La société low cost PermiGo, à Grenoble depuis 2016, reprise par la holding parisienne Arcan

sep article



PermiGo devient Arcan. L’auto-école low cost, créée à Lyon en 2014 et installée à Grenoble depuis 2016, change de mains. La jeune entreprise lyonnaise, structure hybride entre auto-école traditionnelle et plateforme cent pour cent web, avait été placée en redressement judiciaire le 5 avril dernier.

 

 

 

PermiGo, auto-école hybride, pas traditionnelle, pas cent pour cent web non plus, s'installe à Grenoble.Sur fonds de loi Macron et de réforme du permis de conduire… Crédit Patricia Cerinsek

PermiGo, auto-école hybride, au moment de son ins­tal­la­tion à Grenoble. © Patricia Cerinsek

Cinq repre­neurs étaient sur les rangs. Jeudi 11 mai, le tri­bu­nal de com­merce de Lyon a fait le choix d’Arcan. La hol­ding pari­sienne devrait donc, comme elle s’est enga­gée, reprendre tous les élèves en cours de for­ma­tion mais aussi la soixan­taine de moni­teurs et 59 des 91 sala­riés.

 

Fin mars, PermiGo avait dû dépo­ser le bilan. Officiellement, ses fon­da­teurs, qui n’ont pas répondu à nos demandes d’in­ter­view, invoquent le retrait d’un inves­tis­seur lors d’un tour de table des­tiné à reca­pi­ta­li­ser la société. Mais le modèle éco­no­mique, celui d’une auto-école low cost (un for­fait à 799 euros com­pre­nant le code, 20 heures de conduite et la pré­sen­ta­tion à l’exa­men du per­mis de conduire) com­biné à des frais de fonc­tion­ne­ment et de struc­ture certes limi­tés, pose ques­tion.

 

« Nos marges sont réduites. On gagne moins d’argent (que les auto-écoles tra­di­tion­nelles, ndlr) mais on est ren­table », assu­rait pour­tant, en mars 2016 sur Place Gre’net, un de ses fon­da­teurs, Serge Haroutiounian. PermiGo tablait sur une levée de fond d’un mil­lion d’eu­ros pour pou­voir conti­nuer son che­min. Sa route s’ar­rê­tera là. Mais le désis­te­ment d’un inves­tis­seur est-il seul en cause ?

 

 

« Une pénurie de moniteurs »

 

 

Quelques jours avant la déci­sion du tri­bu­nal de com­merce, deux sala­riées de PermiGo Grenoble dénon­çaient dans un cour­rier adressé à leurs élèves, et publié sur Mediapart, des plan­nings sur­char­gés. « Depuis juin 2016, nous n’a­vons eu de cesse d’a­ler­ter la direc­tion sur les besoins en recru­te­ment de moni­teurs à Grenoble, expli­quaient les deux moni­trices. Nous n’avons mal­heu­reu­se­ment été enten­dues que trop tard et avons ren­con­tré une pénu­rie de moni­teurs au moment où les embauches ont été pos­sibles. »

 

Pour les 15 000 élèves de PermiGo, rien ne devrait chan­ger. C’est en tout cas ce qu’as­sure l’auto-école sur sa page Facebook. Pas ques­tion non plus de remettre en ques­tion le modèle de la société. « Nous tra­vaillons d’ores et déjà à un plan d’embauche de moni­teurs dans les pro­chains mois pour aug­men­ter l’offre de PermiGo, sou­ligne Ronan Le Boulaire, pré­sident du groupe Arcan, afin de répondre à l’intérêt crois­sant des élèves pour ce modèle hybride, qui s’appuie sur l’excellence de l’apprentissage de la conduite per­mise par nos moni­teurs et la sou­plesse des outils numé­riques. »

 

 

PC

 

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
10423 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.