très fort, très indépendant et libre. C'est une belle représentation de la justice française », nous explique Élisa Martin, qui revient sur les propos du procureur ce mardi 1er août. Et de poursuivre : « Après, c'est sûr que quand on a un monsieur qui est procureur de la République, un personnage important, référent […] et qu'il dit des choses comme cela, ça aide la société française à poser le problème. »

 

Trafic de stupéfiants DR

Trafic de stupéfiants. DR

Pour autant, aussi explosive qu'ait été la déclaration de Jean-Yves Coquillat, l'équipe municipale n'envisage pas de modifier ses priorités en matière de tranquillité publique. Tout en se défendant bien de vouloir éluder la question.

 

De fait, des actions étaient déjà prévues bien avant les déclarations du procureur (cf. interview).

 

Notamment, dès ce mois de septembre, un plan de sensibilisation autour des questions de prostitution et au mois d'octobre une campagne de communication à destination des consommateurs de cannabis. « C'est juste qu'il ne faut pas non plus que les choses se bousculent », justifie Élisa Martin.

 

« Qu'il aille faire son boulot à l'Assemblée nationale, celui-là ! »

 

Mais si la première adjointe s'est montrée dithyrambique au sujet du procureur, elle a été beaucoup moins tendre avec Olivier Véran, nouveau député de la 1re circonscription. « On ne peut plus parler de tranquillité publique et de ville apaisée dès lors que l’ordre républicain n’est plus assuré sur l’ensemble du territoire grenoblois », avait-il critiqué le 27 juillet dans les colonnes du Dauphiné libéré. De quoi provoquer l'ire de la première adjointe.

 

« Qu'il aille faire son boulot à l'Assemblée nationale, celui-là ! », fulmine-t-elle. Et de pourfendre : « Plutôt que de faire de la politique à deux balles qu'il fasse son boulot de député comme, nous, nous faisons notre travail d'élus municipaux ! Qui est-il pour dire des choses pareilles, c'est inacceptable ! »

 

 

Avant que Jean-Yves Coquillat ne s'exprime, nous avions interrogé Élisa Martin au sujet de la tranquillité publique. Un point d'étape alors que la municipalité Piolle parvient à plus de la moitié de son mandat électoral.

 

 

Place Gre'net : En 2016, Bernard Cazeneuve en visite à Grenoble pointait une progression de la délinquance dans la ville. Que vous évoquent ces chiffres ?

 

Élisa Martin : II faut observer une prudente réserve et un certain recul face à ces chiffres qui reflètent, avant toute chose, l'activité de la police et les priorités actuelles du ministère de l'Intérieur. N'y figurent pas les petits actes d'incivilités ou encore, beaucoup plus graves, les agressions sexuelles qui n'ont pas fait l'objet de dépôt de plainte et encore moins d'enquêtes.

 

Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bernard Cazeneuve, lors de sa visite à Grenoble en 2016 alors qu'il était ministre de l'Intérieur. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Par ailleurs, le ministère de l'Intérieur a, depuis deux ans, complètement refondé son système de statistiques pour le rendre complètement homogène. Aujourd'hui, tous les services de polices entrent de la même façon tous les indicateurs qui permettent de faire de vraies comparaisons qui ne seront exploitables qu'à compter de l'année prochaine.

 

Force est de constater, après trois ans de délégation de tranquillité publique mais aussi en lisant Mafias de l'ancien juge d’instruction Gilbert Thiel – mon homologue à Nancy, qui consacre un chapitre entier à Grenoble –, que dans la ville et son agglomération nous avons une situation particulière où une certaine “voyouterie” s'est installée et parfaitement organisée, ce qui explique les règlements de comptes de 2015. Mais oui, bien sûr que cette situation nous inquiète. Quand vous voyez des situations comme à Saint-Bruno où des gens “arrosent” sur l'espace public, on ne peut que l'être.

 

 

« La police municipale, après trois ans, est bien meilleure

qu'elle ne l'était quand nous sommes arrivés »

 

 

La tranquillité publique repose en partie sur la police municipale. Ses effectifs ont-ils évolué ? Et ses ressources humaines sont-elles mieux réparties sur l'ensemble de la ville ?

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 76 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Tribune libre : "De la “culture” du tag à la “souillure” partout dans Grenoble, jusqu’à la violence"
Tribune libre : « De la “culture” du tag à la “souillure” par­tout dans Grenoble, jusqu’à la violence »

TRIBUNE LIBRE - L'Union des habitants du centre-ville (UHCV) de Grenoble remet la question des tags sur le tapis en interpellant la Ville, tant sur Lire plus

Un second Chatipi, refuge pour chats errants, prochainement implanté rue Anatole-France à Grenoble
Un second Chatipi, refuge pour chats errants, pro­chai­ne­ment ins­tallé rue Anatole-France à Grenoble

FLASH INFO - La Ville de Grenoble annonce l'installation prochaine d'un second "Chatipi" sur son territoire, après celui mis en place en décembre 2022 quai Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Mehdi Boulenouane, ex-figure du nar­co­tra­fic dans le quar­tier Mistral, exé­cuté par balles en Seine-Saint-Denis

FLASH INFO - Mehdi Boulenouane, ex-caïd du trafic de stupéfiants dans le quartier Mistral, a été abattu par balles, jeudi 16 mai 2024, en fin Lire plus

Yassine Lakhnech (encore) réélu à la présidence de l'UGA, ses opposants pointent du doigt des failles démocratiques
Yassine Lakhnech (encore) réélu à la pré­si­dence de l’UGA : ses oppo­sants dénoncent des failles démocratiques

FOCUS - Alors que sa réélection en janvier 2024 avait été annulée par le tribunal administratif, Yassine Lakhnech a été ré-réélu président de l'UGA par Lire plus

"Femme et racisée", Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité grenobloise après s'être vue refuser la délégation Égalité des droits?
« Femme et raci­sée », Maude Wadelec a‑t-elle quitté la majo­rité gre­no­bloise après s’être vue refu­ser la délé­ga­tion Égalité des droits ?

FOCUS - Pour quelles raisons Maude Wadelec a-t-elle quitté la majorité du conseil municipal pour figurer désormais parmi les élus d'opposition, en tant que non Lire plus

Le Mois des fiertés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa traditionnelle Marche des fiertés samedi 1er juin
Le Mois des fier­tés 2024 prend son envol à Grenoble, avec sa tra­di­tion­nelle Marche des fier­tés samedi 1er juin

FLASH INFO - Le Mois des fiertés de Grenoble, porté par l'association Grenoble Fiertés, prend son envol jeudi 16 mai et se poursuivra jusqu'au dimanche Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !