La jeune pousse grenobloise Sylha teste un mode de paiement alternatif et solidaire

sep article

Soutenir financièrement des projets locaux et solidaires lors de ses achats via un objet connecté. Tel est l’objectif de Sylha, jeune pousse développée par un entrepreneur de 26 ans qui allie technologie et valeurs sociales. Avec une ambition : devenir leader du paiement alternatif et citoyen en France.

 

 

 

À seule­ment 26 ans, l’en­tre­pre­neur gre­no­blois Lucas Duchaine a déve­loppé une tech­no­lo­gie vision­naire alliant soli­da­rité et vie cultu­relle ; deux thèmes por­teurs auprès de la jeu­nesse fran­çaise.

 

Sa jeune pousse bap­ti­sée Sylha – et incu­bée au sein de la société d’ac­cé­lé­ra­tion du trans­fert de tech­no­lo­gies (SATT) de Grenoble Alpes Linksium – pro­pose des pièces connec­tées, reliées à une appli­ca­tion. Toutes sont conçues pour être fixées sur un bra­ce­let. À chaque achat dans un éta­blis­se­ment par­te­naire, les uti­li­sa­teurs de Sylha col­lectent, sur cette pièce, des points cumu­lables.

 

L’intérêt ? Les points sont conver­tis en valeur mar­chande, sachant que l’u­ti­li­sa­teur peut rever­ser cette somme sous forme de dons à des asso­cia­tions locales par­te­naires. Le lan­ce­ment offi­ciel est prévu pour jan­vier 2018. En atten­dant, Sylha se consacre à la recherche de par­te­naires locaux.

 

 

 

Un moyen de paiement local, alternatif et solidaire

 

 

La jeune pousse se limi­tera dans un pre­mier temps aux par­te­naires cultu­rels, avec des points accu­mu­lés à chaque consom­ma­tions ache­tées pen­dant un concert, un fes­ti­val ou un évé­ne­ment cultu­rel. La Belle élec­trique s’est d’ores et déjà mon­trée volon­taire pour se prê­ter à l’expérimentation, tes­ter le concept du pro­duit et véri­fier l’adhésion des usa­gers.

 

Ce paie­ment alter­na­tif pourra venir com­plé­ter les ini­tia­tives des mon­naies locales, comme le Cairn à Grenoble. Sylha mise éga­le­ment sur la trans­pa­rence pour séduire les uti­li­sa­teurs. Ces der­niers seront ainsi libres de choi­sir, via l’ap­pli­ca­tion, à quels par­te­naires ils sou­haitent rever­ser leurs “points”.

 

 

 

Le paiement sans contact en plein essor

 

 

L’idée de Lucas Duchaine est née de plu­sieurs constats. D’abord, le paie­ment sans contact a connu un essor ful­gu­rant ces deux der­nières années : 73 % des Français se décla­re­raient satis­faits de ce nou­veau mode de paie­ment. Ensuite, les élans de soli­da­rité se mul­ti­plient au sein de la société civile, et tout par­ti­cu­liè­re­ment à Grenoble. 58 % des Français se décla­raient d’ailleurs dona­teurs en 2016.

 

Enfin, la volonté de recen­trer l’é­co­no­mie sur les ini­tia­tives locales n’a jamais été aussi forte. Lucas Duchaine mise donc sur un outil numé­rique pour prendre part à l’essor d’un nou­vel éco­sys­tème soli­daire et d’un cercle d’échanges ver­tueux. Reste main­te­nant à éprou­ver le concept et à voir si le consom­ma­teur adop­tera Sylha.

 

 

AMa

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
4322 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.