Projet de Zac Flaubert : c’est reparti pour une nouvelle concertation !

Projet de Zac Flaubert : c’est reparti pour une nouvelle concertation !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – La zone d’aménagement concerté (Zac) des 90 hectares du futur écoquartier Flaubert était l’une des grosses délibérations à l’ordre du jour du conseil municipal de ce lundi 6 mars. Outre les grandes lignes du projet, la municipalité a présenté le nouveau dispositif et les modalités de la participation citoyenne qu’elle entend mettre en œuvre sur ce projet « d’innovation urbaine » lancé lors de la mandature de Michel Destot et réorienté en 2015.

 

 

 

Plan de situation. © Google map

Implantation de la Zac Flaubert. Plan de situa­tion. © Google map

Flaubert. Peut-être le nom de ce quar­tier ne vous dit-il pas grand chose et auriez-vous du mal à le situer pré­ci­sé­ment sur la carte de l’ag­glo­mé­ra­tion grenobloise ?

 

Situé au sud du centre-ville de Grenoble, ce futur éco­quar­tier dont la concep­tion pay­sa­gère et urbaine a été confiée par l’a­mé­na­geur Sagès à l’a­gence d’ar­chi­tectes Sathy, fait par­tie d’un pro­jet de renou­vel­le­ment urbain « d’en­ver­gure » des­tiné à incar­ner la tran­si­tion éco­lo­gique en marche à Grenoble.

 

Lancé lors de la pré­cé­dente man­da­ture puis réorienté en 2015, ce nou­veau quar­tier fera, à terme, le lien entre le cœur his­to­rique de la ville-centre et toute l’ur­ba­ni­sa­tion qui a eu lieu dans le sud de l’ag­glo­mé­ra­tion. En quelque sorte « une cou­ture entre le nord et le sud de la ville », résume Maud Tavel, adjointe délé­guée au per­son­nel et à l’ad­mi­nis­tra­tion géné­rale mais aussi pré­si­dente de la SPLA Sagès.

 

 

 

Environ 2 000 logements de haute qualité « à coûts maîtrisés »

 

 

À l’ho­ri­zon des quinze pro­chaines années, ce seront envi­ron 2 000 loge­ments sociaux ou à acces­sion sociale, « à coûts maî­tri­sés », qui ver­ront le jour sur la Zac Flaubert. Le tout « avec le déve­lop­pe­ment d’une trame verte en sup­port à l’ur­ba­ni­sa­tion, une mixité des formes archi­tec­tu­rales et la valo­ri­sa­tion des vues vers les trois mas­sifs », pro­met la Ville.

 

Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Maud Tavel. Conseil muni­ci­pal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Celle-ci mise fort, pour la haute qua­lité des loge­ments gra­vée dans le marbre du cahier des charges de l’en­semble des opé­ra­tions, sur la sobriété éner­gé­tique et l’u­ti­li­sa­tion de maté­riaux sains.

 

Notamment du bois tout autant que sur l’a­mé­na­ge­ment d’es­paces par­ta­gés comme celui dont sera pour­vue l’é­cole Flaubert dès son achèvement.

 

Comme autre axe fort de ce pro­jet urbain, la mixité des fonc­tions entre les loge­ments, les équi­pe­ments, les acti­vi­tés, les pôles de vies, les com­merces ou encore les ser­vices de proximité.

 

« C’est une opé­ra­tion qui va mêler de la mixité urbaine, de l’é­co­no­mie, de l’emploi et éga­le­ment un fort inves­tis­se­ment en matière d’é­qui­pe­ments publics puis­qu’il est prévu, après la livrai­son du parc Flaubert en 2015, la construc­tion d’une école de seize classes et la créa­tion d’un éta­blis­se­ment d’hé­ber­ge­ment pour per­sonnes âgées dépen­dantes (Ephad) », annonce Maud Tavel.

 

 

 

Une tour en bois de neuf étages

 

 

Un pro­jet d’ur­ba­nisme qui per­met­tra aussi de réaf­fir­mer la volonté qui est celle de la muni­ci­pa­lité de conti­nuer son enga­ge­ment vers la ville en tran­si­tion. « Nous avons tra­vaillé sur la ques­tion des maté­riaux, notam­ment à tra­vers l’u­sage du bois et de la terre », sou­ligne l’élue.

 

La maison de projet Terra Nostra lors de sa construction. © Severine Cattiaux - Place Gre'net

La mai­son de pro­jet Terra Nostra lors de sa construc­tion. © Severine Cattiaux – Place Gre’net

Qui, pour illus­trer ses pro­pos, évoque notam­ment la pro­chaine inau­gu­ra­tion, le 10 mars lors de la Biennale des villes en tran­si­tion, de la mai­son de pro­jet Terra Nostra édi­fiée sur le site de la Bifurk. Ce ne sera d’ailleurs pas la seule construc­tion en bois puisque ce maté­riau sera uti­lisé pour la tour de neuf étages et l’î­lot situé à côté de la future école Flaubert, des­tiné à l’ac­ces­sion, au loge­ment social et à l’ha­bi­tat participatif.

 

Au-delà de l’u­ti­li­sa­tion des maté­riaux, la végé­ta­li­sa­tion ne sera pas en reste. La volonté de la ville est même d’aménager… une pépi­nière. « Nous sou­hai­tons demain plan­ter dans les nou­veaux espaces publics ou en bas des immeubles, ou même dans d’autres endroits de Grenoble, des végé­taux qui y auront été préa­la­ble­ment semés », explique ainsi Maud Tavel.

 

 

 

Vincent Fristot : « Rien n’a été caché »

 

 

Pour autant, nous n’en sommes pas là. Et, ne nous trom­pons pas, la déli­bé­ra­tion porte avant tout et uni­que­ment sur le nou­veau dis­po­si­tif de par­ti­ci­pa­tion citoyenne qua­li­fié « d’in­no­vant » par la muni­ci­pa­lité. De fait, et c’est assumé, la déli­bé­ra­tion ne fait pas men­tion du nombre de loge­ments par sec­teurs et de leur affec­ta­tion, pas plus que des sur­faces allouées aux sec­teurs com­mer­cial et ter­tiaire. Ce n’est pas son objet. Quant aux chiffres, peu sont fournis.

 

Conseil municipal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Vincent Fristot. Conseil muni­ci­pal de Grenoble. 6 mars 2017. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

« Le bilan finan­cier de la Zac a été tota­le­ment réajusté lors d’une déli­bé­ra­tion en juin 2016 et il est tota­le­ment erroné d’i­ma­gi­ner que tout est défini. C’est bien le tra­vail dans le cadre de la par­ti­ci­pa­tion citoyenne qui va per­mettre de défi­nir l’a­ve­nir du pro­jet pour cette Zac », assure Vincent Fristot, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’ur­ba­nisme et por­teur de la délibération.

 

Celui-ci affirme que la muni­ci­pa­lité a tra­vaillé pour réduire le défi­cit de l’o­pé­ra­tion. « En 2013, ce défi­cit était estimé à 41,5 mil­lions d’eu­ros. Fin 2015, le bilan voté l’a été avec une par­ti­ci­pa­tion de 36,7 mil­lions d’eu­ros rame­née en juin 2016 à 34,5 mil­lions d’eu­ros », pré­cise l’élu. Soit une éco­no­mie de 7,5 mil­lions d’eu­ros. « Rien n’a été caché, le bilan pré­vi­sion­nel de loge­ments a été réduit de 20 % pour arri­ver à 1 800 loge­ments, y com­pris le sec­teur de l’ex-IUFM », ajoute Vincent Fristot.

 

 

 

Associer le maximum d’habitants à la décision

 

 

« L’objectif dans cette concer­ta­tion c’est que la démarche soit claire, et asso­cie le maxi­mum d’ha­bi­tants du ter­ri­toire dans le par­tage de la déci­sion », explique René de Céglié, l’élu délé­gué au sec­teur 4. Une démarche entrée dans une nou­velle phase en 2016 avec la dési­gna­tion d’un nou­veau grou­pe­ment de concep­tion urbaine, l’é­quipe des archi­tectes de l’a­gence Sathy.

 

Au centre Bruno De Lescure entouré de membres de l'association Vivre à Grenoble. © Séverine Cattiaux

Au centre, Bruno de Lescure entouré de membres de l’as­so­cia­tion Vivre à Grenoble. © Séverine Cattiaux

De quoi mettre à mal le comité de suivi du pro­jet mis en place sous la man­da­ture de Michel Destot qui se voit ainsi sup­primé au grand dam de l’as­so­cia­tion Vivre à Grenoble qui y sié­geait. Cette der­nière s’est d’ailleurs fen­due d’un com­mu­ni­qué dans lequel elle s’é­tonne que le pro­jet de Zac Flaubert n’ait pas été remis à plat et se demande pour­quoi « se concer­ter sur un pro­jet déjà défini ».

Continuez la lecture

Il vous reste 50 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Joël Kermabon

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Mercredi 10 mai, réunion-bilan d'une premier série d'ateliers thématiques de coproduction sur la Zac Flaubert. Une trentaine de personnes présentes © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Transition démocratique : la Zac Flaubert sera-t-elle exemplaire ?

DÉCRYPTAGE - La Zac Flaubert de 90 ha doit devenir le modèle de quartier en transition de Grenoble. S'il faudra attendre quelques années avant de voir si Lire plus

Le terrain de l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE) vendu par le Département de l'Isère à Safilaf, dont l'offre est apparue plus intéressante que celle de la SPLA Sagès, aménageur de la Zac Flaubert. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Terrain de l’Espé : Vivre à Grenoble dément les déclarations de l’adjoint à l’urbanisme Vincent Fristot

« On le sait, c'est mathématique, plus un terrain va se vendre cher, plus le nombre de logements construits sera élevé », a déclaré Vincent Fristot, adjoint Lire plus

L'élargissement de l'A480 acté, la ville de Grenoble a initié une série de réunions publiques. Où les habitants ont à nouveau réclamé des comptes.
Élargissement de l’A480 : une réunion publique en catimini et… sans les promoteurs publics du projet

REPORTAGE - L'élargissement de l'A480 acté, la Ville de Grenoble a initié une série de réunions publiques dans une relative discrétion. Alors que la contestation Lire plus

Le terrain de l'Ecole Supérieure du Professorat et de l'Education (ESPE) vendu par le Département de l'Isère à Safilaf, dont l'offre est apparue plus intéressante que celle de la SPLA Sagès, aménageur de la Zac Flaubert. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Querelle entre le Département et la Ville de Grenoble au sujet de la vente du terrain de l’Espé

FOCUS - Ce lundi 25 septembre, le juge de l'expropriation a examiné qui, de la Société publique locale d'aménagement (SPLA) Sagès, aménageur de la Ville Lire plus

Flash Info

|

17/06

17h13

|

|

17/06

15h50

|

|

16/06

15h50

|

|

16/06

15h20

|

|

16/06

11h47

|

|

15/06

22h48

|

|

15/06

17h34

|

|

15/06

16h20

|

|

15/06

15h00

|

|

15/06

12h15

|

Les plus lus

Économie| Le magasin en ligne de produits bio et locaux Oclico​.com fête ses dix ans

David Smétanine

Abonnement| Le Grenoblois David Smétanine candidat pour être porte-drapeau paralympique aux Jeux de Tokyo

La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d'oiseaux

Environnement| La Ville de Grenoble met les agents (volontaires) à contribution pour observer sa population d’oiseaux

marche des libertés à Grenoble contre les idées d'extrême droite

A écouter| Environ un millier de personnes à Grenoble pour la « Marche des libertés » et contre les idées d’extrême droite

Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée Dauphinois à l'occasion de sa réouverture

Culture| Du vélo au Sénégal, deux expositions présentées au Musée dauphinois à l’occasion de sa réouverture

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin