Après le putsch de sa majorité, le coup de poker de Damien Guiguet

sep article



REPORTAGE VIDÉO – Annonce surprise ce lundi 3 avril lors du conseil municipal de Meylan. Le maire, Damien Guiguet (UDI), a fait part de son intention de remettre son mandat en jeu devant le conseil municipal, le 4 septembre prochain. Après la fronde, le 20 mars, de treize élus de sa majorité qui n’avaient pas voté le budget et demandent désormais sa démission, le maire de Meylan ainsi désavoué tente là un coup de poker à haut risque.

 

 

 

Conseil municipal du 3 avril 2017 à Meylan. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Conseil muni­ci­pal du 3 avril 2017 à Meylan. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Affluence des grands jours au conseil muni­ci­pal de Meylan, ce lundi 3 avril. Les sièges réser­vés au public ayant été pris d’as­saut, beau­coup de per­sonnes pré­sentes ont été contraintes d’as­sis­ter aux débats debout.

 

Les conver­sa­tions bruissent, tout le monde pressent qu’il va se pas­ser quelque chose mais per­sonne ne sait vrai­ment à quoi s’at­tendre. Et pour cause. Après le coup de théâtre du conseil muni­ci­pal du 20 mars où treize élus de sa majo­rité ont voté contre le bud­get 2017, Damien Guiguet, le maire UDI de Meylan, est confronté à une fronde majeure.

 

Aussi les langues vont-elles bon train, cer­tains ima­ginent des scé­na­rios plus ou moins impro­bables, les hypo­thèses fusent. Une démis­sion du maire ? Un acte de contri­tion de l’é­dile ? Ils seront bien vite fixés puisque, peu après l’ou­ver­ture de séance de l’as­sem­blée déli­bé­ra­tive, Damien Guiguet, le maire UDI de Meylan, très com­ba­tif, va mettre cartes sur table et dévoi­ler son jeu.

 

 

« Des pratiques dignes de maîtres-chanteurs de mauvais romans policiers »

 

 

Damien Guiguet ne s’embarrasse pas de longs pro­pos pré­li­mi­naires et va droit au but. « Ce bud­get n’é­tait qu’un pré­texte et cela a été très clai­re­ment exprimé. La seule volonté des élus qui ont pris la res­pon­sa­bi­lité de reje­ter le bud­get est sim­ple­ment de s’ins­tal­ler dans le fau­teuil du maire », com­mence par expo­ser l’é­dile.

 

Damien Guiguet lors de sa déclaration. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Damien Guiguet lors de sa décla­ra­tion. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Qui accuse les fron­deurs de ter­nir, à tra­vers cette polé­mique, l’i­mage de la com­mune et de contri­buer à affai­blir sa posi­tion.

 

Notamment dans les négo­cia­tions menées avec la Métropole et l’État sur le futur Plan local d’ur­ba­nisme inter­com­mu­nal (PLUI).

 

 

Le maire va plus loin. « Je dois avouer qu’il est assez cro­qui­gnol de lire […] que je pren­drais en otage les Meylanais alors que je suis confronté à des pra­tiques qui sont dignes de maîtres-chan­teurs de mau­vais romans poli­ciers », iro­nise Damien Guiguet. « On ne peut pas sor­tir un maire d’un fau­teuil par des arran­ge­ments de pou­voir […] Quelles sont ces méthodes ? C’est abso­lu­ment hon­teux, c’est inad­mis­sible ! », fus­tige encore l’élu qui ne déco­lère pas.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Aides aux commerçants
commentez lire les commentaires
2740 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Un putsch, c’est pas quand on prend le pou­voir prar la force et qu’on éjecte celui qui l’a­vait aupa­ra­vant ?

    sep article