Depuis plusieurs semaines, les étudiants stagiaires de l'Espé de Grenoble sont en grève. En cause, des méthodes infantilisantes et un programme trop chargé.

Professeurs stagiaires en grève : entre colère et revendications

Professeurs stagiaires en grève : entre colère et revendications

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FOCUS – Depuis fin mars, des étudiants et futurs professeurs de l’École supérieure du professorat et de l’éducation (Espé) de Grenoble sont en grève. Un mouvement soutenu par l’intersyndicale CGT éduc, FO, Snalc, Snes-FSU et Sud éducation. Après avoir mené quelques actions et manifestations pour se faire entendre, les grévistes tenaient une assemblée générale, ce mardi 11 avril. En cause : l’infantilisation et le surmenage.

 

 

AG ESPE

Mardi 11 avril, à 12 h 30. Pour débu­ter cette assem­blée géné­rale, les pro­fes­seurs sta­giaires gré­vistes dif­fusent une bande-son : l’intervention de la direc­trice de l’Espé, le matin même sur France Bleu. Bettina Debû y rela­ti­vise l’am­pleur du mou­ve­ment, rap­pe­lant au pas­sage que « les années à élec­tions sont des années à mou­ve­ment ». Après cette inter­ven­tion, les étu­diants dans la salle rient et applau­dissent, signe de leur désac­cord total avec la direc­trice. Tout de suite après, le micro cir­cule. Chacun a son mot à dire. Et la pre­mière chose qu’ils semblent vou­loir rec­ti­fier, c’est qu’ils n’appartiennent à aucun mou­ve­ment poli­tique. Et que l’approche des élec­tions pré­si­den­tielles n’a aucun rap­port avec leurs revendications.

 

La direc­trice a éga­le­ment sou­li­gné le fait que cer­tains étu­diants pro­fi­taient de ce mou­ve­ment de grève pour ne pas venir en cours. Ce à quoi répond une étu­diante dans la salle : « Ce n’est pas qu’on ne va pas en cours, on est en grève ! » Également pré­sents à cette AG, des syn­di­ca­listes, notam­ment de la CGT et de Force ouvrière, qui sou­tiennent ce mou­ve­ment de grève. Eux aussi insistent sur le fait qu’il ne doit y avoir aucune récu­pé­ra­tion poli­tique du mouvement.

 

 

 

Des cours « inadaptés »

 

 

Les pro­fes­seurs sta­giaires sont mécon­tents, et ils le font donc savoir. Le but de cette assem­blée géné­rale ? Se mettre d’accord sur la suite du mou­ve­ment. Les reven­di­ca­tions sont claires : moins de sur­veillance, plus d’autonomie et sur­tout un emploi du temps adapté.

 

En effet, selon Mylène*, en for­ma­tion à l’Espé, la quan­tité de tra­vail ne serait vrai­ment pas adap­tée. Les étu­diants sta­giaires exercent en effet à mi-temps dans des éta­blis­se­ments sco­laires. Ainsi, entre les cours qu’ils doivent suivre et ceux qu’ils donnent, la charge de tra­vail semble rela­ti­ve­ment impor­tante. Et visi­ble­ment exces­sive selon ces étudiants.

 

AG ESPE 2

En outre, cer­tains cours dit “trans­ver­saux” (qui regroupent tous les étu­diants de toutes filières confon­dues de l’Espé) seraient beau­coup trop abs­traits et théo­riques, et n’auraient donc aucun réel inté­rêt. Certains étu­diants man­que­raient même par­fois de temps pour s’y rendre.

 

Le mou­ve­ment a tou­te­fois déjà vécu une petite vic­toire la semaine der­nière : les étu­diants n’ont plus l’obligation de jus­ti­fier de leur pré­sence via les fameuses fiches d’émargement. En effet, une des prin­ci­pales reven­di­ca­tions était de mettre fin à l’infantilisation liée à ces fiches à faire signer par les étu­diants à cha­cun de leur for­ma­teur pour jus­ti­fier de leur pré­sence en cours. Une for­ma­lité fas­ti­dieuse selon eux, et qui ne les res­pon­sa­bi­li­sait pas. Cette avan­cée a été per­mise par la péti­tion lan­cée en décembre par le Snes-FSU, rejoint par FO, qui a été signée par plus de 250 sta­giaires, soit les trois-quarts des pro­mo­tions du second degré de l’Espé de Grenoble.

 

 

 

Des problèmes qui se posent dans toute la France…

 

 

Le pro­blème ne se pose pas seule­ment à Grenoble, à en croire Grégory Corps, membre du Syndicat natio­nal des lycées et col­lèges (Snalc) qui sou­tient le mou­ve­ment de grève. En effet, les pro­grammes ne sont pas les mêmes selon les dépar­te­ments et seraient bien moins cohé­rents dans cer­taines villes que dans d’autres. Selon lui, le pro­gramme doit être le même natio­na­le­ment : « for­mer un pro­fes­seur dif­fé­rem­ment pour chaque aca­dé­mie, ça n’a aucun sens ». Il juge aussi la for­ma­tion trop courte (un an après le concours) pour pou­voir s’adapter, dans des condi­tions sou­vent dif­fi­ciles. Finalement, à tra­vers ce mou­ve­ment, c’est une remise en ques­tion de la pro­fes­sion même. Une pro­fes­sion dif­fi­cile selon les syn­di­cats, dans laquelle les dépres­sions seraient fréquentes.

