Fin de la trêve hivernale : six familles sans solutions de relogement au Pont-de-Claix

sep article



Illustrations concrètes de la fin de la fameuse trêve, six familles hébergées au Pont-de-Claix durant la période hivernale sont depuis lundi 3 avril sans solution de relogement. Une vingtaine de personnes sont concernées.

 

 

Ces familles, migrants ou deman­deurs d’a­sile issus de pays euro­péens et extra-euro­péens, étaient logées au sein du centre de loi­sirs Marcel Paul, rue de la Digue au Pont-de-Claix. Un centre de loi­sirs appar­te­nant à la Caisse cen­trale d’ac­ti­vi­tés sociales d’EDF. À ne pas confondre avec le CCAS (Centre com­mu­nal d’ac­tion sociale) de la muni­ci­pa­lité.

 

Le Centre de loisirs Marcel Paul de Pont-de-Claix. DR

Le Centre de loi­sirs Marcel Paul du Pont-de-Claix. DR

 

Fin de la trêve hiver­nale “oblige”, le centre a fermé ses portes le lundi 3 avril. Six familles sans solu­tions de relo­ge­ment – parmi les­quelles des enfants et une femme enceinte avec un bébé –, ont alors été diri­gées vers des chambres d’hô­tel par les ser­vices de la pré­fec­ture. Pour deux nuits seule­ment. « Le mer­credi matin, elles se sont retrou­vées à la rue », explique Françoise Dubadi, du col­lec­tif Hébergement-loge­ment.

 

 

 

Le centre de loisirs de nouveau occupé… mais cette fois illégalement

 

 

Dans la jour­née de mer­credi, les familles ont réin­té­gré illé­ga­le­ment le centre de loi­sirs. « Nous avons trouvé plu­sieurs bun­ga­lows res­tés ouverts. Les familles et des membres du col­lec­tif ont passé la nuit sur le centre », raconte encore Françoise Dubadi. Présents sur les lieux à plu­sieurs reprises, les gen­darmes ont fait savoir au col­lec­tif qu’ils n’a­vaient pas reçu l’ordre de faire éva­cuer le centre.

 

Parmi les personnes sans solution de logement, une femme enceinte avec un bébé. DR

Parmi les per­sonnes sans solu­tion de loge­ment, une femme enceinte avec un bébé. DR

 

Cet ordre, c’est fina­le­ment vers midi, ce jeudi 6 avril, qu’il est tombé. Les gen­darmes ont pro­cédé à l’é­va­cua­tion du centre, sur ordre de la pré­fec­ture, sans pro­po­ser de solu­tions de relo­ge­ment aux per­sonnes. Une expul­sion que le col­lec­tif juge illé­gale. Avant de sou­li­gner avoir contacté sans suc­cès la pré­fec­ture comme la Direction dépar­te­men­tale de la cohé­sion sociale.

 

 

FM

 

 

Paysage>Paysages saison 04 été 2020 : spectacles expositions expériences en plein air en Isère
commentez lire les commentaires
1888 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.