Le collège Lucie Aubrac, à la Villeneuve, a été en partie détruit par un incendie dans la nuit du 10 au 11 juin.

Incendie du col­lège Lucie Aubrac : plu­sieurs pistes pour la ren­trée… et beau­coup d’inquiétude

Incendie du col­lège Lucie Aubrac : plu­sieurs pistes pour la ren­trée… et beau­coup d’inquiétude

DÉCRYPTAGE - Cinq jours après l'incendie criminel ayant ravagé le collège Lucie Aubrac, à la Villeneuve, le rectorat et le Département ont dévoilé, ce vendredi 16 juin, les différentes pistes à l'étude pour la rentrée scolaire de septembre qui seront soumises à consultation des parents. Accueillis provisoirement dans les locaux de l'Espé (ex-IUFM) depuis mercredi, les 370 collégiens devraient être scolarisés dans un seul et même établissement, l'année prochaine. Dans la matinée, personnel, élèves et parents s'étaient rassemblés devant les grilles du collège pour lui rendre hommage. Encore sous le choc, à l'image de l'ensemble des habitants du quartier, ils expriment le souhait quasi unanime de rester à la Villeneuve.

 

 

 

Les collégiens et des élèves d'écoles primaires membres du réseau REP+ ont accroché des dessins et messages pour rendre hommage au collège, ce vendredi matin. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Collégiens et élèves d'écoles primaires membres du réseau Rep+ ont accroché des dessins et messages pour rendre hommage au collège, ce vendredi matin. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Fraîchement accrochés, des dizaines de dessins et messages ornent les grilles du collège Lucie Aubrac. Tous ont été réalisés par les collégiens, mais aussi par des élèves d'écoles primaires membres du réseau Rep+ (réseau d'éducation prioritaire), venus rendre hommage, ce vendredi matin, à l'établissement, en compagnie du personnel éducatif et de parents.

 

Au terme de cette matinée, débutée à l'Espace 600 par la lecture de textes, poèmes et témoignages, l'émotion est encore palpable sur la plupart des visages. Cinq jours après l'incendie criminel ayant détruit une partie du collège, dans la nuit de samedi à dimanche, la cicatrice est en effet loin d'être refermée.

 

Et sur les dessins scotchés aux grilles comme dans la plupart des conversations, un mot domine : « pourquoi ? » « Pourquoi le nôtre ? Pourquoi vous faites ça ? » Le terme trahit autant l'incompréhension que l'attachement à l'établissement de nombreux élèves.

 

Une partie du collège a été détruit par les flammes, dans la nuit de samedi à dimanche. © Manuel Pavard, Place Gre'net

Une partie du collège a été détruit par les flammes, dans la nuit de samedi à dimanche. © Manuel Pavard, Place Gre'net

 

Légèrement en retrait, un petit groupe de collégiennes discute. Elles se disent encore « choquées : on ne sait pas qui a fait ça mais on ne comprend pas du tout. À quoi ça leur sert ? On nous punit, nous, alors qu'on ne leur a rien fait ! Maintenant, on est obligé de suivre les cours ailleurs et on ne sait pas si on pourra revenir dans le quartier à la rentrée. Mais nous, on veut rester ici ! C'est chez nous et on l'aime bien, notre collège. »

 

 

 

« L'Espé n'a pas été pensé pour accueillir des collégiens, la chaleur y est insoutenable »

 

 

Principal sujet d'inquiétude partagé par les collégiens et leurs professeurs : la rentrée de septembre. « Dès le lendemain de l'incendie, la première question que nous ont posée les élèves, c'est : “où est-ce qu'on va partir ?”», témoigne d'ailleurs un enseignant. La structure métallique du bâtiment étant touchée et de nombreuses salles détruites par les flammes, il est en effet inenvisageable de réintégrer les locaux dans moins de trois mois. En attendant, le rectorat et le Département – en charge des collèges – ont dû parer au plus pressé.

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 73 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Manuel Pavard

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

De gauche à droite : Rida Ghalloudi (Sages), Mathieu Tovenatti (Ogic), Savinien De Pizzol, (agence Dumétier), Isabelle Peters, première adjointe de la Ville de Grenoble et Margot Belair, déléguée à l'Urbanisme lors de la présentation du projet de réhabilitation des Volets Verts de l'Abbaye. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet ! »

REPORTAGE - La Ville de Grenoble organisait, mercredi 22 mai 2024, une réunion publique d'information sur la réhabilitation de la cité des Volets verts dans Lire plus

Le comité local Attac 38 donne le coup d'envoi à une nouvelle campagne appelant à taxer les plus riches
Le comité local Attac 38 lance une nou­velle cam­pagne appe­lant à taxer les plus riches

FLASH INFO - Des militants du comité local Attac 38 se sont donné rendez-vous devant l'hôtel des impôts de Grenoble, avenue Rhin-et-Danube, jeudi 23 mai Lire plus

Européennes: la liste Écologie positive et Territoires a fait escale à Grenoble, sur les terres d'Éric Piolle
Européennes : les repré­sen­tants de la liste Écologie posi­tive et ter­ri­toires, en cam­pagne à Grenoble, taclent Éric Piolle

FOCUS - Éric Lafond, porte-parole national de la liste candidate aux élections européennes 2024 Écologie positive et territoires, et son candidat isérois Bernard Zamora ont Lire plus

fusillades
Grenoble : deux nou­veaux bles­sés par balles dans les quar­tiers de l’Alma et Bajatière-Capuche

FLASH INFO - Dans la soirée du 23 mai 2024, deux nouvelles fusillades ont eu lieu à Grenoble, l’une à l’Alma, l’autre à la limite Lire plus

Des riverains de l'avenue Washington (toujours) opposés au projet d'aménagement de la Ville de Grenoble
Des rive­rains de l’a­ve­nue Washington très mobi­li­sés contre le pro­jet d’a­mé­na­ge­ment de la Ville de Grenoble

FOCUS - Les opposants au projet d'aménagement du sud de l'avenue Washington se sont donné rendez-vous devant l'hôtel de Ville de Grenoble mercredi 22 mai Lire plus

Les 48 heures de l’a­gri­cul­ture urbaine de retour à Grenoble le week-end du 25 et 26 mai 2024

ÉVÉNEMENT - Les 48 heures de l'Agriculture urbaine sont de retour sur la métropole grenobloise (comme sur l'ensemble de la France) les samedi 25 et Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !