Le Département étend à toute l’Isère la « réciprocité » pour les allocataires du RSA

sep article

Sandrine Martin-Grand, vice-présidente du Conseil départemental en charge des Actions de solidarité et de l’Insertion, vient d’annoncer que l’expérimentation de la « réciprocité » dans le cadre du RSA sera élargi à l’ensemble du département de l’Isère.

 

 

Sandrine Martin-Grand, vice-pré­si­dente du Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère en charge des Actions de soli­da­rité et de l’Insertion. © Florent Mathieu – placegrenet.fr

« La vision que nous por­tons autour de la réci­pro­cité consen­tie pro­voque de l’adhésion et du résul­tat », juge Sandrine Martin-Grand. Après plu­sieurs mois de tests sur trois sites (la Porte des Alpes, le Service local de soli­da­rité du Pont-de-Claix et le Trièves), le Département estime en effet que les résul­tats « confirment la direc­tion prise » par « des résul­tats encou­ra­geants ». Et met donc en place sa géné­ra­li­sa­tion.

 

 

La réciprocité inscrite au sein du Contrat d’engagement réciproque

 

 

« Au terme de l’expérimentation, envi­ron 400 Contrats d’engagement réci­proques ont été signés entre le Département de l’Isère et les béné­fi­ciaires sociaux, sur la période s’étalant d’octobre 2016 à avril 2017 », indiquent les ser­vices du Département. La « réci­pro­cité consen­tie » appa­raît dans une annexe du Contrat d’en­ga­ge­ment réci­proque, dont la signa­ture est obli­ga­toire pour pou­voir per­ce­voir le RSA. Ce qui explique pro­ba­ble­ment que seule­ment 3 % des per­sonnes aient exprimé un refus d’en­ga­ge­ment.

 

« La logique de cette réci­pro­cité est celle d’une aide à l’intégration afin d’accompagner les allo­ca­taires du RSA vers l’emploi. Les enga­ge­ments pris par les allo­ca­taires révèlent ainsi leurs com­pé­tences et contri­buent à leur inser­tion sociale et pro­fes­sion­nelle », note encore le Département.

 

Sandrine Martin-Grand rencontre des allocataires RSA pour un débat à la Chimère Citoyenne en juin 2016 © Florent Mathieu - Place Gre'net

Sandrine Martin-Grand et des allo­ca­taires du RSA lors d’un débat à la Chimère Citoyenne en juin 2016. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La forme de ces enga­ge­ments ? « Associations de quar­tiers et cari­ta­tives, épi­ce­ries soli­daires, forums RSA, accom­pa­gne­ment de sor­ties sco­laires, sou­tien à des per­sonnes âgées, etc. », indique le Conseil dépar­te­men­tal. Sans pré­ci­ser plus avant les fonc­tions pré­cises, le temps demandé aux per­sonnes, ou les condi­tions dans les­quelles ces « enga­ge­ments » se déroulent.

 

 

Une généralisation du dispositif « à plein régime » en 2018

 

 

Fort de ces pre­miers résul­tats, l’expérimentation est donc éten­due à l’ensemble du dépar­te­ment à comp­ter de ce mois de juin. Quant aux trois ter­ri­toires déjà impli­qués dans la phase 1, le Département entend aller « un cran plus loin » en ren­for­çant le tra­vail avec les asso­cia­tions pour faci­li­ter l’intégration des béné­voles et en for­mant sys­té­ma­ti­que­ment tous les tra­vailleurs sociaux pour expli­quer la réci­pro­cité à tra­vers des ate­liers dédiés.

 

Dernière étape annon­cée pour l’an­née 2018 : un nou­veau Contrat d’en­ga­ge­ment réci­proque « ajusté » et « une géné­ra­li­sa­tion du dis­po­si­tif tour­nant alors à plein régime sur l’ensemble des ter­ri­toires ».

 

FM

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
5139 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.