Entraîneuse voilée privée de finale : Wauquiez soutient la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de foot

sep article

Essia Aouini ne devrait pas pouvoir coacher ses joueuses de l’AS Surieux Échirolles en finale de la Coupe Rhône-Alpes de football le 6 mai. La raison ? Elle porte le voile. Laurent Wauquiez soutient la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes qui interdit dans son règlement « tout port de signes ou tenues religieux ».

 

 

Dans un communiqué ce mercredi 26 avril, le président de la Région dit apporter « son plein soutien » au président de la Ligue Auvergne-Rhône-Alpes de football, Bernard Barbet. Laurent Wauquiez « salue son action et sa volonté de faire respecter strictement le règlement de la Ligue qui interdit tout prosélytisme et tout port de signes ou tenues religieuses. »

 

Essia Aouini, 19 ans, est en service civique à l’AS Surieux. Elle entraîne notamment les moins de 13 ans féminines du club. Musulmane, elle porte le foulard sur le terrain, ce qui est interdit. Début avril, l’AS Surieux s’est vu rappeler le règlement par la Ligue Auvergne-Rhône de football. Au nom de « la neutralité du sport », dixit Bernard Barbet, Essia est donc privée de finale.

 

 

Bientôt de nouveaux critères fixés par la Région pour tout conventionnement

 

 

Dans Le Parisien, le président du club Amar Benguedouar a menacé de boycotter ce rendez-vous. « On n’ira pas jouer cette finale sans elle. Essia n’a jamais posé de problème avec son voile. Et là, parce que l’on est un peu plus visibles en se retrouvant en finale d’une coupe régionale, on nous dit stop. Ce n’est pas normal. »

 

De son côté, Laurent Wauquiez annonce que « lors de la prochaine commission permanente du mois de mai, la Région fera voter sa nouvelle grille de critères dans son conventionnement avec les ligues et comités sportifs régionaux. Ces nouveaux critères conditionneront tout conventionnement au strict respect de la laïcité et au refus de toute forme de communautarisme dans les actions menées par ces structures. »

 

LG

 

commentez lire les commentaires
2298 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. En France, les femmes musulmanes ont, parait-il, le choix de se voiler ou pas.
    En se voilant, elles ne soutiennent pas leurs soeurs qui aimeraient refuser le voile dans les pays où son port est obligatoire, comme en Iran où, suivant les chiffres de 2015, …
    « Selon les chiffres de la police nationale iranienne, plus de trois millions de femmes «mal voilées» ont été verbalisées l’année dernière. Parmi elles, 80 000 «récidivistes» ont été déférées devant un tribunal. »
    « Le sommet de Genève pour les droits de l’homme et la démocratie a décerné, mardi dernier, le Prix des droits des femmes à la journaliste iranienne Masih Alinejad » qui a créé une page Facebook pour inciter les iraniennes à postes des photos d’elles non voilées. Elle vit maintenant en exil.
    Dans le Coran, rien n’oblige les femmes à se voiler, le voile est une interprétation. La religion étant affaire privée n’a pas à s’étaler, les musulmanes non voilées sont d’aussi bonnes musulmanes que les voilées.
    L’entraineuse voilée devrait être solidaire de ses soeurs … si possible dans un quartier à « l’iranienne » où les femmes sont voilées.

    sep article
    • Entièrement d’accord avec vous. Le port du voile est l’affaire de toutes et de tous, car il met la pression sur celles qui ne le portent pas. Ainsi, je ne suis pas musulman, mais je m’inquiète pour mes filles.

      Par ailleurs, le principe de laïcité interdit le port du voile par cette entraîneuse (et ses joueuses), non seulement parce que le règlement l’interdit, mais aussi, et c’est lié, parce qu’une fédération de football exerce des missions de service public. En outre, cette jeune femme est en service CIVIQUE, lequel constitue une mission d’intérêt général financée sur fonds publics ayant pour but de promouvoir les valeurs de la République, ce qui interdit tout manquement au principe de laïcité.

      Le club d’Echirolles de Surieux, et les élus (puisque la ville finance le club) devraient prendre en compte cet aspect, au lieu de se faire les complices objectifs de l’islamisme. Quand on promeut l’égalité et le féminisme, on va jusqu’au bout.

      sep article