Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Demain onze vaccins obligatoires ? Des associations en appellent à la liberté vaccinale

sep article

Alors que la ministre de la Santé Agnès Buzyn envisage de rendre obligatoires onze vaccins, des associations montent au créneau un peu partout en France. A Grenoble, elles appellent à un rassemblement le 8 juillet de 10 à 16 heures au jardin de ville, à côté du téléphérique, au nom de la liberté vaccinale.

 

 

La ministre de la Santé veut rendre obligatoire onze vaccins, contre trois aujourd'hui. Des associations réclament la liberté de choisir.Aujourd’hui, seuls trois vaccins sont obligatoires pour les enfants – contre la diphtérie, le tétanos et la polio – mais déjà difficiles à trouver en l’état, c’est-à-dire non regroupés avec d’autres vaccins qui ne le sont pas.

 

Demain, huit autres pourraient bien s’ajouter à la liste. Jusque-là seulement recommandés, les vaccins contre la coqueluche, la rougeole, les oreillons, la rubéole, l’hépatite B, la bactérie Haemophilus influenzae, le pneumocoque et le méningocoque C devraient en effet devenir obligatoires.

 

A Grenoble comme un peu partout en France, les associations de lutte pour la liberté vaccinale et de soutien aux victimes des vaccins n’entendent pas, à travers ce rassemblement, remettre en cause la vaccination. « Nous pensons aussi que celle-ci a contribué à l’éradication de nombreuses maladies mortelles », soulignent-elles dans un communiqué. Mais pour elles, pas question de vacciner tous les enfants et adultes sans discernement, « sans prendre en compte les particularités génétiques de chacun et de continuer à adjuver ces vaccins à l’aluminium : deux facteurs à l’origine des dégâts post vaccinaux ».

 

 

En cause, la faible couverture vaccinale

 

Alors que la rougeole fait depuis quelques années une réapparition dans l’Hexagone et que la méningite fait tous les ans des victimes, notamment chez les adolescents, le faible taux de couverture vaccinale pousse les autorités publiques sanitaires à une campagne massive. Elle serait néanmoins limitée dans la durée, qui pourrait être de cinq à dix ans selon la ministre de la Santé.

 

Pour les associations, cette obligation va à l’encontre d’un des principes fondateurs : la liberté et donc la liberté vaccinale. « Nous trouvons dommageable le fait de nous faire imposer la vaccination sans explication valable et sans transparence », soulignent-elles.

 

 

PC

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
4036 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Les médecins n’ont aucune idée de l’interaction que peuvent avoir 11 vaccins ! il faudrait combien de morts pour ne pas rajouter au moins les 8 vaccins dont il est question ?
    Des maladies comme la tuberculose réapparaissent, certes, mais si les conditions de vie et d’hygiène étaient meilleures ces maladies ne reviendraient pas. C’est une marque de pauvreté. Bientôt la France dans le 1/3 monde ?

    sep article
  2. Et bien non.
    Aucune liberté qui tienne en la matière car sans vaccination on est non seulement un danger pour soi-même mais également pour les autres. Les parents refusant de faire vacciner leurs gosses devraient se les voir retirer. Tout simplement.

    Voyez donc l’histoire de cet enfant morts de la TB qui a sans doute été contaminé par son enseignante. Vacciné le pauvre gamin?
    http://www.leparisien.fr/faits-divers/une-prof-contracte-la-tuberculose-depistages-dans-sept-ecoles-de-la-vienne-26-06-2017-7089720.php

    sep article
    • La liberté est une devise nationale, un droit fondamental garanti par notre constitution.
      Le BCG n’est plus obligatoire depuis 2007, il y a peu de cas. Cet événement est bien entendu tragique, mais ce n’est pas une raison pour adopter un comportement totalitaire. Apprenez à vivre en société ou déménagez en Corée du Nord.

      sep article