Grenoble anti-linky et PMO remettent la question de la “Smart city” sur la table

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

REPORTAGE – Dans le concert de satisfecits prononcés au cours de la Biennale des villes en transition, le collectif Grenoble Anti-Linky a voulu mettre les pieds dans le plat. Il a ainsi rappelé son opposition au compteur intelligent linky et à la Smart city, avec un rassemblement le 11 mars devant la Belle électrique organisé avec le concours des activistes de Pièces et main d’œuvre. Si celui-ci n’a guère déplacé les foules, il a permis un échange fugace entre les réfractaires à la Smart city et Eric Piolle, maire de Grenoble.

 

 

 

Rassemblement de Grenoble anti-Linky, et contre la Smart City, samedi 11 mars, en marge de la biennale, villes en transition © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Rassemblement de Grenoble anti-Linky, et contre la Smart city, samedi 11 mars, en marge de la bien­nale, villes en tran­si­tion © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Sur le par­vis de la Belle élec­trique, où se tient, en cette après-midi du 11 mars, une ren­contre autour de « la frac­ture urbaine » dans le cadre de la bien­nale des villes en tran­si­tion, un petit attrou­pe­ment se forme.

 

Les mili­tants anti-comp­teur Linky et contre la ville intel­li­gente, alias Smart city, ont ins­tallé une table où sont posés à dis­po­si­tion du public – moyen­nant quelque menue mon­naie –, dif­fé­rents tracts décryp­tant « les excès », « les dan­gers » et « les des­sous » de Linky et de la Smart city. On recon­naît, à la lec­ture des textes, la griffe et les thèses déve­lop­pées par le mou­ve­ment Pièces et main d’œuvre (PMO), parti en lutte depuis les années 2000 contre ce qu’il appelle « les nécro­tech­no­lo­gies ».

 

L’objectif est clair pour les mili­tants : faire entendre une voix quelque peu déran­geante, contras­tant avec la tona­lité glo­ba­le­ment consen­suelle des pro­pos enten­dus, ici et là, et relayés dans les médias par­te­naires lors de la bien­nale. Mais aussi rap­pe­ler, si besoin était, que les tech­no­lo­gies com­mu­ni­cantes qui débarquent dans les villes et à pré­sent dans les loge­ments avec Linky, ne recueillent pas l’unanimité de tous. Quand bien même, un débat sur les enjeux de la Smart city n’é­tait pas au pro­gramme de la bien­nale, a contra­rio de la Semaine de la tran­si­tion, qui l’avait ins­crite au menu.

 

 

 

« Avec la smart city, on va devenir les passagers de notre vie »

 

 

L’une des mili­tantes de PMO der­rière le stand explique les moti­va­tions du col­lec­tif Grenoble anti-linky : « Dans la ville intel­li­gente, tout doit être pré­vi­sible grâce au data, au big data même […] Votre frigo est connecté à Internet et fait les courses à votre place ! L’humain, c’est devenu l’erreur… Les Smart cities vont trans­for­mer les villes en villes-usines gérant des flux. On va deve­nir les pas­sa­gers de notre vie », décrit-elle, dégoû­tée.

 

Avant d’é­vo­quer les risques de confi­den­tia­lité, tant les don­nées sont convoi­tées et peuvent être vola­tiles. Sans sur­prise, cette mili­tante s’oppose fer­me­ment à Linky « parce que c’est l’interface de la Smart city dans le foyer ! »

 

 

 

« Si on est intelligent, on éteint la lumière en sortant d’une pièce ! »

 

 

Linky n’est plus un pro­jet, ce n’est pas de la science-fic­tion. Cela a démarré. Le comp­teur est déployé depuis décembre der­nier dans toute la Métropole. A Fontaine par exemple, où habite Chantal venue ce samedi par­ti­ci­per au ras­sem­ble­ment. Ce qui insup­porte au plus haut point cette dame dans la soixan­taine ? « C’est qu’on n’ait pas demandé l’avis des gens. Linky, ce n’est pas démo­cra­tique ! »

 

Affiche s'opposant à Linky

Affiche d’op­po­sants au comp­teur Linky.

Elle pour­fend aussi les éco­no­mies d’énergie que Linky est sup­posé per­mettre. « C’est une grosse fumis­te­rie ! On veut nous vendre des ser­vices et recueillir des infor­ma­tions per­son­nelles. Alors non merci, pas besoin de comp­teur intel­li­gent. Si on est intel­li­gent, on éteint la lumière, en sor­tant d’une pièce ! » Et Chantal de poin­ter la pol­lu­tion élec­tro­ma­gné­tique géné­rée par le comp­teur : « un futur scan­dale sani­taire », pré­dit-elle.

 

Linky émet en effet des émis­sions élec­tro­ma­gné­tiques clas­sées « can­cé­ro­gènes pos­sibles » par l’OMS. Si l’Agence natio­nale des fré­quences a mesuré que le rayon­ne­ment du Linky demeu­rait très faible, ses oppo­sants sou­lignent qu’il ouvre la voie à une longue série de cap­teurs ame­nés à se déployer dans les loge­ments… Augmentant ainsi le niveau de « pol­lu­tion élec­tro­ma­gné­tique ».

 

 

 

« Avec Eric Piolle, on n’a rien à se dire. Il n’écoute pas les Grenoblois »

 

 

Ce samedi, l’un des prin­ci­paux ani­ma­teurs de PMO – se pré­sen­tant sous le nom de “François Martin » pour cacher son iden­tité –, est venu dis­tri­buer des tracts aux per­sonnes se diri­geant vers l’entrée de la Belle élec­trique. En effet, à 17 heures, se tient une Rencontre autour de la frac­ture urbaine. Eric Piolle, le maire de Grenoble y inter­vient.

 

Eric Piolle accepte le tract du Collectif Grenoble anti-Linky, qui a organisé un rassemblement samedi 11 mars, en marge de la biennale, villes en transition © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Eric Piolle accepte le tract du Collectif Grenoble anti-Linky, qui a orga­nisé un ras­sem­ble­ment samedi 11 mars, en marge de la bien­nale, villes en tran­si­tion. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Au pas­sage, il prend poli­ment un tract. François Martin, de Pièces et main d’œuvre, com­mente le bref échange que les deux hommes ont eus : « Il m’a dit qu’on devrait se par­ler… Mais non, on n’a rien à se dire. Eric Piolle n’écoute pas les Grenoblois, je ne vois pas pour­quoi il nous écou­te­rait nous », déclare le mili­tant. Le ton est donné.

 

Il faut dire que les anti-Linky ont été quelque peu échau­dés par les élus.

 

« Christophe Ferrari nous affir­mait le 9 mars 2016 que les gens pou­vaient refu­ser Linky. Le 1er avril, il fai­sait voter en conseil métro­po­li­tain le vœu en faveur de Linky », déplore la mili­tante de PMO.

 

Pour racon­ter leurs rela­tions tumul­tueuses avec la Métropole, les mili­tants ont pro­duit un quatre pages sous forme de « roman-pho­tos » dont le héros est le « vieux comp­teur ». Se vou­lant didac­tique et sati­rique, il met en scène les contra­dic­tions du pré­sident de la Métropole, jusqu’à l’irrup­tion des mili­tants au sein du conseil métro­po­li­tain, le 3 février der­nier, rame­nant fiè­re­ment leur prise de guerre : un Linky débran­ché…

 

 

 

« Ils harcèlent les gens »

 

 

Revenons à Chantal, habi­tante de Fontaine. Pourra-t-elle s’opposer indé­fi­ni­ment à la pose du comp­teur intel­li­gent ? « Affirmatif », répond Grenoble anti-Linky, qui incite tous les habi­tants à s’opposer à l’installation de Linky. Et se pro­pose comme force de pres­sion, sou­tien tech­nique et même juri­dique. « Ils m’ont dit qu’ils fini­raient pas y arri­ver ! », s’énerve Chantal, pas prête à aban­don­ner son vieux comp­teur. « Enedis (ex-ERDF) sait qu’il n’a pas le droit d’imposer Linky réaf­firme une mili­tante, alors ils har­cèlent les gens, d’autant que les ins­tal­la­teurs reçoivent une prime sur chaque ins­tal­la­tion. »

 

Son de cloche plus timoré du côté de l’UFC-Que Choisir… L’association de consom­ma­teurs s’est d’abord bat­tue, en vain, contre la géné­ra­li­sa­tion de Linky et semble désor­mais décon­seiller de s’opposer à son ins­tal­la­tion.

 

Roman-photos, réalisé par Grenoble anti-Linky, mettant en scène Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise, compétente en matière d'Energie

Roman-pho­tos, réa­lisé par Grenoble anti-Linky, met­tant en scène Christophe Ferrari, pré­sident de la Métropole gre­no­bloise, com­pé­tente en matière d’éner­gie.

 

 

 

Maigre affluence pour le rassemblement

 

 

À Grenoble, le gaz et l’élec­tri­cité sont dis­tri­bués par GEG, qui pré­pare un objet com­mu­ni­cant équi­valent à Linky… Mais d’ici 2024. Les oppo­sants ont donc le temps de voir venir. De quoi expli­quer qu’une petite tren­taine de per­sonnes seule­ment ait répondu à l’appel des anti-linky, ce samedi après-midi ?

 

Rassemblement de Grenoble anti-Linky, et contre la Smart City, samedi 11 mars, en marge de la biennale, villes en transition © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Rassemblement de Grenoble anti-Linky et contre la Smart city, samedi 11 mars, en marge de la bien­nale, villes en tran­si­tion. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Les mili­tants ne semblent en tout cas visi­ble­ment pas déçus du peu d’af­fluence. « Nous n’avons pas trop fait de publi­cité », lancent-ils. Ils n’ont, en revanche, aucun doute sur la mon­tée en puis­sance de la mobi­li­sa­tion

 

« Dans l’agglomération, et aussi en France, tous les jours, des col­lec­tifs anti-linky se créent. Dans tous les pays où ce type de comp­teur est ins­tallé, il s’en crée éga­le­ment », sou­ligne l’ac­ti­viste de PMO. Dernier signe en date que la mobi­li­sa­tion se struc­ture : la créa­tion d’un col­lec­tif, Stop comp­teur Linky 38, qui réclame la tenue d’un réfé­ren­dum à l’échelle de la Métropole.

 

 

 

L’Allemagne a renoncé en 2015 au compteur intelligent

 

 

La Sem GEG et la Ville savent d’ores et déjà que des oppo­sants refu­se­ront le comp­teur made in Grenoble quand le moment de l’installation arri­vera… Des habi­tants sont en effet déjà sur leur garde, comme Myriam qui réside dans le centre-ville de Grenoble.

 

Siège Gaz Electricité de Grenoble (GEG) à Europole. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Siège de GEG à Europole. © Élodie Rummelhard – placegrenet.fr

« Les comp­teurs actuels fonc­tionnent très bien ! Alors que ces comp­teurs n’ont une durée de vie que de dix ans. Après, il fau­dra les rem­pla­cer ? Les recy­cler ?, s’in­surge-t-elle.

 

On est enva­his de tech­no­lo­gies dont on ne sait pas quoi faire ensuite. Je refuse ce monde absurde, de pol­lu­tion et de datas qui consomment énor­mé­ment d’énergie. »

 

 

Saugrenue cette idée de renon­cer à Linky ? L’Allemagne, sou­vent dési­gnée comme le meilleur élève de l’Europe, y a en tout cas renoncé. Le pays a pris la déci­sion en 2015 de reti­rer mas­si­ve­ment les comp­teurs intel­li­gents et de les main­te­nir uni­que­ment dans les foyers très consom­ma­teurs d’électricité.

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

POUR UNE SMART CITY « LOW TECH » : LA POSITION AMBIGUË D’ERIC PIOLLE

 

Que pense Eric Piolle, maire de Grenoble (EELV) de la « ville intel­li­gente » ? Il n’y est, a priori, pas opposé, mais prend ses dis­tances. Lors de la Rencontre orga­ni­sée dans la salle de la Belle élec­trique, le maire a répondu à la ques­tion posée par un oppo­sant à la Smart city, qui s’est intro­duit dans la salle.

 

Rencontre organisée dans le cadre de la biennale villes en transition, le samedi 11 mars, à la Belle Electrique, en présence d'Eric Piolle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Rencontre orga­ni­sée dans le cadre de la bien­nale villes en tran­si­tion, le samedi 11 mars, à la Belle Électrique, en pré­sence d’Eric Piolle. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Il a assuré pro­mou­voir le déve­lop­pe­ment d’une « ville low tech où les liens et le sens importent avant tout ». Néanmoins, Eric Piolle ne s’est jamais pro­noncé pour ou contre le comp­teur intel­li­gent, à l’ins­tar de nom­breuses villes en France. La Ville de Grenoble anti-pub, anti-tafta… pour­rait-elle un jour deve­nir anti-Linky ?

 

En atten­dant la réponse claire et nette du maire, François Martin de PMO y va de son ana­lyse : « Il est impos­sible qu’Eric Piolle soit contre Linky, c’est un ingé­nieur de chez HP ! Il est dans la lignée des maires gre­no­blois. Eric Piolle a un agenda poli­tique : il veut se faire réélire ! Alors il se planque der­rière la Métropole dont c’est la com­pé­tence [éner­gie, ndlr]. Il lui fait por­ter les choix des déci­sions impo­pu­laires. Et il se vante de se qui fonc­tionne bien. »

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
5739 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. consi­déré iso­lé­ment, le niveau du champ élec­tro­ma­gné­tique est faible (quoique très proche de soi dans les fils des murs) , le pro­blème des ondes élec­tro­ma­gné­tiques de Linky , c’est qu” elles se rajoutent à toutes celles déja émises , avec des risques poten­tiels donc majo­rés : La pré­ven­tion des risques des champs élec­tro­ma­gné­tiques : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/rayonnements/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=126&dossid=338

    sep article