L’ex-socialiste devenu macroniste Fabrice Hugelé perd sa délégation à la Métro mais reste conseiller

sep article



Le président de La Métro, Christophe Ferrari, l’avait clairement fait savoir au soir des résultats du second tour des élections législatives : Fabrice Hugelé, le vice-président de Grenoble Alpes-Métropole en charge de l’économie, de l’industrie, du tourisme et de l’attractivité du territoire allait devoir laisser sa place. C’est chose faite, actée dans un communiqué envoyé ce jeudi 29 juin : le maire de Seyssins laisse sa délégation mais conserve néanmoins son siège de conseiller métropolitain.

 

 

Fabrice Hugelé, candidat LREM

Fabrice Hugelé. © Patricia Cerinsek

Réponse du ber­ger à la ber­gère ? Dans les rangs socia­listes, c’est peu dire que l’on n’a pas digéré et la tra­hi­son et la manière de faire.

 

Celui qui était le sup­pléant, socia­liste, de Marie-Noëlle Battistel, avait planté la dépu­tée sor­tante en pleine cam­pagne pour deve­nir macro­niste et rejoindre les rangs de La République en marche (LREM), pos­tu­lant du même coup au siège de député sur la 4e cir­cons­crip­tion.

 

Exclu du PS, il avait fina­le­ment été battu au second tour par Marie-Noëlle Battistel, et été seul mar­cheur en Isère à ne pas accé­der au second tour…

 

 

« Je reste mobilisé […] aux côtés du président Christophe Ferrari »

 

 

Fabrice Hugelé quitte donc son siège de vice-pré­sident mais, visi­ble­ment ravisé, pas l’hé­mi­cycle métro­po­li­tain. « La période poli­tique récente m’a conduit à prendre de la dis­tance à l’égard du pro­jet porté par le parti socia­liste pour les pré­si­den­tielles et, par inci­dence, à l’égard du col­lec­tif métro­po­li­tain », s’en explique-t-il dans un com­mu­ni­qué. « Dans le même temps, il m’importe que pré­vale l’intérêt de la Métropole, du ter­ri­toire et de ses habi­tants. En ce sens, je reste mobi­lisé, comme je l’ai tou­jours été, au ser­vice des enga­ge­ments forts du contrat de majo­rité en matière de déve­lop­pe­ment éco­no­mique et d’attractivité et aux côtés du pré­sident Christophe Ferrari. »

 

Une fois les défaites digé­rées, la pro­ba­bi­lité de voir se consti­tuer un groupe LREM devrait rebattre des cartes à la ren­trée. « Je met­trai à pro­fit la trêve esti­vale pour consul­ter les dif­fé­rentes sen­si­bi­li­tés poli­tiques repré­sen­tées au sein du Conseil métro­po­li­tain, dans leur diver­sité et pro­po­se­rai un col­lec­tif renou­velé à la ren­trée », a pré­cisé dans la fou­lée Christophe Ferrari.

 

PC

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4030 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.