Boudée par certaines collectivités, la légumerie locale et bio ABépluche risque de fermer

sep article

Nouvelles formations au centre de formation des Charmilles pour la rentrée 2020

EN BREF – L’unique légumerie de l’agglomération grenobloise ABépluche, installée à Fontanil-Cornillon s’inquiète pour son avenir à très court terme. Ses comptes sont dans le rouge. Curieusement les clients – les cantines scolaires essentiellement – ne se bousculent pas. Un paradoxe alors que de plus en plus de collectivités – au premier rang desquelles Grenoble – ne jurent que par la « relocalisation » de la production, les circuits-courts, le local et le bio pour nourrir la population.

 

 

 

L'unique légumerie locale et bio de la région urbaine grenobloise, ABépluche, risque de déposer le bilan si les collectivités locales ne jouent pas le jeu DR

L’unique légumerie locale et bio de la région urbaine grenobloise, ABépluche, risque de déposer le bilan si les collectivités locales ne jouent pas le jeu. DR

Chaque semaine, il sort de la légumerie ABépluche, installée sur la commune Fontanil-Cornillon, deux tonnes de légumes épluchés, râpés, coupés en cube ou en frites, ce qu’on appelle les produits de quatrième gamme.

 

Ces produits, pour l’essentiel, locaux ou bio, ou les deux, vont rejoindre les cuisines centrales des mairies afin de nourrir les enfants des écoles primaires du Pont-de-Claix, de Saint-Martin-d’Hères ou d’Échirolles, par exemple. Les légumes d’ABépluche entrent aussi dans la composition des repas fabriqués dans les cuisines mutualisées du Département de l’Isère et servis aux collégiens. Cependant, les commandes ne suffisent pas… Il faudrait vendre une tonne supplémentaire de légumes épluchés par semaine pour équilibrer le budget de la légumerie, dont l’activité a démarré en 2012.

 

 

 

« Nous sommes parfois un peu plus chers que la concurrence »

 

 

Marianne Molina, cofondatrice d’ABépluche tient à le rappeler : « Nous sommes le maillon qui manquait localement entre les producteurs locaux et les cuisines centrales. Le projet de construire une légumerie destinée à satisfaire les besoins de toute la Région urbaine grenobloise remonte à 2009. Il se concrétise à Centr’Alps, dans le Voironnais en 2012. Les locaux de la nouvelle légumerie sont financés en grande partie par le Pays voironnais et la Métro. L’Europe participe également.

 

L'unique légumerie locale et bio de la région urbaine grenobloise, ABépluche, risque de déposer le bilan si les collectivités locales ne jouent pas le jeu DR

ABépluche a quatre employés et travaille avec une trentaine de producteurs locaux et bio. DR

En mai 2015, les locaux sont dévastés par un incendie. L’entreprise ABépluche met six mois avant de redémarrer. Depuis deux ans, la légumerie est hébergée dans les anciens abattoirs du Fontanil. « Mais les commandes ne sont pas au rendez-vous et on se pose la question d’arrêter si rien n’évolue d’ici fin avril », alerte l’ingénieure reconvertie dans une activité correspondant à ses valeurs.

 

Il n’est pas encore trop tard. La cofondatrice d’ABépluche prend rendez-vous ces jours-ci avec les élus, afin de les sensibiliser aux difficultés que rencontre l’entreprise, et de les inciter à passer commande.

 

Avec pas moins de 630 cuisines de restaurations collectives en Isère, autant dire que le potentiel de débouchés existe pour la légumerie locale. Mais il y a un hic. Le local, la qualité et la transparence ont un coût. Ce que confirme Marianne Molina : « Nous sommes parfois un peu plus chers que la concurrence, mais nos produits sont irréprochables. » Autrement dit, il faut savoir ce qu’on veut : soutenir les circuits-courts, l’agriculture locale… ou acheter au moindre coût des légumes bio surgelés vendus par les agro-industriels.

 

 

 

Grenoble achète ses légumes épluchés… ailleurs

 

 

© Ville de Grenoble

© Ville de Grenoble

Qu’en est-il de la cuisine centrale de Grenoble qui a fortiori achète massivement des légumes épluchés ? Grenoble engloutit tout de même 4 tonnes de denrées par jour et vise le 100 % bio d’ici 2020 pour régaler ses 9 000 convives/jour.

 

Étonnamment, la légumerie n’a que très rarement fait affaire avec les responsables grenoblois. Un comble, puisque ABépluche est située aux portes de la capitale des Alpes – la même qui se targue d’être à l’avant-garde de la transition écologique. Reste maintenant à espérer pour la légumerie que cette “anomalie” puisse être rapidement corrigée suite aux rencontres avec les élus…

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

commentez lire les commentaires
6112 visites | 6 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 6
  1. Il y a 49 communes à la Métro. J’espère qu’ABépluche vise aussi d’autres communes que Grenoble pour augmenter son chiffre d’affaire, surtout des communes qui ne se sont pas encore mises au bio.

    sep article
  2. elle a qu’à répondre aux appels d’offres, sans quoi elle ne vendra jamais rien aux collectivité.
    Si elle répond aux appels d’offre, elle ne pourra pas être boudée!
    Non mais c’est quoi ce délire: une entreprise privée, les collectivités n’ont pas à la favoriser au prétexte que c’est local et bio!
    On va où là?

    sep article
    • N’y a-t-il une somme en dessous de laquelle il n’y a pas besoin d’appel d’offre ?

      sep article
      • Bonjour Caro,
        une page qui résume bien
        http://www.boamp.fr/Espace-entreprises/Comment-repondre-a-un-marche-public/Questions-de-reglementation/Avant-de-repondre-a-un-marche-public/Seuils-de-procedure-et-seuils-de-publicite

        Apres si une structure soumise à AO veut acheter, il y a des « portes de contournement » tout ce qu’il y a de plus légales de façon à pouvoir passer une commande à une structure sans concurrences, sans limites etc… (la METRO le pratique…)

        C’est triste que la structure ne fonctionne pas, attention à ne pas non plus tomber dans l’AO « sur mesure » où monté pour un candidat.

        Pour les critères, ce sont le Règlement de Consultation qui détermine la pondération des critères, libre à la structure de pondérer à 90% le prix et 10% l’impact écologique ou l’inverse.
        Attention, plus l’AO est sur du qualitatif, plus ça « pue ». Du quantitatif, c’est mesurable et comparable. Quand quali… c’est à l’appréciation de celui qui apprécie… ça laisse toutes les latitudes (j’ai souvenir d’un AO à la mairie de Grenoble gérée par SALAT… bref… celui qui lance l’alerte/dénonce est par la suite blacklisté, bref…°

        sep article
    • SC

      23/03/2017
      18:49

      Bonjour, l’entreprise répond bien aux appels d’offres dés qu’ils se présentent, dans la mesure où elle peut le faire. Les appels d’offres sont parfois construits de telle sorte que l’entreprise ne peut pas fournir la totalité des produits… Et oui, le problème n’est pas simple.

      sep article
    • Le problème est que les marchés publics sont souvent orientés «prix» plus que clauses de localité et bio.
      C’est le réglement des marchés publics des collectivités à revoir. En attendant, ce n’est en effet pas une mauvaise foi de la part de Grenoble. En revanche, il est possible pour les collectivités de changer leurs cahiers de charges pour que le facteur prix passe après l’aspect local et bio.

      sep article