Le skate slalom consiste à effectuer le plus vite possible un parcours en slalomant entre des cônes. © Pat LR Oldman

Une Grenobloise cham­pionne de France de skate slalom

Une Grenobloise cham­pionne de France de skate slalom

EN BREF – Mi-juillet à Nantes, la Grenobloise Lydie Visona a conservé son titre natio­nal en skate sla­lom. Une dis­ci­pline qui reste mécon­nue en France. Debout sur un ska­te­board, il s’a­git de sla­lo­mer entre des cônes sans les ren­ver­ser. Le vain­queur est celui qui effec­tue le par­cours le plus vite pos­sible, chaque cône tombé ajou­tant un dixième de seconde à son temps. Explications de la double cham­pionne de France.

Le skate slalom consiste à effectuer le plus vite possible un parcours en slalomant entre des cônes. © Mao photos

En skate sla­lom, le but est d’ef­fec­tuer le plus vite pos­sible un par­cours sur son ska­te­board en sla­lo­mant entre des cônes sans les faire tom­ber. © Pat LR Oldman

Quand on évoque le ska­te­board, on pense sou­vent aux figures spec­ta­cu­laires que réa­lisent cer­tains avec cette planche à rou­lettes. Ou à un moyen de se dépla­cer. Beaucoup moins au skate slalom.

Lydie Visona pra­tique cette dis­ci­pline depuis 2009.

Actuellement 32e mon­diale, la jeune Grenobloise vient d’être sacrée double cham­pionne de France. Après avoir décro­ché son pre­mier titre à Grenoble en 2016, elle a en effet réussi le dou­blé à Nantes mi-juillet.

« Ce qui me plaît, c’est l’adrénaline »

Adepte des sports de glisse – vélo de des­cente, ski, snow­board, wake­board (com­bi­nai­son de tech­niques de ski nau­tique, de snow­board et de surf) –, Lydie Visona a décou­vert cette dis­ci­pline un peu par hasard.

Un cône renversé équivaut à une pénalité d'un dixième de seconde. © Mao photos

Un cône ren­versé équi­vaut à une péna­lité d’un dixième de seconde. © Pat LR Oldman

« J’étais béné­vole au Désaxé World Ride [ren­dez-vous inter­na­tio­nal des sports de glisse urbain avec du BMX et du ska­te­board notam­ment, ndlr] qui avait lieu chaque année à Grenoble, à l’Anneau de vitesse [jus­qu’en 2016, ndlr]. Il y avait chaque fois une grande com­pé­ti­tion de skate sla­lom. J’ai com­mencé par être juge de cônes. Et je fai­sais un peu de long­board [sport sur une planche à rou­lettes plus longue qu’un ska­te­board clas­sique, ndlr]. J’ai voulu essayer, j’ai accro­ché ! », explique-t-elle.

Le prin­cipe de cette dis­ci­pline spor­tive ? Boucler le plus rapi­de­ment pos­sible un par­cours sur lequel des cônes sont dis­po­sés, en sla­lo­mant entre eux sans les faire tom­ber. Chaque cône ren­versé occa­sionne une péna­lité d’un dixième de seconde, ajou­tée au temps du concurrent.

Il existe trois sla­loms : le géant, le spé­cial et l’hybride. En sla­lom géant, le ska­ter, qui s’élance d’une rampe, est seul face au chro­no­mètre sur un par­cours en des­cente. En sla­loms spé­cial et hybride, deux concur­rents s’affrontent en paral­lèle. Selon la dis­ci­pline, les cônes sont plus ou moins espa­cés, et pla­cés soit tout droits, soit à droite et à gauche.

« Ce qui me plaît, c’est l’adrénaline ! », indique Lydie Visona. « Il faut aller assez vite, ne pas ren­ver­ser de cônes et être vrai­ment concen­tré. Il s’agit de faire le vide dans sa tête. Le moindre petit élé­ment peut venir vous stres­ser et gâcher votre course », pré­cise-t-elle. Quelles qua­li­tés faut-il avoir pour bien se débrouiller en skate sla­lom ? « L’équilibre, du sang-froid, de la confiance en soi, parce qu’on va quand même vite – si on tombe, on peut se faire mal – et bien sûr savoir faire du skate. »

Lydie, seule femme à pra­ti­quer ce sport à Grenoble

Lydie Visona a décroché à Nantes son deuxième titre de championne de France. © Mao photos

Lydie Visona a décro­ché à Nantes son deuxième titre de cham­pionne de France. © Pat LR Oldman

Alors qu’il s’est démo­cra­tisé aux États-Unis et dans les pays de l’Est, ce sport reste confi­den­tiel en France. « À Grenoble, je suis la seule fille à le pra­ti­quer et il doit y avoir cinq ou six gar­çons », déplore Lydie Visona. Qui sou­hai­te­rait que d’autres la rejoignent du côté de l’Anneau de vitesse de Grenoble, où elle s’entraîne « quelques heures par mois. »

Seulement ? « Entre le bou­lot à plein temps, les enfants, plus l’association que l’on gère [Cali, Cause ani­maux libres Isère, ndlr], c’est un peu com­pliqué », confie-t-elle.

La plus grosse dif­fi­culté pour elle reste de pou­voir par­ti­ci­per aux courses, avec les frais que cela néces­site, notam­ment pour les dépla­ce­ments. « Mon objec­tif est de trou­ver un spon­sor pour faire les com­pé­ti­tions loin­taines et coû­teuses », résume Lydie Visona.

Prochain ren­dez vous pour la Grenobloise : début août en République tchèque. Sur son ska­te­board, elle ten­tera de pro­gres­ser dans la hié­rar­chie mondiale.

Laurent Genin

Laurent Genin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Éric Piolle, maire de Grenoble, accueillait vendredi 10 mai 2024, les équipes féminines de football à 4 participant à la première édition du tournoi européen Solid'Her. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Sans-abrisme : Grenoble accueille la pre­mière édi­tion du tour­noi inter­na­tio­nal de foot­ball à 4 fémi­nin Solid’Her

FOCUS - C'est sur l'anneau de vitesse du parc Paul-Mistral que va se dérouler à Grenoble, ces 11 et 12 mai 2024, la première édition Lire plus

Grenoble : le club de judo de Mistral donne un cours dans la rue pour dénon­cer la sup­pres­sion d’un cré­neau au Plateau

EN BREF - Le club Amicale sportive Mistral Drac (ASMD) judo a dispensé "le premier cours de judo dans la rue", jeudi 2 mai 2024, Lire plus

GF38 : défaite frus­trante face à Saint-Étienne devant 15 000 spec­ta­teurs, des inci­dents mineurs au Stade des Alpes

EN BREF - Le GF38 s'est incliné en fin de match face à l'AS Saint-Étienne (0-2), mardi 23 avril, au Stade des Alpes, devant plus Lire plus

Le tournoi d'ultimate, Spring Tour 2024, a lieu en avril à Sassenage. Les meilleures équipes de 2e division nationale d’ultimate se sont affrontées les 14 et 15 janvier à Grenoble. L'équipe grenobloise des Monkey finit 2e.
Ultimate Frisbee : le Spring Tour, pre­mière par­tie du tour­noi euro­péen, se dérou­lera à Sassenage

ÉVÉNEMENT – Sassenage accueille le Spring Tour au complexe du Vieux Melchior, les samedi 20 et dimanche 21 avril 2024. Un évènement organisé par Les Lire plus

Ligue Magnus : les Brûleurs de Loups au bord du gouffre avant le match 5 de leur demi-finale face à Bordeaux

EN BREF - Battus à domicile par les Boxers de Bordeaux (3-4), mercredi 27 mars 2024, les Brûleurs de Loups sont désormais au bord de Lire plus

Roller-hockey : l’é­quipe fémi­nine des Yeti’s de Grenoble rem­porte sa pre­mière Coupe de France

FLASH INFO - L'équipe féminine des Yeti's a remporté la Coupe de France de roller-hockey en dominant les Hawks d'Angers (5-1) en finale, dimanche 17 Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !