CVCM : après la concertation, place au dialogue public dès ce 18 mai

sep article

Pendant les travaux du projet de piétonnisation du centre-ville, dits Cœurs de ville, cœurs de métropole, la concertation se poursuit. C’est du moins le vœu affiché par la Métropole et la ville de Grenoble. Après une première phase de concertation (contestée), le vote du projet (contesté aussi), puis les différents recours en référé devant la justice (rejetés mais d’autres recours au fond doivent encore être jugés), place à une seconde phase de concertation, lancée un mois pile après le démarrage des travaux.

 

 

 

Alors que la contes­ta­tion conti­nue de plus belle sur fonds d’embouteillages, la Ville de Grenoble et la Métro conti­nuent d’en appe­ler au dia­logue public, mais cette fois de manière très cir­cons­crite. En fait, sec­teur par sec­teur.

 

Le sec­teur Grenette ouvre donc le bal ce jeudi 18 mai à 18 h 30 à l’angle des rues République et Lafayette où trois élus (l’ad­jointe aux espaces publics Lucille Lheureux, le conseiller muni­ci­pal Antoine Back et le vice-pré­sident de la Métro en charge des dépla­ce­ments Yann Mongaburu) iront à la ren­contre des Grenoblois pour un temps d’é­change. Sur quoi ? Sur « leurs attentes en matière d’a­mé­na­ge­ment des nou­veaux espaces pié­tons », indique la Ville. Même concer­ta­tion à la marge ven­dredi 19 mai à 18 h 30 place de Bérulle pour le sec­teur Brocherie-Chenoise.

 

Un « dialogue public » en plusieurs temps

 

 

Quant aux autres sec­teurs, ils sui­vront en juin pour un « dia­logue public » en plu­sieurs temps. Pour Grenette par exemple, après les échanges sur le pro­jet ce 18 mai, un autre temps est prévu le 6 juin. L’occasion d’é­chan­ger, cette fois, sur les « attentes d’a­mé­na­ge­ment » avant le retour sur le ter­rain, place Grenette le 17 juin, pour une phase dite de dia­logue et d’ob­ser­va­tions autour d’a­ni­ma­tions (!). Enfin, le 29 juin, place au retour sur obser­va­tions et à la défi­ni­tion du pro­gramme.

 

Le calen­drier sera par contre plus res­treint sur les sec­teurs Brocherie-Chenoise (deux dates), Millet (deux dates), Chavant-Victor-Hugo (deux dates) et Lakanal-Championnet-Bonne (une date).

 

 

PC

 

Réouverture des musées
commentez lire les commentaires
2269 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Bonjour, n’en déplaise aux sup­por­ters de la muni­ci­pa­lité qui offi­cient ici, ren­dez vous sur la page de Grenoble à Coeur ou vous trou­ve­rez des repor­tages embou­teillages, et des rele­vés indi­quant une aug­men­ta­tion de la polu­tion fla­grante depuis le nou­veau plan de cir­cu­la­tion.

    sep article
  2. Je rejoins tota­le­ment Dauphinoix voi­ture ne veux pas dire chiffre d’af­faire. Et il n’y a pas plus de bou­chons qu’a­vant !

    sep article
  3. « sur fond d’embouteillages»… comme si il n’y en avait pas avant, des bou­chons.
    Le plan de cir­cu­la­tion changé per­met de libé­rer quelques par­ties d’es­pace public de la supré­ma­tie de la voi­ture, et de les redon­ner aux pié­tons (qui sont, faut-il le rap­pe­ler, les usa­gers les plus élé­men­taires d’un centre-ville dense).
    Évidemment, cela occa­sionne des per­tur­ba­tions (enfin, les tra­vaux de chauf­fage urbain plus que la pié­ton­ni­sa­tion elle-même). Notamment car les axes ne sont pas exten­sibles et qu’ils ne peuvent pas accueillir toutes les voi­tures du monde, en par­ti­cu­lier de ceux qui peuvent prendre un autre moyen de trans­port (et il y en a). De plus, il fau­dra un cer­tain temps aux auto­mo­bi­listes pour s’ha­bi­tuer au nou­veau plan de tra­fic.
    Cependant, en tant que grand défen­seur de ce pro­jet, je recon­nais les peurs (inquié­tude des com­mer­çants notam­ment) et dif­fi­cul­tés géné­rées. Le bou­le­vard Gambetta pour­rait être mieux réamé­nagé (créa­tion de tourne-à-gauche etc), et un effort doit être fourni pour inci­ter au report modal et limi­ter l’en­trée des véhi­cules en amont de la ville au pro­fit des TC. J’invite tout le monde à arrê­ter de râler pour ceux qui râlent, et à pro­fi­ter d’une place Grenette enfin apai­sée, d’une rue de la République calme et des bus décoin­cés de la cir­cu­la­tion sur Rey-Lyautey-Sembat. De plus, je peux pré­ci­ser aux com­mer­çants que les villes moyennes qui ont remis la voi­ture en centre-ville n’ont pas vu d’a­mé­lio­ra­tion de la vacance com­mer­ciale, cau­sée en pre­mier lieu par les zones péri­phé­riques…
    En tout cas, c’est avec de l’am­bi­tion qu’on avance, quitte à ne pas faire que des heu­reux.

    sep article
  4. Il fau­drait rec­ti­fier votre intro­duc­tion puisque seuls les juge­ments en référé ont été éta­blis. Les juge­ments sur le fond sont tou­jours en attente et il est donc faux d’é­crire que les demandes de recours ont été reje­tées.

    sep article
    • PC

      17/05/2017
      14:38

      Exact. Nous l’a­vions d’ailleurs pré­cisé dans de pré­cé­dents articles. L’erreur est cor­ri­gée.

      sep article