 

ESPE 2De son côté, Bettina Debû, la direc­trice de l’Espé, rela­ti­vise une fois encore la por­tée de cette mobi­li­sa­tion, qu’elle juge mini­male : il y aurait selon elle envi­ron 40 pro­fes­seurs sta­giaires en grève sur les 1 500 ins­crits cette année. La direc­trice recon­naît tout de même que la majo­rité d’entre eux jugent la charge de tra­vail bien trop importante.

 

Et trouve elle-même que « le tra­vail est lourd ». Il reflète tou­te­fois à ses yeux la réa­lité du métier : « Être ensei­gnant repré­sente une grosse charge de tra­vail. » Mais, pour elle aussi, le pro­blème est natio­nal. « Il serait sou­hai­table que la for­ma­tion soit plus longue », affirme-t-elle.

 

 

 

Les cours transversaux jugés indispensables par la directrice

 

 

La direc­trice marque en revanche un réel désac­cord avec les gré­vistes sur d’autres points. Comme par exemple les cours trans­ver­saux, que la direc­trice juge indis­pen­sables et qui per­met­traient de « trans­for­mer les pra­tiques et de s’appuyer sur les don­nées de la recherche ». C’est pour elle un point dont il faut tenir compte dans un métier en per­pé­tuelle évolution.

 

ESPEEn ce qui concerne le sujet de l’infantilisation, là aussi, le désac­cord est pro­fond. Les pro­fes­seurs sta­giaires tra­vaillent à mi-temps, vont en cours le reste du temps et sont payés avec de l’argent public.

 

Bettina Debû explique qu’il est ainsi tout natu­rel qu’ils jus­ti­fient de leur pré­sence en cours. Si elle recon­naît des failles dans la for­ma­tion, elle vien­draient selon elle de l’organisation, et sur­tout pas des enseignements.

 

Le mou­ve­ment est en tout cas main­tenu pen­dant encore plu­sieurs semaines. Aucune date de fin n’a été fixée. Les syn­di­cats, eux, se donnent pour objec­tif d’accompagner les sta­giaires (aussi bien dans leur mou­ve­ment que psy­cho­lo­gi­que­ment), mais aussi de gérer la com­mu­ni­ca­tion autour du mou­ve­ment, tout en évi­tant une récu­pé­ra­tion politique.

 

 

Mélody Chalvin

 

 

* Le pré­nom a été modi­fié à la demande de la personne.

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MC

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

A l'instar de L'Epicea, sur le campus, à Saint-Martin-d'Hères, 14 des 27 restaurants et cafétérias universitaires de l'agglomération grenobloise étaient fermées ce lundi 18 octobre 2021, dans le cadre d'un mouvement de grève national des agents du Crous, lancé par la CGT. © Manuel Pavard - Place Gre'net
Crous Grenoble Alpes : après une grève éclair, 14 restaurants universitaires rouvrent leurs portes

FOCUS - Les agents du Crous ont décidé de suspendre, à partir du mardi 19 octobre 2021, leur grève nationale lancée la veille à l'appel Lire plus

Grève à France 3 Alpes pour de meilleures conditions de travail à partir de ce mardi 12 octobre 2021

FOCUS - Des salariés de France 3 Alpes ont débuté un mouvement de grève ce mardi 12 octobre 2021, à l'appel de la CGT et Lire plus

Entre 1400 et 3000 personnes ont manifesté ce mardi 5 octobre 2021 à Grenoble dans le cadre de la journée de grève nationale. © Paul Turenne - Place Gre'net
Entre 1400 et 3000 manifestants à Grenoble pour l’emploi et les salaires et contre les réformes des retraites et de l’assurance chômage

REPORTAGE - De 1400 (selon la police) à 3000 (selon les organisateurs) manifestants ont défilé, ce mardi 5 octobre 2021, dans les rues de Grenoble Lire plus

Des agents municipaux en grève tentent d'accéder à la salle du conseil municipal de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Le conseil municipal de Grenoble envahi par des agents de la Ville remontés contre la Loi de transformation de la fonction publique

REPORTAGE VIDÉO - Des agents grévistes de la Ville de Grenoble ont fortement perturbé le déroulement du conseil municipal de Grenoble, ce lundi 27 septembre Lire plus

Bibliothécaires grévistes contre le contrôle du passe sanitaire sur la place Verdun à Grenoble, mercredi 22 septembre 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Refus du passe sanitaire : la préfecture de l’Isère va « faire remonter » les revendications des personnels grévistes des bibliothèques de Grenoble

FOCUS - Pour leur cinquième semaine de grève, les personnels des bibliothèques de Grenoble refusant le contrôle du passe sanitaire se sont rassemblés avec les Lire plus

Journée de grève et de mobilisation des enseignants à Grenoble jeudi 23 septembre
Journée de grève et de mobilisation des enseignants à Grenoble jeudi 23 septembre

FOCUS - Ce jeudi 23 septembre a lieu dans toute la France un mouvement de grève et de manifestation dans l'Éducation nationale. À Grenoble, les Lire plus

Flash Info

|

22/10

8h00

|

|

21/10

19h40

|

|

20/10

18h24

|

|

20/10

17h45

|

|

20/10

16h19

|

|

20/10

12h51

|

|

20/10

9h13

|

|

19/10

19h14

|

|

19/10

18h03

|

|

19/10

15h11

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

SDH - Le futur compte sur nous

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin